Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les vers-coquins à soixantaine

Les vers-coquins à soixantaine murmurent dans le musc
ils ne manigancent pas ces mûres blasphématoires et momentanées
pléonastiques d'un sucrier qui ne fantasme pas d'alcoolo
les vers-coquins à soixantaine qui sont patients et douillets

matissent les feutrines avec un bruiteur mouillé
ça les enfaîte mais autour de leurs épaules
ils titularisent un codage rosat aux deux polis
à fil-à-fil de béance, puis dorment rassurés

En le dévisageant on tire un fil-à-fil de soixantaine
dont on fantasme pour une belligérante damnation une robotique
belligérante électriquement qu'elle porte avec alose

Quand la damnation migre on entôle la soixantaine
avec elle et on plastifie, sur sa tomographie en octuor,
un musc où sans fin les vers-coquins à soixantaine murmurent.

Janos Rouget, « les Animismes de tout le monel » (Seguin)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les nerfs à loi

Les nerfs à loi carburent dans le marié
ils ne vengent pas ces muses blanches et drôles
pleines d'un culte qui ne paît pas d'aldol
les nerfs à loi qui sont déviants et fouillés

plastiquent le seuil avec un puy touillé
ça les déflore mais autour de leurs hémioles
ils tissent un flacon rond aux deux tôles
à fil de bave, puis pomment mâchurés

En le débridant on vibre un fil de loi
dont on paît pour une beige rame une robe
beige spécialement qu'elle forme avec talure

Quand la rame dure on tempère la loi
avec elle et on plante, sur sa tong en orobe,
un marié où sans tain les nerfs à loi carburent.

Jack Roubaud, « les Anormaux de tout le monde » (Burgess)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Las vars ì soua

Las vars ì soua mermerant dins la mêruar
uls na mingant pis cas mêras blinchas at mollas
plaunas d'en secra qeu na fiut pis d'ilcool
las vars ì soua qeu sont pituants at doeullats

mistuqeant las faeullas ivac en breut moeullá
çi las andort mius ietoer da laers ápielas
uls tussant en cocon rond iex daex pôlas
ì ful da biva, peus dormant risserás

An la dávudint on tura en ful da soua
dont on fiut poer ena balla dima ena roba
balla ágilamant qe'alla porta ivac illera

Qeind li dima maert on antarra li soua
ivac alla at on plinta, ser si tomba an octobra,
en mêruar oè sins fun las vars ì soua mermerant.

Jicqeas Roebied, « las Inumiex da toet la monda » (Saghars)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les pôles à robe

Les pôles à robe murmurent dans le fil
ils ne mangent pas ces mûres pleines et blanches
molles d'un sucre qui ne tire pas d'allure
les pôles à robe qui sont patients et douillets

tissent les feuilles avec un bruit rond
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils mastiquent un mûrier mouillé aux deux animaux
à cocon de fin, puis dorment rassurés

En le dévidant on fait un cocon de robe
dont on tire pour une belle dame une soie
belle également qu'elle plante avec alcool

Quand la dame meurt on enterre la robe
avec elle et on porte, sur sa bave en octobre,
un fil où sans tombe les pôles à robe murmurent.

Jacques Seghers, « Les vers de tout le monde » (Roubaud)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Xes xers à xoie

Xes xers à xoie xurmurent xans xe xûrier
ils xe xangent xas xes xûres xanches et xolles
xeines x'un xucre xi xe xait xas x'alcool
xes xers à xoie xi xont xatients et xouillets

xastiquent xes xeuilles avec un xuit xouillé
xa xes endort xais autour xe xeurs épaules
ils xissent un xocon xond aux xeux xôles
à xil xe xave, xuis xorment xassurés

En xe xévidant on xire un xil xe xoie
xont on xait xour une xelle xame une xobe
xelle également x'elle xorte avec allure

Xand xa xame xeurt on enterre xa xoie
avec elle et on xante, xur xa xombe en octobre,
un xûrier où xans xin xes xers à xoie xurmurent.

Xacques Xoubaud, « xes Animaux xe xout xe xonde » (Xeghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Les vers è seee

Les vers è seee mermerent dens le mêreer
els ne mengent pes ces mêres blenches et melles
pleenes d'en secre qee ne feet pes d'elceel
les vers è seee qee sent peteents et deeellets

mesteqeent les feeelles evec en breet meeellé
çe les endert mees eeteer de leers épeeles
els tessent en cecen rend eex deex pêles
è fel de beve, pees derment resserés

En le dévedent en tere en fel de seee
dent en feet peer ene belle deme ene rebe
belle égelement qe'elle perte evec ellere

Qeend le deme meert en enterre le seee
evec elle et en plente, ser se tembe en ectebre,
en mêreer eè sens fen les vers è seee mermerent.

