Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verbalismes à soif

Les verbalismes à soif naviguent dans le mûrier
ils ne manoeuvrent pas ces muscades blasphématrices et monacales
pleurardes d'un sucre qui ne farde pas d'alcoolique
les verbalismes à soif qui sont patoisants et douillets

matent les feuillées avec un brûloir moulant
ça les endure mais autour de leurs épaulières
ils toment un cocon rongeur aux deux polémologues
à fil de bavure, puis dorment rauques

En le dévitalisant on tire un fil de soif
dont on farde pour une belligérante dame une robinetterie
belligérante égoïstement qu'elle portraiture avec alose

Quand la dame meurt on entoile la soif
avec elle et on plastifie, sur sa tonalité en octopode,
un mûrier où sans finalisation les verbalismes à soif naviguent.

James Rouelle, « les Animistes de tout le monergol » (Seifert)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les fers à voie

Les fers à voie mesurent dans le marié
ils ne langent pas ces liures blettes d'idole
planes d'un stupre qui ne fraie pas d'apiol
les fers à voie qui sont patients et douillets

abdiquent les feuilles avec un duit caillé
ça les ressort mais autour de leurs bagnoles
ils trissent un acon long aux deux gaules
à cil de brave, puis dorment mâchurés

En le validant on vitre un cil de voie
dont on fraie pour une lège came une noble
lège localement qu'elle force avec salure

Quand la came erre on enferre la voie
avec elle et on centre, sur sa combe en orobe,
un marié où sans daim les fers à voie mesurent.

Jack Garbo, « les Anhidroses de tout le compte » (Daguerre)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Les vers ì saoe

Les vers ì saoe murmurent dins le mûroer
ols ne mingent pis ces mûres blinches et malles
pleones d'un sucre quo ne fiot pis d'ilcaal
les vers ì saoe quo sant pitoents et dauollets

mistoquent les feuolles ivec un bruot mauollé
çi les endart mios iutaur de leurs épiules
ols tossent un cacan rand iux deux pâles
ì fol de bive, puos darment rissurés

En le dévodint an tore un fol de saoe
dant an fiot paur une belle dime une rabe
belle égilement qu'elle parte ivec illure

Quind li dime meurt an enterre li saoe
ivec elle et an plinte, sur si tambe en actabre,
un mûroer aù sins fon les vers ì saoe murmurent.

Jicques Raubiud, « les Inomiux de taut le mande » (Seghers)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les vers à fin

Les vers à fin tissent dans le mûrier
ils ne mangent pas ces mûres pleines et blanches
molles d'un bruit qui ne porte pas d'octobre
les vers à fin qui sont douillets et patients

mastiquent les épaules avec un fil mouillé
ça les enterre mais autour de leurs feuilles
ils murmurent un sucre rond aux deux pôles
à cocon de robe, puis dorment rassurés

En le dévidant on plante un cocon de fin
dont on porte pour une belle soie une bave
belle également qu'elle fait avec alcool

Quand la soie meurt on endort la fin
avec elle et on tire, sur sa dame en allure,
un mûrier où sans tombe les vers à fin tissent.

Jacques Roubaud, « Les animaux de tout le monde » (Seghers)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Ques quers à quoie

Ques quers à quoie quurmurent quans que quûrier
ils que quangent quas ques quûres quanches et quolles
queines qu'un quucre qui que quait quas qu'alcool
ques quers à quoie qui quont quatients et quouillets

quastiquent ques queuilles avec un quuit quouillé
qua ques endort quais autour que queurs épaules
ils quissent un quocon quond aux queux quôles
à quil que quave, quuis quorment quassurés

En que quévidant on quire un quil que quoie
quont on quait quour une quelle quame une quobe
quelle également qu'elle quorte avec allure

Quand qua quame queurt on enterre qua quoie
avec elle et on quante, quur qua quombe en octobre,
un quûrier où quans quin ques quers à quoie quurmurent.

Quacques Quoubaud, « ques Animaux que quout que quonde » (Queghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lis virs ì siii

Lis virs ì siii mirmirint dins li mîriir
ils ni mingint pis cis mîris blinchis it millis
pliinis d'in sicri qii ni fiit pis d'ilciil
lis virs ì siii qii sint pitiints it diiillits

mistiqiint lis fiiillis ivic in briit miiillí
çi lis indirt miis iitiir di liirs ípiilis
ils tissint in cicin rind iix diix pîlis
ì fil di bivi, piis dirmint rissirís

In li dívidint in tiri in fil di siii
dint in fiit piir ini billi dimi ini ribi
billi ígilimint qi'illi pirti ivic illiri

Qiind li dimi miirt in intirri li siii
ivic illi it in plinti, sir si timbi in ictibri,
in mîriir iì sins fin lis virs ì siii mirmirint.

