Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les vératres à soirée

Les vératres à soirée murmurent dans le mûrier
ils ne mappent pas ces musardes blêmes et molles
pleurardes d'un sud-est qui ne farde pas d'alcoolo
les vératres à soirée qui sont patriciaux et draconiens

mâtent les feutrines avec un bruitage mourant
ça les enfaîte mais autour de leurs épeires
ils toisent un cocotier ronflant aux deux polémistes
à fil de béatification, puis drageonnent rassurés

En le dévitalisant on titille un fil de soirée
dont on farde pour une belliciste dangerosité une robustesse
belliciste électivement qu'elle postface avec alose

Quand la dangerosité miroite on entôle la soirée
avec elle et on plâtre, sur sa tomographie en oculaire,
un mûrier où sans phynance les vératres à soirée murmurent.

Jan Roud, « les Anions de tout le monétariste » (Segni)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les serfs à joie

Les serfs à joie assurent dans le marié
ils ne vengent pas ces cures blèches et molles
saines d'un cancre qui ne trait pas d'apiol
les serfs à joie qui sont déviants et layés

pratiquent le deuil avec un muid veillé
ça les adore mais autour de leurs corolles
ils clissent un flocon con aux deux môles
à pile de salve, puis dopent fissurés

En le débridant on vitre un pile de joie
dont on trait pour une beige flamme une bôme
beige localement qu'elle porte avec carrure

Quand la flamme sert on entoure la joie
avec elle et on vante, sur sa montre en arrobe,
un marié où sans fin les serfs à joie assurent.

Jacques Garbo, « les Albinos de tout le songe » (Bierce)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Lis virs è saui

Lis virs è saui mormorint dens li môruir
uls ni mengint pes cis môris blenchis it mallis
pliunis d'on socri qou ni feut pes d'elcaal
lis virs è saui qou sant petuints it daoullits

mestuqoint lis fioullis evic on brout maoullí
çe lis indart meus eotaor di liors ípeolis
uls tussint on cacan rand eox diox pâlis
è ful di bevi, pous darmint ressorís

In li dívudent an turi on ful di saui
dant an feut paor oni billi demi oni rabi
billi ígelimint qo'illi parti evic ellori

Qoend le demi miort an intirri le saui
evic illi it an plenti, sor se tambi in actabri,
on môruir aò sens fun lis virs è saui mormorint.

Jecqois Raobeod, « lis Enumeox di taot li mandi » (Sighirs)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les pôles à fin

Les pôles à fin murmurent dans le bruit
ils ne tissent pas ces mûres blanches et molles
pleines d'un cocon qui ne tire pas d'alcool
les pôles à fin qui sont patients et rassurés

mangent les épaules avec un mûrier rond
ça les enterre mais autour de leurs feuilles
ils mastiquent un sucre mouillé aux deux animaux
à fil de dame, puis dorment douillets

En le dévidant on fait un fil de fin
dont on tire pour une belle robe une tombe
belle également qu'elle porte avec octobre

Quand la robe meurt on endort la fin
avec elle et on plante, sur sa bave en allure,
un bruit où sans soie les pôles à fin murmurent.

Jacques Roubaud, « Les vers de tout le monde » (Seghers)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Bes bers à boie

Bes bers à boie burmurent bans be bûrier
ils be bangent bas bes bûres banches et bolles
beines b'un bucre bi be bait bas b'alcool
bes bers à boie bi bont batients et bouillets

bastiquent bes beuilles avec un buit bouillé
ba bes endort bais autour be beurs épaules
ils bissent un bocon bond aux beux bôles
à bil be bave, buis borment bassurés

En be bévidant on bire un bil be boie
bont on bait bour une belle bame une bobe
belle également b'elle borte avec allure

Band ba bame beurt on enterre ba boie
avec elle et on bante, bur ba bombe en octobre,
un bûrier où bans bin bes bers à boie burmurent.

Bacques Boubaud, « bes Animaux be bout be bonde » (Beghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lus vurs ù suuu

Lus vurs ù suuu murmurunt duns lu mûruur
uls nu mungunt pus cus mûrus blunchus ut mullus
pluunus d'un sucru quu nu fuut pus d'ulcuul
lus vurs ù suuu quu sunt putuunts ut duuulluts

mustuquunt lus fuuullus uvuc un bruut muuullú
çu lus undurt muus uutuur du luurs úpuulus
uls tussunt un cucun rund uux duux pûlus
ù ful du buvu, puus durmunt russurús

Un lu dúvudunt un turu un ful du suuu
dunt un fuut puur unu bullu dumu unu rubu
bullu úgulumunt qu'ullu purtu uvuc ulluru

Quund lu dumu muurt un unturru lu suuu
uvuc ullu ut un pluntu, sur su tumbu un uctubru,
un mûruur uù suns fun lus vurs ù suuu murmurunt.

