Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verdages à soif

Les verdages à soif mythifient dans le mûrier
ils ne manucurent pas ces murènes blessantes et monacales
pléiotropes d'un suet qui ne farine pas d'alcoolé
les verdages à soif qui sont pâtissiers et douteux

maternent les fiabilistes avec un bruiteur moulant
ça les enfaîte mais autour de leurs épaulières
ils tombent un code ronflant aux deux poliomyélitiques
à fildefériste de bayadère, puis dorment ratiers

En le dévoilant on tombe un fildefériste de soif
dont on farine pour une bengali dance une robinetterie
bengali électivement qu'elle poste avec alpe

Quand la dance mijote on entortille la soif
avec elle et on plastronne, sur sa tomette en octroi,
un mûrier où sans phynance les verdages à soif mythifient.

Javier Rouget, « les Anneaux de tout le monème » (Ségur)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les vers à voie

Les vers à voie mesurent dans le laurier
ils n'engrangent pas ces cures blèches créoles
fraîches d'un sucre qui ne tait pas d'ergol
les vers à voie qui sont radiants et rayés

critiquent le treuil avec un puits teillé
ça les colore mais autour de leurs hémioles
ils hissent un balcon con aux deux goals
à ville de salve, puis pomment pressurés

En le présidant on nitre un ville de voie
dont on tait pour une beige prame une snob
beige totalement qu'elle porte avec lavure

Quand la prame meurt on entête la voie
avec elle et on gante, sur sa tombe en octuor,
un laurier où sans faim les vers à voie mesurent.

Giacomo Larbaud, « les Demi-mots de tout le nonce » (Jaspers)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Los vors ì seao

Los vors ì seao murmuront dins lo mûraor
als no mingont pis cos mûros blinchos ot mellos
ploanos d'un sucro qua no fiat pis d'ilceel
los vors ì seao qua sent pitaonts ot deuallots

mistaquont los fouallos ivoc un bruat meualló
çi los ondert mias iuteur do lours ópiulos
als tassont un cecen rend iux doux pêlos
ì fal do bivo, puas dermont rissurós

On lo dóvadint en taro un fal do seao
dent en fiat peur uno bollo dimo uno rebo
bollo ógilomont qu'ollo perto ivoc illuro

Quind li dimo mourt en ontorro li seao
ivoc ollo ot en plinto, sur si tembo on ectebro,
un mûraor eù sins fan los vors ì seao murmuront.

Jicquos Reubiud, « los Inamiux do teut lo mendo » (Soghors)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les animaux à robe

Les animaux à robe mangent dans le fil
ils ne murmurent pas ces mûres blanches et pleines
molles d'un mûrier qui ne porte pas d'alcool
les animaux à robe qui sont patients et douillets

tissent les feuilles avec un monde mouillé
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils mastiquent un cocon rond aux deux vers
à sucre de bave, puis dorment rassurés

En le dévidant on fait un sucre de robe
dont on porte pour une belle fin une dame
belle également qu'elle tire avec octobre

Quand la fin meurt on enterre la robe
avec elle et on plante, sur sa soie en allure,
un fil où sans tombe les animaux à robe mangent.

Jacques Roubaud, « Les pôles de tout le bruit » (Seghers)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Tes ters à toie

Tes ters à toie turmurent tans te tûrier
ils te tangent tas tes tûres tanches et tolles
teines t'un tucre ti te tait tas t'alcool
tes ters à toie ti tont tatients et touillets

tastiquent tes teuilles avec un tuit touillé
ta tes endort tais autour te teurs épaules
ils tissent un tocon tond aux teux tôles
à til te tave, tuis torment tassurés

En te tévidant on tire un til te toie
tont on tait tour une telle tame une tobe
telle également t'elle torte avec allure

Tand ta tame teurt on enterre ta toie
avec elle et on tante, tur ta tombe en octobre,
un tûrier où tans tin tes ters à toie turmurent.

Tacques Toubaud, « tes Animaux te tout te tonde » (Teghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lus vurs ù suuu

Lus vurs ù suuu murmurunt duns lu mûruur
uls nu mungunt pus cus mûrus blunchus ut mullus
pluunus d'un sucru quu nu fuut pus d'ulcuul
lus vurs ù suuu quu sunt putuunts ut duuulluts

mustuquunt lus fuuullus uvuc un bruut muuullú
çu lus undurt muus uutuur du luurs úpuulus
uls tussunt un cucun rund uux duux pûlus
ù ful du buvu, puus durmunt russurús

Un lu dúvudunt un turu un ful du suuu
dunt un fuut puur unu bullu dumu unu rubu
bullu úgulumunt qu'ullu purtu uvuc ulluru

Quund lu dumu muurt un unturru lu suuu
uvuc ullu ut un pluntu, sur su tumbu un uctubru,
un mûruur uù suns fun lus vurs ù suuu murmurunt.

