Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verdages à soixantième

Les verdages à soixantième naviguent dans le murmel
ils ne mappent pas ces muscades blessantes et momentanées
pléonastiques d'un suédé qui ne falune pas d'alcool
les verdages à soixantième qui sont patrilinéaires et draconiens

matelassent les feuillées avec un bruit moussant
ça les endurcit mais autour de leurs épeichettes
ils titillent un codage ronflant aux deux policiers
à fildefériste de bavette, puis doublent ratiers

En le dévirant on tombe un fildefériste de soixantième
dont on falune pour une bénéfique dame-d'onze-heures une robustesse
bénéfique élégamment qu'elle positive avec alose

Quand la dame-d'onze-heures migre on entoile la soixantième
avec elle et on plastifie, sur sa tomodensitométrie en octocoralliaire,
un murmel où sans phynance les verdages à soixantième naviguent.

Javier Rouget de Lisle, « les Animistes de tout le monde » (Seghers)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les nerfs à voie

Les nerfs à voie fulgurent dans le courrier
ils ne vengent pas ces mûres lentes mariolles
brèves d'un chancre qui ne laie pas d'apiol
les nerfs à voie qui sont radiants et théiers

prédiquent les feuilles avec un glui raillé
ça les décore mais autour de leurs écoles
ils glissent un tacon blond aux deux gnôles
à cil de bave, puis toment rassurés

En le déridant on vire un cil de voie
dont on laie pour une belle prame une maure
belle vocalement qu'elle forme avec salure

Quand la prame sert on itère la voie
avec elle et on gante, sur sa combe en opprobre,
un courrier où sans main les nerfs à voie fulgurent.

Jack Roubaud, « les Anicroches de tout le conte » (Laërce)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Lus vurs è soiu

Lus vurs è soiu marmarunt dens lu mâriur
ils nu mengunt pes cus mârus blenchus ut mollus
pluinus d'an sacru qai nu feit pes d'elcool
lus vurs è soiu qai sont petiunts ut doailluts

mestiqaunt lus fuaillus evuc an brait moaillú
çe lus undort meis eatoar du luars úpealus
ils tissunt an cocon rond eax duax pôlus
è fil du bevu, pais dormunt ressarús

Un lu dúvident on tiru an fil du soiu
dont on feit poar anu bullu demu anu robu
bullu úgelumunt qa'ullu portu evuc ellaru

Qaend le demu muart on unturru le soiu
evuc ullu ut on plentu, sar se tombu un octobru,
an mâriur oà sens fin lus vurs è soiu marmarunt.

Jecqaus Roabead, « lus Enimeax du toat lu mondu » (Sughurs)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les pôles à dame

Les pôles à dame tissent dans le mûrier
ils ne murmurent pas ces épaules molles et blanches
pleines d'un sucre qui ne porte pas d'octobre
les pôles à dame qui sont patients et rassurés

mangent les mûres avec un monde mouillé
ça les enterre mais autour de leurs feuilles
ils mastiquent un fil rond aux deux animaux
à cocon de soie, puis dorment douillets

En le dévidant on tire un cocon de dame
dont on porte pour une belle bave une tombe
belle également qu'elle plante avec allure

Quand la bave meurt on endort la dame
avec elle et on fait, sur sa robe en alcool,
un mûrier où sans fin les pôles à dame tissent.

Jacques Roubaud, « Les vers de tout le bruit » (Seghers)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Jes jers à joie

Jes jers à joie jurmurent jans je jûrier
ils je jangent jas jes jûres janches et jolles
jeines j'un jucre ji je jait jas j'alcool
jes jers à joie ji jont jatients et jouillets

jastiquent jes jeuilles avec un juit jouillé
ja jes endort jais autour je jeurs épaules
ils jissent un jocon jond aux jeux jôles
à jil je jave, juis jorment jassurés

En je jévidant on jire un jil je joie
jont on jait jour une jelle jame une jobe
jelle également j'elle jorte avec allure

Jand ja jame jeurt on enterre ja joie
avec elle et on jante, jur ja jombe en octobre,
un jûrier où jans jin jes jers à joie jurmurent.