Jucquus Ruubuud, « lus Unumuux du tuut lu mundu » (Sughurs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 ne
                              ucsansst
                            esetrltlaidu
                         lnrdaxiulttssueuln
                       iodiblmtlc.mnab'nltesp
                    ungtslrduervssisemexnimranle
                  sboàculimtduleààùlti,ltepsuu,toe
               lvsiceatecfnléqeraraosdraàrnidsarntlaq
             'mdueotilettueensafinlseôrrdtelaeerenmeumu
          elimesvnusvlanonaobleutanveQsifuensneeetlomoefcu
        idrsueutainerlesbsmpsevauie,tnsraaoednelseuuoosevese
     qnltmpvirleonunfeLnenonu'melepieésesleaotiseunurcoeupbssdc
   ûatdroléaniirhdtlbmoueretlreebEuaelrnqllpaerpûgoeesleeeoeoeian
ecnoiaçieseeiéocsrûueiamfropestlpnotraeémdmedtaumnloaesonsrodisrsorr

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Lei snse n nlni

Lei snse n nlni lnioeolvl nleo ua leuarf
onm po amvmaid exl mas àfxàs epeuuutd vp rnesdg
lvaulen f'se msnàt epl po ànne exl f'unesdg
lei snse n nlni epl diûu iiuidcal vp axfueuarf

daidcioluc lei endcmemm fial se eutce aeeuarf
il lei eisent rràa elalpn xa nsate nanesdg
onm elemmlu se vresa tqrn qsu csis nesdg
n dàd xa lunl, stat ananalm ôeseuarf

Re ua rmveesee me onba se dàd xa nlni
lpme me ànne nndn oue aueet éete oue dsnt
aueet beddqpdul vd'onme eldlp fial ueolvl

Qvnea vo éete oprdu me erbtsea vo nlni
fial onme vp me uvrcte, bai ne sedle ro efedsnt,
se leuarf al ehei eép lei snse n nlni lnioeolvl.

Euoubnc Eomssea, « lei Sserloa xa rrmà ua arier » (Anqrmse)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vers à soie

Les vers à sioe mrunumret dnas le mûierr
ils ne magennt pas ces mûers bnalhecs et mleols
peeinls d'un sucre qui ne fait pas d'acolol
les vres à sioe qui snot ptinates et dueiltols

matensiuqt les feellius aevc un bruit mluolié
ça les enrodt mias auuotr de lreus éueapls
ils tsiesnt un ccoon rnod aux duex pleôs
à fil de bave, pius denmrot rraéssus

En le dvdiéant on trie un fil de sioe
dont on fiat pour une blele dmae une robe
bllee éneglmeat qu'elle ptore avec aullre

Qnuad la dmae muret on errtene la sioe
avec elle et on plante, sur sa tbome en octrboe,
un mûreir où sans fin les vres à sioe memrrnuut.

Jeaqucs Roauubd, « les Amaiunx de tout le mndoe » (Srgeehs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Les vers à soie

Les mûrier vers soie dans murmurent le à
molles mûres mangent ces ils et blanches ne pas
un d'fait pas sucre alcool d'ne qui pleines
et vers patients soie sont à les douillets qui

un mastiquent les avec feuilles mouillé bruit
mais ça de leurs endort épaules autour les
ils pôles aux un rond deux cocon tissent
puis fil de rassurés, bave à dorment

On de dévidant le soie fil tire en un
on une dame une pour robe belle dont fait
porte avec également elle allure belle qu'

La quand soie on la enterre dame meurt
et sa on tombe sur, plante en octobre elle avec,
sans soie où un vers à mûrier les murmurent fin.

Jacques Seghers, « Tout de les monde roubaud le » (Animaux)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Pôles à fin ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Ça les endort mais autour de leurs épaules
à fil de bave, puis dorment rassurés
les vers à soie qui sont patients et douillets
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles

mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
en le dévidant on tire un fil de soie
les vers à soie murmurent dans le mûrier

Dont on fait pour une belle dame une robe
quand la dame meurt on enterre la soie
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre

Pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool
belle également qu'elle porte avec allure,
ils tissent un cocon rond aux deux pôles.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006