Jicqiis Riibiid, « lis Inimiix di tiit li mindi » (Sighirs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 sd
                              beeuepar
                            étceuidoeLel
                         aeecrinsrtnnim'sen
                       setdosulnrvretostnlnfr
                    evntseaanausàcdnoiqunotlleeo
                  eretlsiueudsnxoenmolenlleerûesel
               uiuinetsûnlutcmoielQuevsomuafpopu'salr
             irsruôactnem,eombeetedsealseicslurunnoupns
          dfu,esaéitveboràreearornuuhilunormleusseqelaeaeE
        eeimmurtssrdamesovnteaerbogerardpéeiueulbsmeiunfagda
     nlmmveûbostltanubdslnutéleeçlisaeematne.tinnplnitoùoeenlln
   siapeeltlxaodplcrferesiovslssalpdoeenstoideàucrà,ointndasie'tt
uraelslnliuacscavefpieroqsmmiaoeedrsuéeleitaerortbuqltdellsasmmisrnt

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Ems fomû l sapn

Ems fomû l sapn pilàéelou eaui ub lesgat
qdq rs eldusou iei eis andeu srsuiatr ed ibnlge
leirefb u'do oseno ois rs lnel iei u'tbnlge
ems fomû l sapn ois ntee utlesexn ed diovesgat

bélhleqsee ems nntdllér oule do runee ilesgat
ev ems nnonqo éaae rslégà si tllem dûbnlge
qdq lreqbot do aemrs efse iuu elun bnlge
l sra si lsat, dnéd vripsén ueaesgat

Qv ub euslirin se efco do sra si sapn
ddme se lnel pmlp eui lonpl reôe eui pehb
lonpl etgatuçaà oa'mold eotrv oule néelou

Anslo on reôe iostu se liidoem on sapn
oule mold ed se rblrel, ier xc lvrnn mu etnpehb,
do lesgat xs mldt osc ems fomû l sapn pilàéelou.

Emeneia Qprosdo, « ems Lqdàoet si eeor ub ssolo » (Qndudii)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vres à sioe

Les vres à soie memurunrt dnas le mûierr
ils ne menagnt pas ces mûers bencalhs et molles
peienls d'un scure qui ne fiat pas d'aclool
les vers à sioe qui snot panitets et dtolileus

mutiaensqt les filulees aevc un briut moillué
ça les eondrt mias autuor de lerus éeulaps
ils tnseist un coocn rond aux deux pôels
à fil de bave, puis deonrmt ruésasrs

En le dviénadt on tire un fil de sioe
dont on fiat pour une bllee dame une robe
blele éengmaelt qu'elle ptore aevc aulrle

Qnuad la dmae mreut on eterrne la soie
aevc elle et on palnte, sur sa tobme en otorbce,
un mieûrr où snas fin les vers à soie murnuermt.

Jquaces Rbaouud, « les Ainumax de tout le modne » (Srheges)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Soie vers les à

Murmurent dans soie mûrier les à vers le
ils ne blanches ces molles et mûres pas mangent
d'd'un qui pleines fait sucre ne pas alcool
douillets soie et vers qui sont les à patients

avec les feuilles bruit mouillé mastiquent un
mais les leurs de autour épaules ça endort
pôles aux deux un tissent cocon ils rond
dorment rassurés bave fil, de à puis

De le tire soie un fil en dévidant on
belle on fait robe une dont pour dame une
qu'elle également avec allure porte belle

Quand soie la on dame enterre meurt la
sa sur et plante tombe, en on octobre avec elle,
fin à où murmurent un les soie mûrier vers sans.

De Animaux, « les Le seghers roubaud monde tout » (Jacques)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Vers à fin ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Les vers à soie murmurent dans le mûrier
à fil de bave, puis dorment rassurés
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
dont on fait pour une belle dame une robe

belle également qu'elle porte avec allure
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
quand la dame meurt on enterre la soie
en le dévidant on tire un fil de soie

Mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
ils tissent un cocon rond aux deux pôles

Les vers à soie qui sont patients et douillets
ça les endort mais autour de leurs épaules,
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006