Gef's Contributions to the Oulipo Mailing List

[A. Classification of the constraints]
[B. Old oulipian page (90s)]
[C. Translation exercises (96-97)]
[D. Miscellaneous constraints (97)]
[E. Oulipian games & poetry (97-98)]
[F. Oulipoetic constraints (98-99)]
[G. Oulipoetry in 1999]
[H. Y2k texts]
[I. Grannets, tanka & Nerval]
[J. Poetry & symmetry (2000-01)]
[K. Sonnets et al. (2001-02)]
[L. Homophonies, anagrams, etc. (2003)]
[M. Combined constraints (2003-04)]
[N. Some original constraints (2004-06)]
[O. New literal constraints & pangrams (2006)]
[P. Holorhymes, pangrams, etc. (2006-08)]
[Q. Polysemy & Pastior (2008)]
[R. Collective poems & vocalic sonnets (2008-09)]
[S. Lists & saturation (June-July 2009)]
[T. Anagram pairs, Loyd & Fournel (2009)]
[U. Rhymes, anagrams et al. (2010-11)]
[V. Cut-up, outlaw, Mathews, etc. (2011-12)]
[W. Complex rhymes, multi-lipograms & self-justification (2013)]
[X. Recent stuff (2014)]

Z. Homages to a few oulipian friends


For your first visit, I suggest this selection

Hommage à l'initiatrice de la liste oulipo [29 Octobre 1996]

Ô luth, cesse le "E"!
"E", houles celtes,
oh, seul céleste !
Le lest s'échoue;
l'Écho est seule.
Est-elle cohues
(tous) ? Elle sèche.
Est-elle os échu ?
C l'hôtesse élue !
Elle eut choses:
thèse colleuse,
colt esseulé (eh!),
clé usée, hôtels,
sous, et échelle.
Échelle ? Oses-tu ?
Eh, suçote le sel,
tousse, échelle !
Elle ose chutes.
Le thé s'... s'écoule,
le sel se touche.
Ô, elles chutées,
elles touchées !


Alliance pour le mariage des créateurs du site Web & de la liste Oulipo [24 Août 2002]

ambigramme d'Estelle & Philippe

Épithalame pour ce même mariage

SIPHLET

Elle est telle le sel et le teste l'été.
Il l'épie épilée ; il épelle : « Eh, hippie,
leste tes sept épées ! » Elle peste : « Étêté !
Lippe pliée, hi hi, le pépé pie pépie ? »

L'esthète lésé hèle : « Et telle sellette est
le pli ? l'épilepsie ? Help, les ellipses pis ! »
Élitiste, elle lit... le titille : « Tilt, té,
lie les liesses ! Le silphe épisse ses épis.

-- Hell, let the spell settle ! Telle thèse pellette
l'épithète... Pitié, petite pipelette ! »
She is lit. Elle hésite... et si : elle l'élit.

Telle piété le pile ; il pétille : « Eh, pépite ! »
Les listes elle piste, et il tisse le site :
télesthésies pétées. Hip, hip, hisse le lit !

¡ Siga, el esposo es fértil !

Lettres autorisées (& obligatoires) dans les différents vers :
1er quatrain : ESTL / PHILE / ESTL + P / PHILE
2nd quatrain : ESTL + H / PHILE + S / ESTL + I / PHILE + S
1er tercet  : ESTL + PH / PHILE + T / ESTL + HI
2nd tercet  : PHILE + T / ESTL + PI / EST + PHIL

Vocabulaire :
pester = râler
lippe = lèvre inférieure
pie = pieux, ou noir & blanc
pépier = crier comme un jeune oiseau
sellette = siège des accusés
pli = habitude
help = à l'aide
ellipses = omissions
silphe = coléoptère (et non sylphe = génie de l'air)
épisser = assembler en entrelaçant
hell, let the spell settle = enfer, que le charme s'installe
pelleter = remuer avec une pelle
épithète = qualificatif parfois injurieux (cf. le silphe)
pipelette = bavarde
she is lit = elle est allumée
piété = amour
piler = réduire en poudre
télesthésies = perceptions extrasensorielles
pétées = folles
signature anagrammatique = continue, le mari est fertile

Menu ambigraphique dessiné pour le dîner de ce mariage

menu


Participation à un recueil collectif pour fêter le trentième anniversaire de la créatrice la liste oulipo
[7 Mars 2005]


Anaphones offerts, pour son quarantième anniversaire, au co-créateur de la liste oulipo & néanmoins expert en Perl
[25 Août 2012]


Anagrammes offertes à l'ancien organisateur des jeux littéraires de cette liste
[16 Novembre 1996]
[J'avoue que son "y" n'est pas facile à placer...]

