Quelques septillions de poèmes
(et même beaucoup plus)

d'après les Vers à soie de Jacques Roubaud


[Rechargez la page pour afficher un autre poème lescurien]

Les verdages à soie

Les verdages à soie naviguent dans le muscadet
ils ne manient pas ces musaraignes blèches et monandres
pleurales d'un sucre qui ne fane pas d'alcootest
les verdages à soie qui sont patrimoniaux et douillets

mastiquent les fèves avec un bruitage moulu
ça les enfante mais autour de leurs épaules
ils toilettent un cocooning ronflant aux deux policiers
à filao de béarnaise, puis drivent rationnels

En le dévitrifiant on toise un filao de soie
dont on fane pour une bénissante dance une robustesse
bénissante éminemment qu'elle possède avec alpe

Quand la dance mijote on enterre la soie
avec elle et on plébiscite, sur sa tombée en octocoralliaire,
un muscadet où sans finalité les verdages à soie naviguent.

Jean Roubaud, « les Anis de tout le mongolien » (Séguy)

Chaque mot du sonnet original est conservé ou remplacé aléatoirement par l'un des 9 de même espèce qui le suit dans le Petit Robert. Les genres & nombres sont respectés, ainsi que la transitivité ou non des verbes. Il y a un septillion de poèmes possibles, c'est-à-dire 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 999 nouveaux poèmes en plus de l'original. Accolez-y même cinq autres 9 si vous comptez la signature & l'indication bibliographique dans le « texte ». Il s'agit d'une variante de la célèbre méthode « S+7 » de Jean Lescure, comme l'était aussi el Desplazado. Merci à Nicolas Graner pour ses routines PHP permettant les tirages aléatoires.


[Rechargez la page pour afficher un autre poème homophonique]

Les clercs à loi

Les clercs à loi perdurent dans le terrier
ils ne louangent pas ces muses blanches mariolles
vaines d'un bulbe qui ne paît pas d'aldol
les clercs à loi qui sont cariants et payés

mastiquent le feuil avec un puits caillé
ça les endort mais autour de leurs symboles
ils pissent un balcon ras aux deux môles
à kil de bave, puis paument abjurés

En le liquidant on titre un kil de loi
dont on paît pour une frêle came une bôme
frêle verbalement qu'elle forge avec carrure

Quand la came dure on entoure la loi
avec elle et on chante, sur sa table en orobe,
un terrier où sans pain les clercs à loi perdurent.

Jacques Talbot, « les Demi-maux de tout le bonze » (Daguerre)

Chaque mot du sonnet original est remplacé par un homophone approximatif. Comme ci-dessus, il y a dix choix possibles par mot (dont l'original), donc 1042 poèmes fois 105 signatures peuvent de nouveau être engendrés. Les mêmes routines PHP de Nicolas Graner sont encore utilisées.


[Rechargez la page pour afficher un autre « patois »]

Les vers ò suie

Les vers ò suie marmarent dons le mârier
ils ne mongent pos ces mâres blonches et mulles
pleines d'an sacre qai ne foit pos d'olcuul
les vers ò suie qai sunt potients et duaillets

mostiqaent les feailles ovec an brait muaillé
ço les endurt mois oatuar de lears époales
ils tissent an cucun rund oax deax pûles
ò fil de bove, pais durment rossarés

En le dévidont un tire an fil de suie
dunt un foit puar ane belle dome ane rube
belle égolement qa'elle purte ovec ollare

Qaond lo dome meart un enterre lo suie
ovec elle et un plonte, sar so tumbe en uctubre,
an mârier uà sons fin les vers ò suie marmarent.

Jocqaes Ruaboad, « les Onimoax de tuat le munde » (Seghers)

Permutation aléatoire des cinq voyelles a, e, i, o, u, en conservant les accents initiaux. Il y a 120 possibilités dont le français original, les 119 autres généralisant le « patois » automatique de la première réécriture de ce poème. [Il s'agit de mon premier essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour mélanger différemment les mots]

Les pôles à tombe

Les pôles à tombe mangent dans le monde
ils ne mastiquent pas ces mûres blanches et pleines
molles d'un fil qui ne plante pas d'allure
les pôles à tombe qui sont rassurés et patients

tissent les épaules avec un cocon mouillé
ça les endort mais autour de leurs feuilles
ils murmurent un bruit rond aux deux vers
à mûrier de soie, puis dorment douillets

En le dévidant on fait un mûrier de tombe
dont on plante pour une belle robe une fin
belle également qu'elle porte avec octobre

Quand la robe meurt on enterre la tombe
avec elle et on tire, sur sa bave en alcool,
un monde où sans dame les pôles à tombe mangent.

