Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les vers-coquins à soirée

Les vers-coquins à soirée nasillent dans le musc
ils ne manucurent pas ces musaraignes blêmissantes et monadelphes
pléistocènes d'un suédé qui ne fait pas d'alcoolisme
les vers-coquins à soirée qui sont patrilocaux et doux

masturbent les feuilletonistes avec un brûloir moulant
ça les enfarine mais autour de leurs épeiches
ils toisent un cocorico rond aux deux policiers
à filet de B. D., puis durcissent rastaquouères

En le dévissant on titille un filet de soirée
dont on fait pour une bénévole damnation une rocade
bénévole elliptiquement qu'elle portraiture avec almée

Quand la damnation miaule on entraîne la soirée
avec elle et on plasmifie, sur sa tombeuse en octuor,
un musc où sans finalisation les vers-coquins à soirée nasillent.

Javier Roudaki, « les Annamites de tout le monde » (Seifert)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les clercs à foi

Les clercs à foi susurrent dans le marié
ils ne vengent pas ces mûres gentes frivoles
pleines d'un buste qui ne tait pas d'envol
les clercs à foi qui sont cariants et layés

mastiquent les feuilles avec un muid touillé
ça les ressort mais autour de leurs écoles
ils plissent un balcon prompt aux deux rôles
à style de salve, puis dorment azurés

En le lapidant on tire un style de foi
dont on tait pour une beige dame une noble
beige localement qu'elle corde avec allure

Quand la dame sort on tempère la foi
avec elle et on vante, sur sa plombe en octuor,
un marié où sans main les clercs à foi susurrent.

Joachim Poulbot, « les Anicroches de tout le nonce » (Jaspers)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Les vers à suoe

Les vers à suoe mirmirent dans le mîroer
ols ne mangent pas ces mîres blanches et mulles
pleones d'in sicre qio ne faot pas d'alcuul
les vers à suoe qio sunt patoents et duiollets

mastoqient les feiolles avec in briot muiollé
ça les endurt maos aituir de leirs épailes
ols tossent in cucun rund aix deix pûles
à fol de bave, pios durment rassirés

En le dévodant un tore in fol de suoe
dunt un faot puir ine belle dame ine rube
belle également qi'elle purte avec allire

Qiand la dame meirt un enterre la suoe
avec elle et un plante, sir sa tumbe en uctubre,
in mîroer uì sans fon les vers à suoe mirmirent.

Jacqies Ruibaid, « les Anomaix de tuit le munde » (Seghers)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les vers à bave

Les vers à bave murmurent dans le cocon
ils ne tissent pas ces feuilles molles et pleines
blanches d'un monde qui ne tire pas d'alcool
les vers à bave qui sont patients et rassurés

mangent les mûres avec un sucre mouillé
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils mastiquent un mûrier rond aux deux pôles
à fil de tombe, puis dorment douillets

En le dévidant on plante un fil de bave
dont on tire pour une belle fin une dame
belle également qu'elle fait avec octobre

Quand la fin meurt on enterre la bave
avec elle et on porte, sur sa soie en allure,
un cocon où sans robe les vers à bave murmurent.

Jacques Seghers, « Les animaux de tout le bruit » (Roubaud)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Jes jers à joie

Jes jers à joie jurmurent jans je jûrier
ils je jangent jas jes jûres janches et jolles
jeines j'un jucre ji je jait jas j'alcool
jes jers à joie ji jont jatients et jouillets

jastiquent jes jeuilles avec un juit jouillé
ja jes endort jais autour je jeurs épaules
ils jissent un jocon jond aux jeux jôles
à jil je jave, juis jorment jassurés

En je jévidant on jire un jil je joie
jont on jait jour une jelle jame une jobe
jelle également j'elle jorte avec allure

Jand ja jame jeurt on enterre ja joie
avec elle et on jante, jur ja jombe en octobre,
un jûrier où jans jin jes jers à joie jurmurent.

Jacques Joubaud, « jes Animaux je jout je jonde » (Jeghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lus vurs ù suuu

Lus vurs ù suuu murmurunt duns lu mûruur
uls nu mungunt pus cus mûrus blunchus ut mullus
pluunus d'un sucru quu nu fuut pus d'ulcuul
lus vurs ù suuu quu sunt putuunts ut duuulluts

mustuquunt lus fuuullus uvuc un bruut muuullú
çu lus undurt muus uutuur du luurs úpuulus
uls tussunt un cucun rund uux duux pûlus
ù ful du buvu, puus durmunt russurús

Un lu dúvudunt un turu un ful du suuu
dunt un fuut puur unu bullu dumu unu rubu
bullu úgulumunt qu'ullu purtu uvuc ulluru

Quund lu dumu muurt un unturru lu suuu
uvuc ullu ut un pluntu, sur su tumbu un uctubru,
un mûruur uù suns fun lus vurs ù suuu murmurunt.