Hyperbare absent
Prytané serbe, bah !
Rabby parenthèse
(ah, Rabbyn est père ?)
Sphère barnabyte
Barbe Ynterphase
Rhybarbe pesante
Ether persan, baby
Hy, serpent à barbe !
(Rab : serpent ébahy)
Ben Hyr est arabe (p)
Pare-bryse béant (h)


Anagrammes offertes à l'un des auteurs les plus brillants de cette liste
[25 Novembre & 7 Décembre 1996]

Que sais-je, ô cabris ? / Que sais-je, bric-à-os ?
Je crois Basquaise / Je croisai Basques
Cria joies basques
Joies quasi-crabes
Si, Jacques s'obéira
Ça esquisserai job / Erica esquissa job / Jacob esquisserai
Acquis : je bosserai
J'acquis sari obèse
J'rasais Québecois
J'ai brisé cosaques
Je risquai cabosse
Je boirais casques
J'essaie ascorbiqu / (ascorbique, je sais !)
Jaco risque baisés
Si baroque Jessica !
Jésus biaisera coq
Jacques, roi baissé
Qui je baisse ? Oscar !
J. César baisse quoi ? / J. César quasi-boisé [d'après son auto-anagramme ci-dessous]
Sois qui ? J. Scarabée !
Sois arabesque-ci, J. !
Sire Jacques aboi(s)
Jacques saisi[t] robe / orbe
Jaques sciera bois
Jacques aide Boris [un "s" a été changé en "d"]

Lui-même a trouvé l'excellent
J. César bise sa quoi ?


Hommage à l'un des poètes les plus sensibles de cette liste [14 Décembre 1996]
[Ce "haïku" imite une forme de poème qu'il a inventée]

Si tu as Mouchette en tête,       Si tu aS mouche
   assène-le éperdu : up !        TTe en Tête,aSS
Opus phrasé,                      EnE-le EperdU:U
   show haché à Graal !           P!oPus PhraSé,S
Pharaon s'annexa Anna,            How HacHé A grA
   fée aéronaute;                 Al!phArAoN s'aN
à toi !                           Nexa aNNA,fée A
                                  EronautE;à toi!
                                  |     /|\     |
                                  G  i  l l  e  s

Cadeau pour son trentième anniversaire [19111999]

Ah, tu penses à ans ?

Ne sens-tu pas ? Une année est passée !
Et sept et sept, et sept et sept et une.
À ta santé, saute en apnée Neptune
Et en suspens Athéna s'est haussée.

Un népenthès a hanté ta pensée :
Ta tête sue sans entente, pétune,
Un shah huant te happant en sa hune...
Assènes-tu une thèse sensée ?

Stéphane, autant tu tâtes et tu testes
Tes entêtants statuts en anapestes,
Autant tu es esthète patenté !

Satané Hun, tu n'as pause sans hâte :
En t'appâtant, un étau t'a tenté
Et sans nausée, une étape t'épate !