Jacques Joubaud, « jes Animaux je jout je jonde » (Jeghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Las vars à saaa

Las vars à saaa marmarant dans la mâraar
als na mangant pas cas mâras blanchas at mallas
plaanas d'an sacra qaa na faat pas d'alcaal
las vars à saaa qaa sant pataants at daaallats

mastaqaant las faaallas avac an braat maaallá
ça las andart maas aataar da laars ápaalas
als tassant an cacan rand aax daax pâlas
à fal da bava, paas darmant rassarás

An la dávadant an tara an fal da saaa
dant an faat paar ana balla dama ana raba
balla ágalamant qa'alla parta avac allara

Qaand la dama maart an antarra la saaa
avac alla at an planta, sar sa tamba an actabra,
an mâraar aà sans fan las vars à saaa marmarant.

Jacqaas Raabaad, « las Anamaax da taat la manda » (Saghars)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 mt
                              tamreodm
                            tumtdovsoce'
                         st'sceonteenilridl
                       pogàorcriesuxhltanclou
                    mebaadsabeboereûnesmesôélteo
                  lnumomrdrideaecneeepnuusiacmorai
               ecriletaislufebvmat,dtmeenréanuorQslpm
             aeoaopplslesflepeeEsqlnternsdteisuediisàae
          padilçeneaatraseleesnnlolntlolnsrpameelunléqnlod
        dneeiàeunàuoollLliesmûùsesaruliodtnnouépsteouteelucb
     ossiieslrvnterlituvsabnxeoeiotlressonuusnetlvntinaelnubnrr
   pt.etteuuueeeasrerrbdusui,rvrqssmmauslrnieiensétonquneleaadfee
geelfnaveamlelcefu,leiduuorstvûstnisiuuoraf'adesrneselnerusatimceisr

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Jss adae p ànli

Jss adae p ànli leulnrude tiue oi csderu
see em rsadàao nou ced reqhd osrmultr ls mlduoe
assuese l'sd unean vln em otrd nou l'elduoe
jss adae p ànli vln rrot lsnsuenr ls rndnsderu

eooalneese jss saeiiûbu uxai sd tmsie rosderu
tl jss eintoe mrra axsest ùm neenf ellduoe
see tutdrlv sd dsiso ûçds res raan lduoe
p noe ùm uosd, edfr vencaab eslsderu

Sm oi mupertal ot ubés sd noe ùm ànli
rsvu ot otrd ufou ris oudlc date ris snlt
oudlc oearedtco to'oaôa dsein uxai enrude

Lubnv sf date uesue ot retpucr sf ànli
uxai oaôa ls ot oitmnm, ieo el aromr ra qresnlt,
sd csderu lo neul utn jss adae p ànli leulnrude.

Qlvnvna Jrrnere, « jss Revnepe ùm ndud oi isoep » (Eudemdr)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vers à soie

Les vres à sioe mmnerruut dnas le mierûr
ils ne mngeant pas ces merûs baenchls et mloles
pienles d'un sruce qui ne fiat pas d'acolol
les vers à soie qui snot petanits et dultloies

msaitquent les fleiules avec un bruit muliolé
ça les eorndt mias auuotr de leurs éuaples
ils tsisnet un cocon rnod aux duex pleôs
à fil de bave, puis dnoemrt rérssaus

En le daivnédt on tire un fil de sioe
dont on fait pour une bllee dame une robe
bllee égleaemnt qu'elle ptroe avec aullre

Qunad la dame merut on eerrnte la soie
aevc elle et on pntale, sur sa tombe en octbore,
un mirûer où snas fin les vers à sioe meurmunrt.

Juceaqs Rboauud, « les Amanuix de tout le monde » (Sreeghs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Les soie à vers

Murmurent vers soie mûrier les dans à le
mûres pas blanches ces et molles ne ils mangent
d'alcool sucre pas un ne pleines qui fait d'
les à et qui sont soie patients douillets vers

bruit mouillé un feuilles avec les mastiquent
autour de endort leurs les mais ça épaules
aux tissent cocon un ils deux pôles rond
puis bave fil dorment, à rassurés de

Le soie fil on tire de un dévidant en
une dont fait on robe pour belle dame une
allure également qu'porte elle avec belle

La quand la enterre on soie dame meurt
on elle en sur avec, et tombe octobre sa plante,
vers mûrier un sans soie où fin les à murmurent.

Le Jacques, « Animaux monde de tout les seghers » (Roubaud)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Pôles à dame ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

En le dévidant on tire un fil de soie
ça les endort mais autour de leurs épaules
à fil de bave, puis dorment rassurés
quand la dame meurt on enterre la soie

les vers à soie qui sont patients et douillets
dont on fait pour une belle dame une robe
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent

Mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
belle également qu'elle porte avec allure
ils tissent un cocon rond aux deux pôles

Les vers à soie murmurent dans le mûrier
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool,
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers, sympathie

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006