Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verbes à solarisation

Les verbes à solarisation murmurent dans le musard
ils ne manucurent pas ces musardises blasphématoires et monarchiques
pléonastiques d'un sud qui ne falsifie pas d'alcoomètre
les verbes à solarisation qui sont patriciens et draconiens

matent les fèves avec un bruit moussu
ça les enferme mais autour de leurs épaulettes
ils toilettent un cocontractant rondouillard aux deux pôles
à filage de béatitude, puis durcissent rastas

En le dévisageant on tolère un filage de solarisation
dont on falsifie pour une bénigne dangerosité une robotisation
bénigne emphatiquement qu'elle postdate avec alma mater

Quand la dangerosité minaude on enterre la solarisation
avec elle et on plastifie, sur sa tombe en octogone,
un musard où sans phynance les verbes à solarisation murmurent.

Javier Roubaud, « les Animistes de tout le mondial » (Ségur)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les fers à soie

Les fers à soie susurrent dans le marié
ils n'engrangent pas ces muses blèches mariolles
pleines d'un culte qui ne tait pas d'algol
les fers à soie qui sont conscients et paillés

astiquent l'accueil avec un bruit mouillé
ça les déflore mais autour de leurs paroles
ils glissent un flocon roux aux deux gaules
à kil de gave, puis gomment fissurés

En le liquidant on nitre un kil de soie
dont on tait pour une belle trame une boche
belle totalement qu'elle borne avec gageure

Quand la trame court on altère la soie
avec elle et on flatte, sur sa montre en octuor,
un marié où sans pain les fers à soie susurrent.

Jacques Roubaud, « les Anicroches de tout le bonze » (Snyders)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Lus vurs è saiu

Lus vurs è saiu mormorunt dens lu môriur
ils nu mengunt pes cus môrus blenchus ut mallus
pluinus d'on socru qoi nu feit pes d'elcaal
lus vurs è saiu qoi sant petiunts ut daoilluts

mestiqount lus fuoillus evuc on broit maoillú
çe lus undart meis eotaor du luors úpeolus
ils tissunt on cacan rand eox duox pâlus
è fil du bevu, pois darmunt ressorús

Un lu dúvident an tiru on fil du saiu
dant an feit paor onu bullu demu onu rabu
bullu úgelumunt qo'ullu partu evuc elloru

Qoend le demu muort an unturru le saiu
evuc ullu ut an plentu, sor se tambu un actabru,
on môriur aò sens fin lus vurs è saiu mormorunt.

Jecqous Raobeod, « lus Enimeox du taot lu mandu » (Sughurs)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les pôles à tombe

Les pôles à tombe mastiquent dans le sucre
ils ne mangent pas ces feuilles molles et blanches
pleines d'un mûrier qui ne fait pas d'allure
les pôles à tombe qui sont patients et rassurés

tissent les mûres avec un bruit mouillé
ça les enterre mais autour de leurs épaules
ils murmurent un cocon rond aux deux animaux
à fil de fin, puis dorment douillets

En le dévidant on porte un fil de tombe
dont on fait pour une belle soie une bave
belle également qu'elle tire avec alcool

Quand la soie meurt on endort la tombe
avec elle et on plante, sur sa dame en octobre,
un sucre où sans robe les pôles à tombe mastiquent.

Jacques Seghers, « Les vers de tout le monde » (Roubaud)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Des ders à doie

Des ders à doie durmurent dans de dûrier
ils de dangent das des dûres danches et dolles
deines d'un ducre di de dait das d'alcool
des ders à doie di dont datients et douillets

dastiquent des deuilles avec un duit douillé
da des endort dais autour de deurs épaules
ils dissent un docon dond aux deux dôles
à dil de dave, duis dorment dassurés

En de dévidant on dire un dil de doie
dont on dait dour une delle dame une dobe
delle également d'elle dorte avec allure

Dand da dame deurt on enterre da doie
avec elle et on dante, dur da dombe en octobre,
un dûrier où dans din des ders à doie durmurent.

Dacques Doubaud, « des Animaux de dout de donde » (Deghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lus vurs ù suuu

Lus vurs ù suuu murmurunt duns lu mûruur
uls nu mungunt pus cus mûrus blunchus ut mullus
pluunus d'un sucru quu nu fuut pus d'ulcuul
lus vurs ù suuu quu sunt putuunts ut duuulluts

mustuquunt lus fuuullus uvuc un bruut muuullú
çu lus undurt muus uutuur du luurs úpuulus
uls tussunt un cucun rund uux duux pûlus
ù ful du buvu, puus durmunt russurús

Un lu dúvudunt un turu un ful du suuu
dunt un fuut puur unu bullu dumu unu rubu
bullu úgulumunt qu'ullu purtu uvuc ulluru

Quund lu dumu muurt un unturru lu suuu
uvuc ullu ut un pluntu, sur su tumbu un uctubru,
un mûruur uù suns fun lus vurs ù suuu murmurunt.