Sois gospel relié à Stef.

titre : anagramme
poème : beau présent
forme : sonnet français
alternance : rimes vocaliques/consonantiques
césures : 4/6 classiques
1ers vers : 30 ans
népenthès : drogue antique
pétuner : fumer
hune : plate-forme de mât
anapeste : vers de rythme court-court-long
12ème vers : allusions aux anagrammes de StS
étau : contrainte dure
14ème vers : allusion à "épate-la à l'étape"
signature : anagramme

[Voir aussi les autres contributions au recueil collectif que la liste oulipo lui a offert à cette occasion]


Anagrammes offertes à l'amie du grand palindromiste ci-dessus [8 Avril 1998]

Bleached receipt [facture blanchie]
The pierced cable [le câble percé]

Décret bicéphale [loi décidée par deux chefs d'états]
Bec de tricéphale [bouche d'une hydre]
(Bec ? Dire chapelet !) [prions pour échapper à cette hydre]

Dictée prêche "bla"
Dépêcha bel écrit
Épeler débat chic

Cher bel décapité / Cher blé décapité

Perec : délice bath !
CD Perec : habileté !
Perec : chat débile ?
Perec, il achète BD

Harpe : décibel, etc.
(T'a prêché décibel ?)

Pécher : diable, etc.
(Eh ! Pacte crédible...)

Diable : échec prêt
Echec perd bétail
Triple échec d'Béa ?
Echec partiel de B. ?

B. ? Article de pêche !
Ledit crabe pêche
Ta pêche crédible

Dépêcher ta cible / Dépêcher célibat / Prêche de célibat

Bel échec départi
d'échec préétabli

Cacheter l'bipède / Catcher le bipède / Réel catch bipède

Cherté de biplace [plus cher de payer deux entrées qu'une seule]

Tchad célèbre Pie [visite du Pape en Afrique]

[Dans un laboratoire de chimie, un assistant décontracté casse un tube contenant de l'acide sulfurique]
Placide t'ébrèche
[Et comme il ne s'en occupe pas, cette fuite s'empire]
Débit pH accélère !

[Une dame déchire une robe toute neuve en l'essayant dans un magasin. Réaction une nouvelle fois décontractée]
Beh ! Crêpe délicat...

[Lancez vos fléchettes, pas vos verres de whisky]
Cible tachée perd

[Comment marchent les lampes des automobiles ?]
Phare ? Bête déclic
[Et les clignotants ?]
Bah ! Déclic répété...
[J'en reste coi !]
Hébété par déclic


Ambigramme offert aux deux précédents [16 janvier 2005]

ambigramme de Béatrice & Stéphane


Cadeaux pour leur mariage [30 avril 2005]
(participations à un recueil collectif de la liste oulipo)

Interpolation graphique entre Stéphane & Béatrice

Conversion

Ste Prudence, oyez ce poème diaphane :
Ha ! ne voyez-vous pas ses doublets de Carroll ?
Stop ! En six jours on a crevé la cellophane,
Shop à vins fréquenté, sifflé maint pomerol...

Hâve oiseau pondu loin de la vogue profane
Shot en plein air, je chute et m'incarne en vieux troll,
Shit asphyxiant les vers où mon rêve se fane :
Rave partie au rythme inquiet du rock'n'roll.

Soit la contrainte nuit, soit elle est créatrice.
Boit-elle un philtre actif à la libératrice
Rive de l'OuLiPo ? Clamez donc hosanna !

Boat people ou nantis, tout loge en ma dépêche,
Béat beatnik planant ou sérieux vol d'épeiche,
Ricercare savant ou farce qu'ose Anna.

[Les quatre premières lettres de chaque vers interpolent progressivement de Stép/hane à Béat/rice. Les rimes riches et alternées sont choisies en hommage aux mariés et à Lewis Carroll. Le cinquième vers est emprunté à Alphonse Allais. Ste Prudence sera fêtée six jours après le mariage de Stéphane & Béatrice, mais sa présence est en fait due aux lettres STEP qu'il fallait placer au début.]

