Gef's Contributions to the Oulipo Mailing List

[0. Classification of the constraints]
[1. Old oulipian page (90s)]
[2. Translation exercises (96-97)]
[3. Miscellaneous constraints (97)]
[4. Oulipian games & poetry (97-98)]

F. Oulipoetic constraints (98-99) : Crabbles
[6. Oulipoetry in 1999]
[7. Y2k texts]
[8. Grannets, tanka & Nerval]
[9. Poetry & symmetry (2000-01)]
[10. Sonnets et al. (2001-02)]
[11. Homophonies, anagrams, etc. (2003)]
[12. Combined constraints (2003-04)]
[13. Some original constraints (2004-06)]
[14. New literal constraints & pangrams (2006)]
[15. Holorhymes, pangrams, etc. (2006-08)]
[16. Polysemy & Pastior (2008)]
[17. Collective poems & vocalic sonnets (2008-09)]
[18. Lists & saturation (June-July 2009)]
[19. Anagram pairs, Loyd & Fournel (2009)]
[20. Rhymes, anagrams et al. (2010-11)]
[21. Cut-up, outlaw, Mathews, etc. (2011-12)]
[22. Complex rhymes, multi-lipograms & self-justification (2013)]
[23. Doublets, arithmonyms, alpharhymes, etc. (2014)]
[24. Homoconsonantisms et al., braids, anagrhymes (2015)]
[25. Anagrams, holorhymes, Morse, etc. (2016)]
[26. Rhythm & pangrams (2016)]
[27. Recent stuff (2016-17)]
[Appendix: Homages to a few oulipian friends]


For your first visit, I suggest this selection

Participation à la première session du Crabbles de Stéphane Barbery
(Scrabble à mots obligatoirement inventés et à définitions contraintes)

Plateau du Crabbles

Premier tour (28 Septembre 1998)
Lettres tirées : AAENNOT. Contrainte : lipogramme en E


Deuxième tour (3 Octobre 1998)
Lettres tirées : BIOQRRU. Contrainte : lipogramme en E
[Surcontraintes choisies : lignes isocèles, alexandrins, citation n'utilisant que les lettres BIOQRU]

QUORBIR (152) [15D], v.tr. (du latin "quorum" = qui,
puis "bir", contraction dans l'argot carabin du long
"sont sortis du billard panards à l'avant"). Travail
du postillon d'un corbillard. Il conduit son fourgon
au columbarium. "Nous poussions un soupir quand nous
voyions quorbir d'obscurs landaus, à Bir... qu'aucun
n'osait fourbir." (S. Tourbir dans "La mort à Oran")

ANATONEB, n.f. (mot musulman mis au goût du jour par
Ibn OTAN dans sa production d'inouïs rubaiyat - voir
la citation). [NB : il m'aurait paru abusif d'offrir
six points pour avoir l'air ici plus français]. Amas
d'hamada, ou plutôt sablon mis par gros tas, où l'on
s'assoit pour accomplir huit oraisons avant la nuit,
dans un sabir aussi confus qu'anaton. "Qu'ouïr ? Qui
quoi où ? Urbi ou orbi ? Oui, bruir ! Oui, rouir ! ô
ru, or bu, or bio ! ô brio ! ô urubu ! Roi riquiqui,
roi bourru !" (chant pour l'invocation d'un cumulus)

Quatrième tour (19 Octobre 1998)
Lettres tirées : AADEELM. Contrainte : trois choix parmi les Exercices de Style

EDAMAEL (155) [O9], n. m.
(du hollandais "Edam" = port de l'IJsselmeer, et "malen" = moudre).
Fromage étuvé / dont la pâte compressée / est servie râpée. [haïku]
"L'âme malade, madame Adèle mêla de l'édamael lamellé à de la mamelle
de lama mâle." ("Elle alla même à dada de l'allée damée à l'emmêlé
dédale dallé d'aléa", de l'aède Adam de la Malle) [lipogramme]

ALIQUORBIREUIIL, n. m.
Treuiil utilisé à Montreuiil par la famille de Brogliie pour
l'aliquorbireuum de la nourriture des chevreuiils, des bouvreuiils
et des écureuiils. [homéotéleutes & épenthèses]

Cinquième tour (26 Octobre 1998)
Lettres tirées : ADEGIIP. Contrainte : thématique érotique
[Choix personnel : allusions aux "Papous dans la tête" et à Harry Mathews. Surcontrainte : hexasyllabes]