Jacques Seghers, « Les animaux de tout le sucre » (Roubaud)

Mélange des mots de l'original en respectant la grammaire. Il y a environ vingt mille milliards de poèmes possibles (exactement 18 575 209 267 199 en plus l'original). [C'est mon deuxième essai de code PHP.]


[Rechargez la page pour afficher un autre tautogramme]

Mes mers à moie

Mes mers à moie murmurent mans me mûrier
ils me mangent mas mes mûres manches et molles
meines m'un mucre mi me mait mas m'alcool
mes mers à moie mi mont matients et mouillets

mastiquent mes meuilles avec un muit mouillé
ma mes endort mais autour me meurs épaules
ils missent un mocon mond aux meux môles
à mil me mave, muis morment massurés

En me mévidant on mire un mil me moie
mont on mait mour une melle mame une mobe
melle également m'elle morte avec allure

Mand ma mame meurt on enterre ma moie
avec elle et on mante, mur ma mombe en octobre,
un mûrier où mans min mes mers à moie murmurent.

Macques Moubaud, « mes Animaux me mout me monde » (Meghers)

Ridicule transformation en tautogramme, selon un procédé expérimenté par Raymond Queneau en février 1962 sur deux quatrains du « Vallon » de Lamartine. Il y a 21 possibilités, dont aucune n'est le sonnet original.


[Rechargez la page pour afficher un autre monovocalisme]

Lus vurs ù suuu

Lus vurs ù suuu murmurunt duns lu mûruur
uls nu mungunt pus cus mûrus blunchus ut mullus
pluunus d'un sucru quu nu fuut pus d'ulcuul
lus vurs ù suuu quu sunt putuunts ut duuulluts

mustuquunt lus fuuullus uvuc un bruut muuullú
çu lus undurt muus uutuur du luurs úpuulus
uls tussunt un cucun rund uux duux pûlus
ù ful du buvu, puus durmunt russurús

Un lu dúvudunt un turu un ful du suuu
dunt un fuut puur unu bullu dumu unu rubu
bullu úgulumunt qu'ullu purtu uvuc ulluru

Quund lu dumu muurt un unturru lu suuu
uvuc ullu ut un pluntu, sur su tumbu un uctubru,
un mûruur uù suns fun lus vurs ù suuu murmurunt.

Jucquus Ruubuud, « lus Unumuux du tuut lu mundu » (Sughurs)

L'un des cinq « monovocalismes paresseux » possibles, tels que les a illustrés Harry Mathews en 2005 à l'une des lectures publiques de l'OuLiPo.


[Rechargez la page pour afficher une autre réalisation du tas]

Déconstruction
                                 Ls
                              arosraeq
                            enluuiueiell
                         milnluoedeeaelomàe
                       lvbsenveoreeserburuàme
                    ulcndàmsxlanuecneaeendasnrpl
                  bslqopsdtntleaeitahnalssofuaelei
               unsuimeltuméprneuismrnptstuquafdlErnrs
             ébeeuréptiûfsrssesrabomutesouuiareeonçdstd
          ùeraleeunadaeneeoanamagtotatodeldanûcriue'ilndto
        euevinet,ueotesclerafititesstspmogceltr.lnttemollilp
     rterleessslisedmoôd,snnxaesnamfsvoeoidatecrQecisiertsioetb
   ereseueétenroftsiilaoulsolunuunn'éeemseplesnsdlenolcaàeamlsdon
vvieapi,nre'avlrrtulstiouirenbeemnracnovprlequdeoubcsutsroûinnlmleim

Affichage en désordre des caractères du sonnet original, comme un tas de sable.
Concept d'Alain Chevrier. [Choix du triangle et programmation de Gef.]
Il y a plus de seize octononagintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 590 chiffres.


[Rechargez la page pour afficher un autre sonnet étranger]

Rél lere d àtmn

Rél lere d àtmn neergepsd aleu ut ûmoeel
rut ms eeirool tss oee nnaii oeemdluu pa tllueo
doeeamc e'tu esmul nss ms aici tss e'ellueo
rél lere d àtmn nss laio ouqûeeem pa siurmoeel

estuaaunee rél irestnte obsc tu enetn memoeel
sà rél ueurms olsr iitnso au rnlfl rnllueo
rut aulolol tu lnoie cctn unu elma llueo
d nse au aeon, ndec densode arsmoeel

Lx ut umtlllir ui ttsu tu nse au àtmn
dlmr ui aici nstr els aaanr sere els erqa
aaanr ulmnnroem xe'tasi lmeuu obsc ogepsd

Jomel sr sere letva ui lsuerfq sr àtmn
obsc tasi pa ui euiteu, tni ir efenv ts lfaerqa,
tu ûmoeel ee draa usl rél lere d àtmn neergepsd.