Grille de mots croisés 8x8 avec 8 cases noires

   I. ICI en chiffres romains
      on le trouve drôle quand il est mal barré
  II. craint des écrivains quand ce n'est pas un traitement de texte
 III. époux
  IV. et poux
   V. tutoiement poli
      constitue les deux tiers de l'air
  VI. les cent-vingt verges carrées
      en ceinte
 VII. trait d'union
      trompe
VIII. ça me nomma Farèse


   1. nom commun
   2. toile d'araignée parfois propre
      exagérément à gauche pour un centre d'astrophysique
   3. non commun
   4. compresse ou comprimé de préférence avant tout virus
      presque tout l'été en fin de soirée
   5. Papous
   6. épouse
   7. caractère nordique plein de mystère
      possessif comme son inverse
   8. pauvres hères en manque, ces temps-ci
      très vite arrêté
Couple dessiné avec les lettres de leurs noms

Stéphane & Béatrice

Satisfaire abbé net :
Ascète te bénit, Farès.
Bah, faste sérénité !
Scénariste te fait béat.
Ce théâtre à bénéfices,
Ténèbre à satisfaits,
Baisse fesses ratatinées.
Cinéaste fait art bête.
(Abêtir, c'est néfaste :
Benêt fait État raciste.)
Battre cécité fanée !
Ébéniste a fait astre,
Fasse basse éternité.
Fan : « Bis ! » etc.

[Anaphonèmes]

Amour entendu

Il était une Joconde
souriante et bien gironde
qui voulait rencontrer Don D-
iego de la Vega-Bond.

Aimant l'humour décalé,
les falaises, les galets,
elle savait égaler
les fées du ciel étoilé.

Lui lisait Perec, Auster,
Queneau, Desnos, Baudelaire,
Lupin, les trois mousquetaires,
voyait Lynch, Allen, Rhomer.

Il désirait emballer
Fantômette en un ballet
de Flamenco, puis parler
en palindromes pas laids.

Mais leurs goûts se correspondent !
L'amour en cette seconde
les unit et les inonde :
voilà qu'on se dévergonde.

Vous avez trouvé Séville,
Étretat et son aiguille,
les tableaux de Delaunay,
l'Égypte et l'art du sonnet.

                    (Fée l'étonne)

[Cette parodie de la chanson « Un autre monde » de Téléphone m'a été suggérée par Valérie Susana, la soeur du marié. J'y ai transformé tous les vers en heptasyllabes réguliers, respecté les rimes originelles en les enrichissant, et saturé la réécriture du plus possible d'allusions aux goûts des époux. Le titre est une anagramme et la signature une contrepèterie. J'avais d'ailleurs répondu à Valérie Susana « Qu'un autre le ponde ? T'es née folle ! ;-) »]


Cadeaux pour la naissance de leur fils Joseph [04/05/06]
(participations à un recueil collectif de la liste oulipo)

Ambigramme de Joseph Pavage de Joseph

Double acrostiche isocèle

Juste avant que le jour s'embrase par dessuS
Oiseaux gais toits cuivrés et que lato sensU
Sur la liste oulipo nous fêtions nos dix anS
Est né l'enfant-bonheur Rêvons ce qu'il serA
Philosophe ingénieur pape schtroumpf artisaN
Hurlons unis en choeur un hip hip hip hourrA
Faux semblant

Naissance de Susana Joseph le 18 février 1848

Anaphones & anagrammes

Que la muette rie aux contrepèteries ?
Aphones, ces usages !

Ces exos peu fats sont rédigés sans façon
Ah jeu ? Passons...

Chaque aile a huit moteurs sur l'hydravion flotteur
Nage à seize fuseaux

Pourquoi geindre « Je veux teindre en blond mes cheveux » ?
Hop ! jaunasses

On refuse l'asile aux anciens imbéciles
Sauf ânes usagés

Un yaourt adipeux ? Ah non, pour moi très peu !
Sans soja ? Peuh !

Que veut dire « érogène » : est-ce une autre aire aux gênes ?
Zone à usage fesse

Que la maman halète et qu'ensuite elle allaite !
J'pousse ahans

Mon âme fut saisie alors de poésie
J'eus phases à sonnets

Alice a vu passer des lièvres bien sapés
Hases à jupons

Même aux géants d'airain le temps brisa des reins
Âge usa nos fesses

Cipango va t'épier sur la pointe des pieds
Japon s'hausse

P'tinacogramme
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Joseph

Distique holorime

Là Vénus usa nage aux effets négociés :
Lavé nu, Susana Joseph est né -- gosse y est !

Jeuseph

Image GIF qui amusera peut-être l'intéressé quand il aura 5 ou 6 ans...


