Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verbiages à soldanelle

Les verbiages à soldanelle naviguent dans le mûrier
ils ne manufacturent pas ces murettes blennorragiques et monarchiques
pleurales d'un sud-ouest qui ne falune pas d'alcoolat
les verbiages à soldanelle qui sont patriarcaux et douze

mâtent les feutrines avec un brûlage moulé
ça les endurcit mais autour de leurs épeires
ils tondent un codage rosé aux deux polios
à filage de béance, puis dropent rattrapables

En le dévissant on tisse un filage de soldanelle
dont on falune pour une bengali dame-d'onze-heures une robinetterie
bengali éloquemment qu'elle portraiture avec allure

Quand la dame-d'onze-heures mitonne on enterre la soldanelle
avec elle et on pleure, sur sa tomodensitométrie en octosyllabe,
un mûrier où sans finalisation les verbiages à soldanelle naviguent.

Javier Rouget de Lisle, « les Anneaux de tout le mondialisme » (Séguin)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les cerfs à noix

Les cerfs à noix se murent dans le courrier
ils n'engrangent pas ces dures franches et drôles
fraîches d'un culte qui ne hait pas de col
les cerfs à noix qui sont méfiants et rayés

rustiquent l'orgueil avec un muid raillé
ça les déflore mais autour de leurs symboles
ils pissent un chicon roux aux deux pôles
à mil de larve, puis dorent fissurés

En le validant on tire un mil de noix
dont on hait pour une leste RAM une snob
leste totalement qu'elle poste avec lavure

Quand la RAM dure on atterre la noix
avec elle et on gante, sur sa trombe en oxford,
un courrier où sans pain les cerfs à noix se murent.

Noak Talbot, « les Anicroches de tout le nonce » (Bierce)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Los vors è sauo

Los vors è sauo mirmiront dens lo mîruor
uls no mengont pes cos mîros blenchos ot mallos
plounos d'in sicro qiu no feut pes d'elcaal
los vors è sauo qiu sant petuonts ot daiullots

mestuqiont los foiullos evoc in briut maiulló
çe los ondart meus eitair do loirs ópeilos
uls tussont in cacan rand eix doix pâlos
è ful do bevo, pius darmont ressirós

On lo dóvudent an turo in ful do sauo
dant an feut pair ino bollo demo ino rabo
bollo ógelomont qi'ollo parto evoc elliro

Qiend le demo moirt an ontorro le sauo
evoc ollo ot an plento, sir se tambo on actabro,
in mîruor aì sens fun los vors è sauo mirmiront.

Jecqios Raibeid, « los Enumeix do tait lo mando » (Soghors)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les pôles à robe

Les pôles à robe mastiquent dans le mûrier
ils ne mangent pas ces mûres pleines et blanches
molles d'un fil qui ne tire pas d'allure
les pôles à robe qui sont rassurés et patients

murmurent les feuilles avec un sucre mouillé
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils tissent un cocon rond aux deux vers
à monde de tombe, puis dorment douillets

En le dévidant on fait un monde de robe
dont on tire pour une belle bave une fin
belle également qu'elle plante avec alcool

Quand la bave meurt on enterre la robe
avec elle et on porte, sur sa dame en octobre,
un mûrier où sans soie les pôles à robe mastiquent.

Jacques Seghers, « Les animaux de tout le bruit » (Roubaud)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Bes bers à boie

Bes bers à boie burmurent bans be bûrier
ils be bangent bas bes bûres banches et bolles
beines b'un bucre bi be bait bas b'alcool
bes bers à boie bi bont batients et bouillets

bastiquent bes beuilles avec un buit bouillé
ba bes endort bais autour be beurs épaules
ils bissent un bocon bond aux beux bôles
à bil be bave, buis borment bassurés

En be bévidant on bire un bil be boie
bont on bait bour une belle bame une bobe
belle également b'elle borte avec allure

Band ba bame beurt on enterre ba boie
avec elle et on bante, bur ba bombe en octobre,
un bûrier où bans bin bes bers à boie burmurent.

Bacques Boubaud, « bes Animaux be bout be bonde » (Beghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Les vers è seee

Les vers è seee mermerent dens le mêreer
els ne mengent pes ces mêres blenches et melles
pleenes d'en secre qee ne feet pes d'elceel
les vers è seee qee sent peteents et deeellets

mesteqeent les feeelles evec en breet meeellé
çe les endert mees eeteer de leers épeeles
els tessent en cecen rend eex deex pêles
è fel de beve, pees derment resserés

En le dévedent en tere en fel de seee
dent en feet peer ene belle deme ene rebe
belle égelement qe'elle perte evec ellere

Qeend le deme meert en enterre le seee
evec elle et en plente, ser se tembe en ectebre,
en mêreer eè sens fen les vers è seee mermerent.

