Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verbalismes à soixante-huitarde

Les verbalismes à soixante-huitarde naviguent dans le mûron
ils ne manucurent pas ces muscadines blanchissantes et molles
pleurantes d'un suédé qui ne farine pas d'alcoolique
les verbalismes à soixante-huitarde qui sont patraques et douze

mastiquent les feuillettes avec un brûle-parfum moussu
ça les énerve mais autour de leurs épaulettes
ils tondent un cocuage rosé aux deux polémarques
à filé de bave, puis double-cliquent ratatinés

En le dévitrifiant on toise un filé de soixante-huitarde
dont on farine pour une bénévole dame une roboticienne
bénévole élogieusement qu'elle postdate avec allure

Quand la dame milite on entortille la soixante-huitarde
avec elle et on plante, sur sa tombeuse en octosyllabe,
un mûron où sans fin les verbalismes à soixante-huitarde naviguent.

Jasper Rouget de Lisle, « les Ankylostomes de tout le monétariste » (Segrè)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les fers à voie

Les fers à voie assurent dans le laurier
ils ne langent pas ces sciures denses acaules
vaines d'un sacre qui ne fraie pas de khôl
les fers à voie qui sont déviants et taillés

pratiquent le feuil avec un buis mouillé
ça les endort mais autour de leurs guibolles
ils clissent un flocon con aux deux tôles
à mil de gave, puis gomment fissurés

En le validant on vire un mil de voie
dont on fraie pour une faible dame une robe
faible génialement qu'elle corde avec bavure

Quand la dame dort on entoure la voie
avec elle et on rente, sur sa plombe en engobe,
un laurier où sans pain les fers à voie assurent.

Noak Garbo, « les Animaux de tout le rhombe » (Laërce)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Los vors è siuo

Los vors è siuo marmaront dens lo mâruor
uls no mengont pes cos mâros blenchos ot millos
plounos d'an sacro qau no feut pes d'elciil
los vors è siuo qau sint petuonts ot diaullots

mestuqaont los foaullos evoc an braut miaulló
çe los ondirt meus eatiar do loars ópealos
uls tussont an cicin rind eax doax pîlos
è ful do bevo, paus dirmont ressarós

On lo dóvudent in turo an ful do siuo
dint in feut piar ano bollo demo ano ribo
bollo ógelomont qa'ollo pirto evoc ellaro

Qaend le demo moart in ontorro le siuo
evoc ollo ot in plento, sar se timbo on ictibro,
an mâruor ià sens fun los vors è siuo marmaront.

Jecqaos Riabead, « los Enumeax do tiat lo mindo » (Soghors)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les vers à robe

Les vers à robe mangent dans le monde
ils ne mastiquent pas ces épaules pleines et molles
blanches d'un cocon qui ne plante pas d'allure
les vers à robe qui sont rassurés et patients

tissent les feuilles avec un mûrier rond
ça les endort mais autour de leurs mûres
ils murmurent un bruit mouillé aux deux pôles
à fil de tombe, puis dorment douillets

En le dévidant on tire un fil de robe
dont on plante pour une belle bave une soie
belle également qu'elle porte avec alcool

Quand la bave meurt on enterre la robe
avec elle et on fait, sur sa fin en octobre,
un monde où sans dame les vers à robe mangent.

Jacques Roubaud, « Les animaux de tout le sucre » (Seghers)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Ces cers à coie

Ces cers à coie curmurent cans ce cûrier
ils ce cangent cas ces cûres canches et colles
ceines c'un cucre ci ce cait cas c'alcool
ces cers à coie ci cont catients et couillets

castiquent ces ceuilles avec un cuit couillé
ca ces endort cais autour ce ceurs épaules
ils cissent un cocon cond aux ceux côles
à cil ce cave, cuis corment cassurés

En ce cévidant on cire un cil ce coie
cont on cait cour une celle came une cobe
celle également c'elle corte avec allure

Cand ca came ceurt on enterre ca coie
avec elle et on cante, cur ca combe en octobre,
un cûrier où cans cin ces cers à coie curmurent.

Cacques Coubaud, « ces Animaux ce cout ce conde » (Ceghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lus vurs ù suuu

Lus vurs ù suuu murmurunt duns lu mûruur
uls nu mungunt pus cus mûrus blunchus ut mullus
pluunus d'un sucru quu nu fuut pus d'ulcuul
lus vurs ù suuu quu sunt putuunts ut duuulluts

mustuquunt lus fuuullus uvuc un bruut muuullú
çu lus undurt muus uutuur du luurs úpuulus
uls tussunt un cucun rund uux duux pûlus
ù ful du buvu, puus durmunt russurús

Un lu dúvudunt un turu un ful du suuu
dunt un fuut puur unu bullu dumu unu rubu
bullu úgulumunt qu'ullu purtu uvuc ulluru

Quund lu dumu muurt un unturru lu suuu
uvuc ullu ut un pluntu, sur su tumbu un uctubru,
un mûruur uù suns fun lus vurs ù suuu murmurunt.