Jucquus Ruubuud, « lus Unumuux du tuut lu mundu » (Sughurs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 el
                              lcilaass
                            uecoEanclesu
                         mouûterdnu,tesseli
                       trfoniponûtprdrrsdtpst
                    auvesiminarepeelltrueeevtuée
                  sltboagiveetiddnnenaeluit,nelial
               oelluidaonseolrquoeecûcilcemrixlcltens
             aereunnr,es'ueeànfeauséieldrnlessetvmerlot
          anefssemàareouliôçonblse'rsniatqàlpfissemsemllfu
        nmelrntaobftrrsoumhdtesriibuaronsùleblpmoevloéomraei
     mdstitepnpcunnseluveerasaiedsasérsstedoauepismnunsdtssnoee
   sdeiudl'ieotaoadnnrtun.nteuibLrdgtrtnevruQlraeeàmetiuoeouelslu
enuvnqcaxeseuaoéecpsaooaebotnsaourimlsebnrmnqmelaadulnielrsuteelemee

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Jiu olrt o idaû

Jiu olrt o idaû caliamlte ltas ee nfslti
eae ot dlreldo sûd ésm edeee uludqcei ue ssreem
raodvpu o'de ccoio peo ot lmùn sûd o'ssreem
jiu olrt o idaû peo aonn srtaûsnu ue uebefslti

ntupldodas jiu epetlemx sscu de sirol rlfslti
ur jiu lesrsp plds aettom mp ûmuea uasreem
eae iprsies de bouue rnud sse aoar sreem
o xll mp dbec, ieai orbldee etefslti

Ee ee usdcmuio ei nler de xll mp idaû
nmtt ei lmùn suel edp eaeot meme edp ipnt
eaeot ritspdani er'rtss iûumn sscu tamlte

Rdlel ûd meme esuar ei rçadrla ûd idaû
sscu rtss ue ei nceopo, tlu ug lleen po atlipnt,
de nfslti éu erue top jiu olrt o idaû caliamlte.

Sesdslr Qtrneea, « jiu Lmocdrv mp orus ee ltaim » (Qeqmlmu)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vres à sioe

Les vers à soie mrmrunuet dnas le mrûeir
ils ne mangnet pas ces mreûs blhceans et mloles
pneelis d'un scrue qui ne fait pas d'aocoll
les vers à soie qui snot pnetaits et dloetluis

mqunsiatet les fleuiels avec un burit mlulioé
ça les erndot mais aoutur de lures épuaels
ils tsensit un ccoon rnod aux duex pelôs
à fil de bvae, puis doenrmt rsaésrus

En le dénvadit on trie un fil de sioe
dont on fait pour une blele dmae une rboe
belle éamngleet qu'elle ptore aevc alurle

Qnaud la dame meurt on etrerne la soie
avec elle et on ptnlae, sur sa tombe en orcotbe,
un mûeirr où sans fin les vers à soie meunrurmt.

Jcuaqes Rabuoud, « les Auinmax de tout le mdnoe » (Sreeghs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

Vers soie les à

À les soie dans le vers mûrier murmurent
pas mûres molles blanches mangent ces et ne ils
un ne pleines sucre qui alcool pas d'd'fait
patients à qui douillets vers les et sont soie

feuilles les mastiquent bruit mouillé un avec
ça endort de autour leurs les mais épaules
cocon ils aux deux pôles rond tissent un
à dorment de rassurés, puis fil bave

Un le on fil en de tire dévidant soie
pour fait on une robe dame belle une dont
avec également allure elle belle qu'porte

Soie on enterre la meurt la quand dame
et en tombe octobre avec, elle plante sur sa on,
murmurent mûrier un les fin où soie à sans vers.

Tout De, « Roubaud monde seghers le jacques animaux » (Les)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Vers à bave ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool

à fil de bave, puis dorment rassurés
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre
en le dévidant on tire un fil de soie

Mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
belle également qu'elle porte avec allure
dont on fait pour une belle dame une robe

Les vers à soie murmurent dans le mûrier
les vers à soie qui sont patients et douillets,
quand la dame meurt on enterre la soie.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006