Jucquus Ruubuud, « lus Unumuux du tuut lu mundu » (Sughurs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 as
                              omtrpeuf
                            ieinrligeadn
                         medùelreaxseruesii
                       cotsuliàluàsaslenrsssé
                    llesvbmmtcso'orcdaeiiupnaale
                  eneitln'ltaoebemoenlanepevqtûarv
               ieea,imedeledaserlaaselvnpertmstetroun
             eesnuoopesleereslulepotsndnaodnoimcnoaissç
          eomdddeebnfiunftecsouulsiratdrirslnnûoooeiàrdexi
        cbuvrs.mtlônulevvàlfeéuesepsbnqerlmptruotcirqdlsslté
     esineebmeeeetlpeeltldeerl'tideeihamfaueslonieoelegcsneoûnl
   tmouuEradttuuaurstirurnnlmnersnrrsenooaoarra,oibeldneaéeonuuus
mcuintobstsansltsnaanaefrplni,salQqlaveueéunttssuLseumtcelremtiuuuee

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Eso luee i umsp

Eso luee i umsp droueldml elee ùx raseet
ols st oaussns stt nlo atlus srnuliee nt saedsi
embnult u'dr nmtie irs st trua stt u'laedsi
eso luee i umsp irs dsts tsetncnc nt avmiaseet

eforleotae eso iuoolsle espe dr oibte pvaseet
ss eso aseléo arae iuioeg us eusal aoaedsi
ols sematmt dr pnrva rodl rls oslu aedsi
i ebo us druu, riûi eeteaie sàuaseet

Qa ùx piecapur nl llpo dr ebo us umsp
dont nl trua àoee ses oarou usàe ses nlda
oarou sdnunsrnr lo'otel istmt espe neldml

Lnéue id usàe pateu nl ttecrir id umsp
espe otel nt nl oulgne, seo na clnoa nn eeonlda,
dr raseet em nais ece eso luee i umsp droueldml.

Ssdicpn Stemteu, « eso Luàamee us cmsq ùx nelsh » (Qqcsael)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vers à sioe

Les vres à soie munemurrt dans le mûerir
ils ne mnengat pas ces meûrs benachls et mloels
pelenis d'un scure qui ne fiat pas d'acolol
les vres à soie qui snot pttiaens et dlultioes

mutqsineat les flielues avec un biurt mlloiué
ça les endort mias auutor de lreus éapules
ils tnisset un cocon rnod aux deux peôls
à fil de bave, pius dnormet réssaurs

En le dindaévt on trie un fil de soie
dnot on fiat pour une bllee dame une rboe
bllee églamenet qu'elle prtoe avec aullre

Qunad la dmae mreut on eertrne la soie
avec elle et on pltane, sur sa tmboe en ocbotre,
un miûerr où sans fin les vers à soie mnrerumut.

Jqceaus Rouabud, « les Aamunix de tout le modne » (Sgrhees)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Les à soie vers

Mûrier le dans à soie murmurent les vers
ces ne blanches mangent ils molles mûres et pas
pleines d'qui un sucre pas ne d'alcool fait
vers et soie qui les douillets sont patients à

mouillé un avec feuilles mastiquent bruit les
leurs les endort autour mais épaules de ça
cocon aux tissent ils rond pôles un deux
fil rassurés à bave, dorment de puis

En tire le fil un de dévidant soie on
belle robe une une dont on dame pour fait
qu'également elle belle allure porte avec

Soie la meurt quand enterre la on dame
en et avec tombe sa, plante sur elle octobre on,
sans un murmurent à soie les mûrier vers fin où.

Les Le, « Tout monde animaux roubaud seghers de » (Jacques)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Animaux à robe ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Quand la dame meurt on enterre la soie
les vers à soie murmurent dans le mûrier
dont on fait pour une belle dame une robe
belle également qu'elle porte avec allure

mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
les vers à soie qui sont patients et douillets
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles

À fil de bave, puis dorment rassurés
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent

Avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
ça les endort mais autour de leurs épaules,
en le dévidant on tire un fil de soie.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006