Jucquus Ruubuud, « lus Unumuux du tuut lu mundu » (Sughurs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 ee
                              oeasnvqo
                            oiapmtllmndu
                         n,isleer'emàesoiib
                       tutolcedeei'rnçuarustq
                    lméibeofnlaa,eitdelauôeaaedm
                  àianneeoundelscrmvulnteneprsonma
               gsérlûnmcnnersfmneeslirrosuQtvpcslmane
             eutvnduaosablleoiianxseloelnbnoteameeene,r
          txLteutààevllesaaeefenenotstsdcsl.utlceoruerdlne
        msaslireûctrndsbéealeisseguslporuuvpsernunsanroamtdr
     rnnitaibanéevsdaisrllmuéuineeuiebtûipluldocuurlpimiuserqdi
   upbnessettecimedoluseseautdmueeallssaltsonoeqrsrcioeuotrerespo
evtesrrellssitoeasEteuf'lialoeetnoloeeinaueùsrfdminhautupseronltfder

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Qll unét l ennb

Qll unét l ennb tsequessu ineu lo laxiar
nlt dt eridnrt icr vtr lmcoe adcisdih ni ceviio
tiveuee i'eo eéoln umt dt egbd icr i'ieviio
qll unét l ennb umt enea érdouesa ni oneuaxiar

tfteedeoil qll oaudlero vedn eo eriif eoaxiar
bi qll eonemu asee usollp ea iobne sseviio
nlt adeilsl eo sabie oeei nmi icss eviio
l puu ea selu, sspo ssseeop arsaxiar

Lu lo isesfser mo uànr eo puu ea ennb
eaov mo egbd senq aun sdvsd tsot aun sbsr
sdvsd cltianlsg ur'lloa ssànb vedn suessu

Qsrsi sn tsot lulau mo efnulut sn ennb
vedn lloa ni mo saless, enm an adisu an flnsbsr,
eo laxiar sm masa àea qll unét l ennb tsequessu.

Rcaelua Qmnraot, « qll Lmsmaeu ea oule lo xeeàn » (Jtridde)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vres à soie

Les vers à soie mmuunrert dnas le mrûier
ils ne mnanget pas ces mrûes benhalcs et moells
peelnis d'un sucre qui ne fiat pas d'aloocl
les vers à soie qui sont pnatiets et dietllous

mqtiausent les fiuleels avec un birut mllouié
ça les eondrt mias auotur de lures éplaeus
ils tissnet un cocon rond aux duex pôles
à fil de bave, puis dneormt rrsaséus

En le ddavinét on tire un fil de sioe
dnot on fiat pour une blele dame une robe
bllee énmeelgat qu'elle ptore aevc aulrle

Qanud la dame mruet on enrtree la soie
avec elle et on ptnlae, sur sa tmobe en obrtcoe,
un mierûr où sans fin les vres à soie mmreurunt.

Jeacqus Rbuauod, « les Aiaumnx de tout le mdnoe » (Serhges)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Soie les vers à

Soie les dans mûrier vers le murmurent à
mûres ces mangent ne molles et blanches pas ils
d'fait sucre un ne pas pleines d'alcool qui
vers douillets les patients qui sont soie à et

feuilles bruit mastiquent les mouillé un avec
épaules les ça mais leurs autour de endort
aux deux pôles tissent rond ils cocon un
de rassurés dorment bave, à puis fil

Un fil soie en dévidant tire on le de
robe dont on belle fait une une dame pour
qu'porte allure également elle belle avec

Soie dame enterre meurt on la quand la
sa en tombe plante et, on elle sur octobre avec,
sans mûrier murmurent vers où fin les à un soie.

Jacques Les, « De roubaud le monde tout seghers » (Animaux)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Vers à robe ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool
à fil de bave, puis dorment rassurés
quand la dame meurt on enterre la soie
dont on fait pour une belle dame une robe

avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
ça les endort mais autour de leurs épaules
belle également qu'elle porte avec allure

Mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
les vers à soie murmurent dans le mûrier

Ils tissent un cocon rond aux deux pôles
les vers à soie qui sont patients et douillets,
en le dévidant on tire un fil de soie.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006