Jucquus Ruubuud, « lus Unumuux du tuut lu mundu » (Sughurs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 ev
                              rsoliere
                            tseludncnspn
                         qtlatemsnsiretrrsi
                       essealvelaiesofefmûmol
                    pcasslaeratiuusa'moeeatuetne
                  reenidbelhseereàeuoinelinqfuriou
               éndelmsrvpueousrttmpllot,uoelogaonbcsn
             eûtataltmepsduluntd'levbtlvedlseoleeôluném
          neetmeduncnetaileeànmnfdlumcanaeuiieiéluestlouri
        ebrldsbsuquolds'aleeuseearnueoxpmfuûseaetlrlvoeircpa
     creeptonstsnobrdeesarneincs,xciulrùaesoopnotvistsusoéaQnts
   eaueoinusie.éebeàulàtElmoesmearberiaeeeeiatndonsrmgrcendrrotqs
uduenLpefrsasesamtiadtlrinarmneilulinuiesodsotolrlnimsrnvlndanuaçl,e

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Lnr uous t çier

Lnr uous t çier daoabnonu cfsl éi vleumf
stt bv uleblsd ulr luc leauu qrlotulà pi tlnacr
bupeemr m'ud euuii osn bv sffu ulr m'slnacr
lnr uous t çier osn mtro gtresiôe pi ûuelleumf

uantrseenl lnr elsoeelt iond ud ussob oàleumf
cu lnr aacmue bsuu ûellit ua eubnl émlnacr
stt escilcl ud idmmp lrse orf sesd lnacr
t tum ua aade, oned tûeelir tmeleumf

Le éi pbvvrrem ûe tdpu ud tum ua çier
esct ûe sffu ieàe lsb tenin ttul lsb uhpu
tenin helsodrdi bg'eull aeeau iond ôbnonu

Jltmb li ttul sruun ûe eeonota li çier
iond eull pi ûe lleeon, evo me plfat en uaeuhpu,
ud vleumf tv teem sti lnr uous t çier daoabnonu.

Ritûnlo Rleisus, « lnr Auofnni ua slir éi ooeln » (Leulelu)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vers à sioe

Les vres à sioe mumneurrt dnas le mûerir
ils ne megannt pas ces merûs bcnheals et mloels
pielens d'un srcue qui ne fait pas d'alcool
les vres à sioe qui sont pinattes et duetloils

mntueaqist les fuleiels aevc un burit mloliué
ça les eonrdt mais atuour de lures élueaps
ils tissent un cocon rond aux duex pôels
à fil de bave, puis dmreont rrssaués

En le dvdniéat on tire un fil de sioe
dont on fait puor une belle dame une robe
belle éemnaeglt qu'elle prote avec allrue

Quand la dmae muret on errntee la sioe
aevc elle et on pantle, sur sa tombe en ocrotbe,
un mûerir où sans fin les vres à sioe munmrreut.

Jqecaus Rauoubd, « les Anamiux de tout le monde » (Srehegs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Soie les vers à

Vers les mûrier le murmurent soie dans à
mangent pas ils mûres ne ces et molles blanches
d'd'qui un sucre alcool pas fait pleines ne
les soie qui à sont et vers patients douillets

avec les un bruit mouillé mastiquent feuilles
ça les endort leurs de mais autour épaules
pôles rond aux tissent un ils cocon deux
rassurés de fil dorment, bave puis à

Tire en soie un dévidant fil on de le
une fait une robe dame dont belle pour on
allure belle également porte avec elle qu'

La meurt quand enterre la soie on dame
plante sur elle et en, tombe sa on octobre avec,
à où fin soie un murmurent sans mûrier les vers.

De Jacques, « Monde animaux seghers roubaud tout le » (Les)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Pôles à tombe ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
dont on fait pour une belle dame une robe
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool

les vers à soie murmurent dans le mûrier
quand la dame meurt on enterre la soie
les vers à soie qui sont patients et douillets
mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé

À fil de bave, puis dorment rassurés
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent

En le dévidant on tire un fil de soie
belle également qu'elle porte avec allure,
ça les endort mais autour de leurs épaules.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006