AGAIPIED (128) [8H], n. m.
(de a- privatif, gai, et pied) Union conforme aux prédispositons
chromosomiques; syn. hétérodéo, sporthodoxe. « Aux portes de l'amphi,
une étudiante rousse m'appelle et me défie de sa gente frimousse :
"Monsieur, venez chez moi si l'agaipied vous tente." Elle sent mon
émoi, la diablesse envoûtante. Dans son appartement habitent ses deux
soeurs, auburn également et de même douceur. Je comprends que je
glisse au milieu d'un guêpier tendu par Vassilis, mon cher coéquipier.
Mais la seule pensée de triangles de flammes me maintient terrassé,
sans volonté, sans âme. (...) » (Gilbert Lascault)

DEDAMAEL, adj.
(de l'espagnol "ama el dedo", digitophile) Relatif à l'onanisme féminin.
"Mathieu, dans la pièce voisine, attend qu'Henriette termine sa toilette
ponctuée de récréations dédamaelles." (Marie Chaix, "Joies singulières")

Sixième tour (2 Novembre 1998)
Lettres tirées : JLNRSU(joker). Contrainte : n'utiliser que les consonnes JLNRS

JURLI(O)NS (106) [K4] ("jurler" se réalise en
"nous jurlions" à la saison ajournée) Laisser
résonner ses railleries en sales jurons. Nous
ironisons aussi sur un jaune ensoleillé ou un
rose enjôleur s'il ose nuire à l'oeil, ou sur
un son assassin s'il soûle l'oreille : "Alors
là, il jurle !", insinuons nous. Si nous nous
unissons à une jolie nana en un jeu sensoriel
ou salasse, si nous en jouissons sans réussir
à enrouer ni insonoriser les râles nourris en
nos saillies, on les narrera JURL(O)NS-À-GAI-
PIED (128) [8A]. "Le jurlon loin / un jour en
juin / je ronronne // Le rire roi / rallie la
joie / je rayonne" (Saül Jerlaine : "Uranus")

Septième tour (9 Novembre 1998)
Lettres tirées : ECHLPSX. Contrainte : à la manière du "Petit Prince" de Saint-Exupéry

SCHIPLEX (146) [K5], n. m. (du
bas latin schisma = séparation
et plectere = tresser). Réseau
de lézardes du cortex provoqué
par la mycose synaptique; syn.
tissures. "Ça fait donc vingt-
sept-mille-neuf-cent-sept pour
le plexschagaipied orbital, si
nous le calculons en secondes.
- S'il vous plaît... qu'est-ce
que signifie plexschagaipied ?
- Il a déjà diminué. Calculons
sa dérivée. Ça, c'est sérieux.
- Explique-moi ce que signifie
plexschagaipied. - C'est celui
du PSR B 1913+16. Il accélère.
Je n'ai plus le temps. Je suis
un homme sérieux ! - Qu'est-ce
que signifie PLEXSCHAGAIPIED ?
- Que tu me les casses. Soyons
sérieux. En position verticale
8A, le pulsar émet 185 points.
- Mais ce n'est pas un homme !
C'est un schiplex. - Un quoi ?
- Un schiplex !" (A. de St-Ex)

Huitième tour (16 Novembre 1998)
Lettres tirées : ADESUYZ. Contrainte : uniquement des verbes du deuxième groupe
[Surcontraintes choisies : score deux fois trop faible, lignes isocèles deux fois trop longues]

ZYEUTADES (106, 11D) n.f.pl. Clins accomplis pour attendrir sa chérie
qui rougit, pour avertir un abruti qu'on se divertit, parfois afin de
trahir un pourri mal dégrossi mais surtout quand le jour faiblit, que
le ciel rosit, blêmit puis noircit et pour finir... qu'on s'assoupit.
Pour éclaircir ses agissements, on choisit de les définir par des ;-)
qui fleurissent l'ASYII = American SYstem for Information Interchange
[à mugir a-ès-y-deux-i = AESYDEUZI (210, N7) en français]. Envahir un
bâti de telles zyeutades aboutit à l'alourdir, à l'enlaidir, et il en
pâtit. Agir donc sans surenchérir, ne pas trop remplir, sinon au lieu
d'ébahir, vos vagissements avachis nous infléchiront à vomir ! « Pour
réussir un clin, enfouissons notre iris sous notre paupière, que nous
rétrécissons comme un calisson, et obscurcissons cette prunelle, sous
le buisson de notre sourcil. Alors les cheveux de l'étourdissante, de
de la resplendissante se durciront comme ceux d'un hérisson endolori.
Nous l'envahissons de frissons ! » (Henri Bergson, in "Le guérir" ;-)