Jecqees Reebeed, « les Enemeex de teet le mende » (Seghers)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 sn
                              uegetats
                            teeuslaetcpm
                         rtadbonéànrrésa.ib
                       ,Qoleaeesorirserevoluà
                    atmooiissilidleettuteiuuoaru
                  pcdneullinemaseuneoeLellmseoossa
               lelrftEnsuuntsvdalmnpnmmebuerbmhlreean
             sseveodeneitfultmnmlsxnscidanniflumotrimui
          lirntfdnôùntqaunauaipe'leiçàbtbolinssdiulcvtrmvd
        ivltsaqesbuumslnasmseeusxcellauglnudesltdeirdstoaeol
     dleeossrolpeaeeeespfépeuettesaeneûacnlnpirqué,arecstslmold
   ,enenaueeoaorrprialrouese'tireetvvûunfelrcsstoeleeniaeeraoédqo
tdàntaudnroenriasrbececnrsseuno'esûruplietrmsnunosemleoleeonlruiieea

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Lrd eiam o eehc

Lrd eiam o eehc mqplraden srel ro becaau
ene ua euosoee see ree ipaqu tmeeaiin ul olrpce
socoiib v'ln perlu ssf ua boss see v'élrpce
lrd eiam o eehc ssf ppeu auértteb ul celnecaau

tbemeutnan lrd tsçssqma ddcl ln onvoe slecaau
lu lrd osidom ldrl ûelnee nm nùùen atlrpce
ene aamhtvs ln snoer erei lol saéu lrpce
o ruc nm fovi, tmls omeuies etlecaau

Ln ro pesaoiml ol lmis ln ruc nm eehc
cgeà ol boss tosl cdm esumu nuie cdm sere
esumu calmeerdo er'lsrs eimia ddcl traden

Slils lq nuie enein ol aufmaiu lq eehc
ddcl lsrs ul ol npefss, nnd ua nvull eu elmsere,
ln becaau ls alsl xus lrd eiam o eehc mqplraden.

Smldseu Lsdetre, « lrd Reracén nm ollr ro uecud » (Stoiémp)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vers à soie

Les vres à sioe mumuernrt dnas le mrieûr
ils ne mnagnet pas ces mûers bclahens et mleols
pnleeis d'un sruce qui ne fait pas d'aolcol
les vres à sioe qui snot ptanteis et dueolltis

musnaeiqtt les feeluils aevc un briut muiollé
ça les enordt mais atouur de lerus éaplues
ils tesinst un cocon rond aux deux pelôs
à fil de bave, pius dnoemrt résrsaus

En le ddnaévit on tire un fil de sioe
dnot on fait pour une blele dame une rboe
belle émngleaet qu'elle potre aevc aulrle

Qnaud la dame merut on ertrnee la soie
avec elle et on ptlnae, sur sa tobme en obtorce,
un mûreir où sans fin les vres à soie mnrmueurt.

Juqceas Robauud, « les Aimaunx de tout le modne » (Sregehs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Soie vers les à

À mûrier le les dans soie murmurent vers
mangent pas ils ces ne mûres molles blanches et
ne sucre qui d'alcool un fait pas pleines d'
qui soie patients sont à vers douillets et les

les un mastiquent avec feuilles bruit mouillé
épaules autour endort de mais les ça leurs
deux cocon ils pôles tissent aux rond un
dorment fil bave rassurés, puis de à

De dévidant tire en fil soie le un on
fait une pour robe une belle dont dame on
belle avec allure porte elle qu'également

Enterre la soie quand dame la on meurt
plante tombe octobre en sur, et avec sa elle on,
mûrier à un fin soie sans murmurent vers les où.

Animaux Roubaud, « le Les seghers tout monde de » (Jacques)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Pôles à robe ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Ils tissent un cocon rond aux deux pôles
ça les endort mais autour de leurs épaules
les vers à soie qui sont patients et douillets
mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé

un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
en le dévidant on tire un fil de soie
à fil de bave, puis dorment rassurés
les vers à soie murmurent dans le mûrier

Ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool
belle également qu'elle porte avec allure

Avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
dont on fait pour une belle dame une robe,
quand la dame meurt on enterre la soie.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006