Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verboquets à soldanelle

Les verboquets à soldanelle musardent dans le mûrissement
ils ne manipulent pas ces murènes blennorragiques et molletonneuses
pléiotropes d'un sud-est qui ne fait pas d'alcootest
les verboquets à soldanelle qui sont patraques et dramatisants

matelassent les feuillures avec un brûlage mouillé
ça les enfante mais autour de leurs épaulettes
ils titillent un cocu rosâtre aux deux policemen
à fil de béance, puis doublent rationalistes

En le dévitrifiant on tisonne un fil de soldanelle
dont on fait pour une belliqueuse damoiselle une robe-tablier
belliqueuse élégamment qu'elle postérise avec almandine

Quand la damoiselle minaude on entonne la soldanelle
avec elle et on plébiscite, sur sa tomodensitométrie en octobre,
un mûrissement où sans finasserie les verboquets à soldanelle musardent.

Jason Rouché, « les Anneaux de tout le mongol » (Ségur)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les cerfs à croix

Les cerfs à croix mesurent dans le laurier
ils n'effrangent pas ces mûres blanches mariolles
pleines d'un culte qui ne draie pas de col
les cerfs à croix qui sont souriants et payés

astiquent l'accueil avec un bruit teillé
ça les dévore mais autour de leurs coupoles
ils lissent un acon long aux deux tôles
à krill de gave, puis chroment mâchurés

En le dévidant on titre un krill de croix
dont on draie pour une laide femme une noble
laide localement qu'elle force avec parure

Quand la femme pleure on enserre la croix
avec elle et on latte, sur sa plombe en engobe,
un laurier où sans daim les cerfs à croix mesurent.

Jacques Mirbeau, « les Anhidroses de tout le bonze » (Seghers)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Lus vurs è siau

Lus vurs è siau mormorunt dens lu môraur
als nu mengunt pes cus môrus blenchus ut millus
pluanus d'on socru qoa nu feat pes d'elciil
lus vurs è siau qoa sint petaunts ut dioalluts

mestaqount lus fuoallus evuc on broat mioallú
çe lus undirt meas eotior du luors úpeolus
als tassunt on cicin rind eox duox pîlus
è fal du bevu, poas dirmunt ressorús

Un lu dúvadent in taru on fal du siau
dint in feat pior onu bullu demu onu ribu
bullu úgelumunt qo'ullu pirtu evuc elloru

Qoend le demu muort in unturru le siau
evuc ullu ut in plentu, sor se timbu un ictibru,
on môraur iò sens fan lus vurs è siau mormorunt.

Jecqous Riobeod, « lus Enameox du tiot lu mindu » (Sughurs)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les vers à fin

Les vers à fin mastiquent dans le sucre
ils ne mangent pas ces feuilles blanches et pleines
molles d'un mûrier qui ne fait pas d'octobre
les vers à fin qui sont patients et douillets

tissent les épaules avec un fil mouillé
ça les enterre mais autour de leurs mûres
ils murmurent un bruit rond aux deux pôles
à cocon de robe, puis dorment rassurés

En le dévidant on plante un cocon de fin
dont on fait pour une belle dame une soie
belle également qu'elle tire avec allure

Quand la dame meurt on endort la fin
avec elle et on porte, sur sa tombe en alcool,
un sucre où sans bave les vers à fin mastiquent.

Jacques Roubaud, « Les animaux de tout le monde » (Seghers)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Tes ters à toie

Tes ters à toie turmurent tans te tûrier
ils te tangent tas tes tûres tanches et tolles
teines t'un tucre ti te tait tas t'alcool
tes ters à toie ti tont tatients et touillets

tastiquent tes teuilles avec un tuit touillé
ta tes endort tais autour te teurs épaules
ils tissent un tocon tond aux teux tôles
à til te tave, tuis torment tassurés

En te tévidant on tire un til te toie
tont on tait tour une telle tame une tobe
telle également t'elle torte avec allure

Tand ta tame teurt on enterre ta toie
avec elle et on tante, tur ta tombe en octobre,
un tûrier où tans tin tes ters à toie turmurent.