Hommage à l'un des oulipiens les plus inventifs de cette liste [15 Mai 1997]
[Ce texte imite une interview d'Edith Cresson qu'il a lui-même écrite]

En cette période électorale, les interviews de candidats ne manquent pas. Celui-ci, de ma région, m'a fait bonne impression malgré les questions discutables des journalistes, qu'il semble avoir supportées stoïquement. En tout cas, jamais il n'y colla gras nerf.

Quel est votre programme politique ?
-- "AGIR". Relançons !
Et en cas de victoire ?
-- Le con s'garnira
Qui ça ?
-- Néron, gras laïc
Et comment s'enrichira-t-il ?
-- Ignare : raclons !
Les fonds de tiroirs, ou les contribuables ?
-- Raclerons gain
Ah, les grandes fortunes, comme celle de votre adversaire ?
-- Narco-sanglier !
Pourquoi l'insulter ?
-- Il rogna crânes
Est-il vraiment un tortionnaire ?
-- Il ancra négros
Son racisme s'exprime en effet clairement dans son programme de politique extérieure; l'avez-vous entendu ?
-- "Glacerons Iran"
Oui, ça fait peur. Et s'il gagne, que criera-t-il ?
-- Il cornera "Sang !"
Vous a-t-il menacé ?
-- Lorgna arsenic...
On dit que sa devise mentionne des radars
-- "Gloria scanner !"
Envahira-t-il les océans de sous-marins ?
-- Sonar cinglera !
Se prend-il pour un amiral ?
-- Nelson. Car "AGIR"...
Oui, vous faites bien de revenir à votre programme; votre adversaire est une ordure.
-- Ne salir, garçon !
Pardon, je me suis emporté. C'est au tour de Mme. Chazal de vous interroger, avec plus de distinction.
-- Claire ! Son rang !
Monsieur N'G, bonjour. Comme vous avez longuement pu détailler vos projets politiques avec mon collègue, mes questions seront consacrées à la culture générale, afin d'informer les électeurs de votre état de santé mentale. Comment gagner au poker ?
-- Alignons carré
Très bien. Quelle marque de café préférez-vous ?
-- Carlos en grain
Que se passe-t-il si l'on cherche à faire vieillir du Beaujolais ?
-- Gnôle s'rancira
Excellent. Changeons de registre. Comment qualifier le deuxième enregistrement, justement, des variations Gouldberg ?
-- Sacra Glenn roi !
Et la fugue en ut # mineur du clavier bien trempé ?
-- Ça, Glenn rasoir !
Quelle est l'occupation principale de Cyrano dans la pièce de Rostand ?
-- Gascon, il narre
Et que pense Roxane, au lieu de l'écouter ?
-- "Arrangeons cil"
Quelle fut la réaction de Mallarmé en arrivant à Annecy ?
-- "Lac grisonnera"
Parfait. Passons à quelques tests télévisuels. Que fait le chat dans cette vidéo ?
-- Lorgne canaris
Dans quel but ?
-- Songera larcin...
Effectivement. Voici un extrait du dernier match France-Angleterre. Que vient de faire l'arbitre ?
-- Signala corner
Bien, mais pour quelle équipe ?
-- Corner anglais
Vous êtes incollable ! Quel est le QI de la danseuse que vous voyez evoluer sur cet écran ?
-- Carlson ? Ignare !
Mais elle vient pourtant d'obtenir un grand prix
-- César ? Rang Lion ?
Oui, un César
-- César ? Nano-girl !
Aimez-vous par contre Sarah Bernhardt ?
-- S., l'écrin angora !
Vos électeurs sauront, j'en suis sûre, apprécier cette touche de poésie finale.