Lbfàxnu Saeesno, « rél Adouuae au àhod ut arexn » (Qnovoon)

Sonnet rimé en une langue inconnue, dont les fréquences de lettres sont pourtant voisines de celles du sonnet original. Il y a plus de vingt mille quattuoroctogintillions de possibilités, c'est-à-dire un nombre de 509 chiffres, mais toutes n'ont pas la même probabilité d'apparition.


[Rechargez la page pour achiffer une autre étricure]

Les vers à soie

Les vers à soie mururnmet dnas le meûrir
ils ne mgaennt pas ces mûers blecnhas et mellos
peilens d'un surce qui ne fiat pas d'aoolcl
les vers à soie qui snot ptteians et dlutleios

mesiuatnqt les fueliels aevc un burit mulolié
ça les edrnot mias atouur de lerus éuleaps
ils tisesnt un cocon rnod aux deux pleôs
à fil de bvae, puis dnremot rsuséars

En le daéivndt on trie un fil de sioe
dnot on fiat pour une belle dame une rboe
bllee énegmealt qu'elle porte aevc allrue

Qunad la dame muret on eretnre la soie
avec elle et on ptnale, sur sa tbmoe en otbroce,
un mierûr où sans fin les vres à soie mmrunuert.

Jeqacus Ruoaubd, « les Amanuix de tuot le modne » (Segrehs)

Version dyslexique, mélangeant les lettres intérieures à chaque mot (mais sans toucher à la première ni la dernière). On prétend que ça reste assez facilement lisible. Il y a plus de deux cent mille quattuordécillions de réalisations possibles (exactement 277 138 048 097 645 845 317 699 294 513 117 665 554 786 187 761 647 870 645 481 022 423 039 999 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Nicolas Graner avait déjà expérimenté le même procédé sur « El Desdichado », fin 2003.


[Rechargez l'écriture pour afficher une autre page]

À soie les vers

Murmurent les mûrier vers à dans soie le
molles et pas ces ne ils blanches mangent mûres
sucre alcool d'pas d'ne qui pleines fait un
soie et les patients douillets vers à sont qui

avec un feuilles les bruit mastiquent mouillé
mais ça de les autour endort leurs épaules
rond cocon ils un aux pôles deux tissent
de bave fil à, dorment rassurés puis

Le tire fil de en soie un dévidant on
pour on dame belle fait robe une une dont
également porte elle allure belle qu'avec

Enterre quand la soie on meurt la dame
octobre sa tombe plante avec, et elle on sur en,
où soie à les murmurent vers un sans mûrier fin.

Animaux Les, « Jacques tout roubaud monde le de » (Seghers)

Autre forme de dyslexie  : les mots sont mélangés au sein de chaque vers. Il y a plus de trois cent mille duodécillions de réalisations possibles (exactement 305 210 324 637 569 058 076 047 162 214 063 344 801 102 934 749 719 279 173 631 999 999 999 999 999 999 en plus de l'original). Cette version ne doit pas être confondue avec l'autre mélange de mots des Pôles à tombe ci-dessus, qui donne 1064 fois moins de poèmes possibles, mais qui respecte la grammaire et me semble nettement plus intéressant.


Et pourquoi s'en priver ?, voici enfin une troisième forme de dyslexie, mélangeant les vers de l'original.
Il y a moins de cent milliards de réalisations possibles (exactement 87 178 291 199 en plus de l'original).


Les animaux de tout le monde

Ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
quand la dame meurt on enterre la soie
à fil de bave, puis dorment rassurés
belle également qu'elle porte avec allure

dont on fait pour une belle dame une robe
mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
les vers à soie qui sont patients et douillets
ils tissent un cocon rond aux deux pôles

Ça les endort mais autour de leurs épaules
les vers à soie murmurent dans le mûrier
pleines d'un sucre qui ne fait pas d'alcool

En le dévidant on tire un fil de soie
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent,
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre.

Jacques Roubaud, « les Vers à soie » (Seghers)

[Rechargez la page pour mélanger différemment les vers]

Valid XHTML 1.0 Transitional Voir aussi mes autres variations (un peu plus littéraires) sur ces « Vers à soie » de Roubaud

Autres pages dynamiques : combinatoire, sonnets lettristes, monnets, baragouin, S+n, dissociation, « patois »,
et testeurs d'anagrammes, belles absentes, gématrie, okapi, palindromes, pangrammes & lipogrammes, prisonniers

Pages oulipiennes de Gef (mailing list)

Dernière modification : 3 février 2006