Jecqees Reebeed, « les Enemeex de teet le mende » (Seghers)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 sû
                              needleri
                            r,baloplotel
                         ààfulornulclefnlem
                       ustasrbaiustogeicrenls
                    ,hntietnuraeiseemmliuiltsraa
                  léociseomrr'dluelqçelniûurobioee
               ilfcdsrursrteeeiacvapbemeonerncuonmdut
             usnsùndrsnnlinxeeéfsnuaoEerefuioemalndrlna
          uesesdàsuoeptaelioete'oimpeuvbmledtsdelpudvasead
        sussiqaorsusurtttasrngsdtsnvlep,toerllnuqrtdaeomumûq
     ietaoeolisiulisoootiliprestectuttvabxlcmlsnalaeetiaedeissr
   aneiubairéreoitnneooereloeuloQtteseodalnceébpsur.vtnatsvlnueme
emaeelscnàmadsséeerlurueeeap'Letenfassnmsnednnesnuulneeveômapnnerlme

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Qoù mvlp d àufe

Qoù mvlp d àufe dubddpasn acee oa rueedo
mûd el tueésee rlt nmo eiire rioeupri ne ençean
rstsueu e'nn scdsu eri el meto rlt e'lnçean
qoù mvlp d àufe eri énvo sgalnrte ne vstrueedo

eaivueucdr qoù eenesnrs qnol nn emdeu réueedo
su qoù àosrsu bste ràlles eu alnod itnçean
mûd omdoedl nn edaat tuuq sel srta nçean
d utl eu numd, mpmi eamuepi lslueedo

Lr oa flpùeulb ot reee nn utl eu àufe
erir ot meto itdr all xavui aûsa all impo
xavui uooeeûoel dt'pesé sontt qnol mdpasn

Jveoe bp aûsa lstsn ot erruoin bp àufe
qnol pesé ne ot srnmta, ort ee rdsac vo elmimpo,
nn rueedo de bius ene qoù mvlp d àufe dubddpasn.

Slultsn Lnlsteu, « qoù Qeaotia eu inel oa ueees » (Ldeloce)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vres à soie

Les vers à soie memurrnut dans le mûrier
ils ne mgaennt pas ces mrûes bcahelns et mloles
pneleis d'un scrue qui ne fiat pas d'aclool
les vres à sioe qui snot peitatns et dlitueols

mstuneqait les fleielus avec un biurt mliolué
ça les ernodt mais autuor de lreus épeulas
ils tnsesit un cocon rnod aux deux peôls
à fil de bave, puis dmnoert rsséruas

En le dadvénit on trie un fil de soie
dnot on fiat puor une bllee dame une robe
belle éelemnagt qu'elle prtoe avec aulrle

Qnaud la dmae meurt on etenrre la soie
aevc elle et on plante, sur sa tmobe en ocrtboe,
un meirûr où snas fin les vers à sioe mrnuuremt.

Jceuaqs Roabuud, « les Aunmiax de tout le modne » (Sgeerhs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Les vers soie à

À le dans murmurent vers les soie mûrier
ils ces molles blanches mangent et ne pas mûres
pas alcool fait un ne pleines d'qui sucre d'
qui et sont à soie les patients vers douillets

un avec mouillé feuilles bruit mastiquent les
endort ça mais épaules autour leurs de les
deux tissent pôles ils aux rond cocon un
à fil puis de, dorment rassurés bave

Soie en fil de le on dévidant tire un
belle fait pour une une dame on robe dont
avec qu'également belle allure porte elle

La on soie quand enterre meurt dame la
elle octobre plante sa sur, et on tombe avec en,
un vers fin à les mûrier murmurent où soie sans.

Le Jacques, « Tout de animaux monde les seghers » (Roubaud)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Pôles à robe ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Quand la dame meurt on enterre la soie
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
à fil de bave, puis dorment rassurés
les vers à soie qui sont patients et douillets

ça les endort mais autour de leurs épaules
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
en le dévidant on tire un fil de soie

Belle également qu'elle porte avec allure
mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
les vers à soie murmurent dans le mûrier

Ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool,
dont on fait pour une belle dame une robe.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers, sympathie

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006