Tacques Toubaud, « tes Animaux te tout te tonde » (Teghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Les vers è seee

Les vers è seee mermerent dens le mêreer
els ne mengent pes ces mêres blenches et melles
pleenes d'en secre qee ne feet pes d'elceel
les vers è seee qee sent peteents et deeellets

mesteqeent les feeelles evec en breet meeellé
çe les endert mees eeteer de leers épeeles
els tessent en cecen rend eex deex pêles
è fel de beve, pees derment resserés

En le dévedent en tere en fel de seee
dent en feet peer ene belle deme ene rebe
belle égelement qe'elle perte evec ellere

Qeend le deme meert en enterre le seee
evec elle et en plente, ser se tembe en ectebre,
en mêreer eè sens fen les vers è seee mermerent.

Jecqees Reebeed, « les Enemeex de teet le mende » (Seghers)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 ss
                              eeuebmbf
                            ipmvsnnetlla
                         epnplioleerreiteaa
                       Eursedeaenlrûuudeabnal
                    asiçeianulldtltnsaurnetionqà
                  soleocecrenianbrQr,uenrneteeiLpl
               aasnloiibôxmûselud,odurntemselelmenmis
             essubelctngvnnohétémracsmocisiotrénteldsac
          eoea'rsitidoeuelmistuentetmàsvirdsntvpoudveeseue
        aseéaouneooovaxctmtsrddlrnaeuuluiauinûdsesiadeivart.
     ustàfsedolorbaulsbltpaieedaaeerntnfv'ndtsoleecrfrlleseeenl
   tmuitstlueteuutgsppforqesflslasdeemneltneestumlsàsllqioeruoeoo
lnrùiueruoresumnilcaoimenmp'réulearnslunuenecalerpmir,nosqaessroeeoe

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Rea vsll n itdn

Rea vsll n itdn eselenxel site ll balnou
uml sr eeelunt eeû aeo eptmr hnlrmeol ds etfusà
lsreenm l'iu lsstr las sr suuv eeû l'etfusà
rea vsll n itdn las ssoi aeenàoam ds inréalnou

xvlspraeel rea éviredmu ealu iu mnesa elalnou
cs rea trmtrl fnda nieale ec idnno matfusà
uml dsteafh iu seafa ssie vlt irus tfusà
n lue ec ufum, tnàu rssusee piialnou

Al ll dsslseie ef uext iu lue ec itdn
ouin ef suuv nile stt mttnf eefn stt sasc
mttnf deevlnpsu pe'noçq dmaoe ealu eenxel

Smeem uu eefn culml ef vtueàem uu itdn
ealu noçq ds ef àrbpna, fse su tdesp lc eoasasc,
iu balnou ob moul tur rea vsll n itdn eselenxel.

Lulmoan Stsssou, « rea Slolosa ec plee ll ûcota » (Jeasspt)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vres à soie

Les vers à sioe mmurrenut dnas le mûrier
ils ne mnengat pas ces mrûes bchalens et molels
pnieles d'un scure qui ne fait pas d'aloocl
les vers à sioe qui sont peatitns et dluloteis

maqenustit les feliules avec un birut mllioué
ça les enodrt mais autour de luers éaulpes
ils tsienst un cocon rond aux duex plôes
à fil de bave, puis dormnet rsuaésrs

En le daidénvt on tire un fil de sioe
dnot on fait pour une blele dmae une rboe
belle éaelgmnet qu'elle prote avec allrue

Quand la dame muert on eretnre la sioe
avec elle et on pltnae, sur sa tobme en ocrotbe,
un miûerr où snas fin les vers à sioe mrumnruet.

Jcqaeus Rbouaud, « les Auniamx de tout le mndoe » (Seerghs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

À les vers soie

Le murmurent à vers dans soie les mûrier
molles ces mangent blanches mûres ils pas et ne
d'fait pas pleines qui ne d'alcool un sucre
douillets les sont à vers et patients soie qui

mastiquent bruit feuilles avec mouillé les un
épaules mais endort autour ça de leurs les
cocon pôles deux rond aux un tissent ils
dorment rassurés à fil, de bave puis

Tire en un soie le on fil dévidant de
dont on pour dame fait une une robe belle
qu'avec également allure elle belle porte

La soie enterre dame la meurt quand on
en sa tombe avec plante, elle octobre et on sur,
à les un sans soie vers mûrier où murmurent fin.

Jacques Animaux, « Tout le seghers les monde roubaud » (De)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Vers à fin ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Dont on fait pour une belle dame une robe
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
les vers à soie qui sont patients et douillets

avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
les vers à soie murmurent dans le mûrier
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles

Belle également qu'elle porte avec allure
à fil de bave, puis dorment rassurés
en le dévidant on tire un fil de soie

Ça les endort mais autour de leurs épaules
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool,
quand la dame meurt on enterre la soie.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006