Neuvième tour (23 Novembre 1998)
Lettres tirées : EIMNRRU. Contrainte : définitions en alexandrins
[Surcontrainte choisie : rimes aussi à l'hémistiche. La première définition forme un sonnet]


Dixième tour (30 Novembre 1998)
Lettres tirées : EGHMNTT. Contrainte : allusions à la Bible
[Surcontraintes choisies : lignes isocèles et diagonnet]

GHIMENETTI (92) [M6]
[ou khiménetti, ximénetti, jiménetti, chaque fois prononcé
avec le raclement de gorge de la jota espagnole] n. m. pl.
(1765; du nom du missionnaire Ghiménès). Fruits minuscules
de la "ximénie", arbuste des régions tropicales (Oléacée).
On les appelle plus couramment "pommes de mer" ou "citrons
du désert". Un descendant de Khiménès, le poète Juan Ramón
Jiménez (prix Nobel litt. 1956), les identifia à la manne,
nourriture divine trouvée au seizième chapitre de l'Exode.
Le nom exact des choses lui fut donné par son intelligente
analyse des ressemblances entre les ghiménetti, les grains
de coriandre et le bdellium. Un fin calcul de cabalistique
lui fit également découvrir un diagonnet caché, au sixième
chapitre de l'Évangile de Juan : « Allah tout près câlin /
avisé sut vous faire / tout ces ghiménetti / présumés fort
mielleux / car vous n'aimiez pas ça / l'infertile sablon »

Onzième tour (14 Décembre 1998)
Lettres tirées : ELTTUV(joker).
Contrainte : texte isocèle finissant cycliquement en "ou", puis "li", puis "po" (tirets acceptés)


Douzième tour (21 Décembre 1998)
Lettres tirées : BEEEFFS. Contrainte : « De la réalité du Père Noël »

BESEFFEUTRU (126) [E5] n.m.      les foyers à pas feutrés en
(de bésef = beaucoup, feu =      plein solstice, périt en 97
ignescence, puis tru = trou      au milieu d'un béseffeutru.
sans eau). Est employé pour      Selon feu Pierre Laroussie,
désigner une combustion peu      on lui attribue le proverbe
contrôlée dans sa cheminée.      empyrique "Qui trop embrase
Noël de St-Claus, le ventru      mal éteint", crié au moment
chaperon rouge qui visitait      de son incandescent trépas.

Quatorzième tour (18 Janvier 1999)
Lettres tirées : ACKORVW. Contrainte : « Pénultième »

           (A1-A8), 419
       CROWVSKA, n.f. (issu
     de la russification d'un
   terme américain). Présage de
  malheur incarné par un corbeau
 femelle voletant d'ouest en est.
La superstition fait référence aux
menaces de missiles occidentaux de
la Sov. War, plutôt qu'aux augures
latins. Le néologisme est attribué
à Oscar Wok, ancien tsar devenu le
 roi des bouviers d'Hollywood, et
  gentiment surnommé "cow-ksar":
   "Le roi de la pampa retourne
     sa chemise pour annoncer
       l'avant-dernier flux
           de corbeaux"


WORKCSAV (419) [A1] n.m. du jargon
    informatique : Commande du
      C-shell permettant une
        sauvegarde presque
         parfaite de tout
          travail bogué.
           L'erreur est
           corrigée par
           le système à
           condition de
           figurer dans
          le dernier bit
         du programme. Au
        contraire, si elle
      concerne le pénultième
    bit, la totalité du disque
rigide est instantanément effacée.

Previous oulipian page, other oulipoetic constraints (98-99), or next oulipian page

See also my Ambigrams & Pinacograms, Pangrams, Wordlist, Mathews' Corpus, Logos and Pentominos
Back to Gef's Hotlist


Valid XHTML 1.0 Transitional Gilles Esposito-Farèse <gef@iap.fr>
Last modified : June 8th, 1999