Ambigramme de son nom [mis au point en octobre 1997, mais redessiné proprement sur ordinateur seulement en mai 2001]

ambigramme de NG

[Voir aussi ses propres ambigrammes de ses nom & prénom]


Cadeau pour ses 40 ans, en même temps que les 35 ans de l'un de ses amis, Yves Niquil [juin 2002]

ambigramme de NG & YN


NG 40 ans & YN 35 ans


Mise en pages du recueil collectif de la liste oulipo pour fêter les 50 ans de Nicolas Graner [1er Décembre 2012]
J'y ai moi-même contribué avec un pinacogramme, un homoconsonantisme phonétique, des anaphones et une nouvelle p'tite anagramme.

pinacogramme de NG

Hommage à l'oncle du même oulipien, neuropsychiatre et
remarquable écrivain publié par le Castor Astral
[24 Janvier 2000]

Interview inédite de Monsieur Rilke
Comment caractériser votre adversaire politique ?
-- L'aryen-cliché.
Modérez vos propos !
-- Nearly cliché...
Aimeriez-vous l'emprisonner ?
-- L'y nicher à clé.
Jusqu'où iriez-vous ?
-- Y lacer l'chien.
Oh ! À quoi songera-t-il en écoutant cette émission !
-- Ciel, à lyncher !
Comment son parti réagira-t-il ?
-- Élira ce lynch.
Et le vôtre ?
-- Il lynchera ce...
Non ! Arrêtez vos insultes !
-- Cri n'y allèche ?
Imaginez qu'un fou exécute vos menaces, ce serait un...
-- Lynch éclairé !
Mais vous n'avez que ce mot à la bouche !
-- Hic l'y relance...
Nous ne pourrons jamais diffuser cela. Reprenons au début.
Comment caractériser votre adversaire politique ?
-- Le chyle ranci.
Croyez-vous qu'il appréciera d'être comparé à du suc digestif ???
-- N'y lira l'échec. ;-)
Vous employez certes des mots rares, mais vos oeillades ne sont pas très radiophoniques.
-- Clin y harcèle ?
Non, je les supporte, ne vous gênez pas.
-- Clin y relache ! ;-)
Vous insistez sur la transparence financière de vos proches.
-- Cercle hyalin.
Votre porte-parole, Sir K.N. Eel, semble pourtant aimer les vêtements de luxe et les voitures de sport.
-- Chic en rallye...
Il ne s'habille que de soie.
-- Y crache le lin.
Il offre souvent des bijoux à ses amies.
-- Y lache l'écrin.
Il se moque des zazous de l'autobus S, et fait retoucher son pardessus par de grands couturiers.
-- Il l'y échancre.
On dit que vous avez choisi un gourou zen comme chef de cabinet.
-- Il recycle Han.
Mais d'où vient cet hurluberlu ?
-- Chine, clearly.
Pourquoi votre secrétaire accumule-t-elle tant de rimel ?
-- N'y lèchera cil.
Un journaliste au nom messianique de J.C. fait beaucoup d'éloges de votre politique.
-- Y lire Chancel.
On dit que chacun de ses articles est un coup de manivelle pour votre popularité.
-- Y cacher nille.
Parmi les célébrités qui vous soutiennent, on trouve toutefois des chanteurs drogués.
-- Clerc y inhale...
Il gonfle son vélo avec un gaz hallucinogène.
-- Inhaler cycle...
Qu'avez-vous fait pour éviter la délinquance juvénile ?
-- Créai le lynch.
Encore cette obsession sadique !!!
Chers auditeurs, nous sommes dans l'obligation d'arrêter ici notre entrevue.
Vous connaissez maintenant si Rilke a haine.


Anagrammes offertes à un camarade italien m'ayant aidé à
décrypter les subtilités de la Lolita de Varaldo
[19 Janvier 1998]

Poil monoacide
(monoacide poli),
domino apicole,
picolo domaine.

Ô pied, ô limaçon !
Ô camion dépoli !
Ô copain démoli !
Ô mi dolce piano !

Ciao, Don Emploi,
Don Paco Emilio !
Ciao, monde poli,
Comedian Olipo...


Hommage à un ami de Mayence, physicien théoricien mais aussi
expert en jeux de mots dans plusieurs langues !
[20 Juillet 2000]

Pendant sa promenade, F.S. voit un bistrot
mais il n'a plus d'argent, il ne le sait que trop :
"Oh, le snack ! Fric ?"
Il aperçoit les mets que ce bar lui propose
alors quand-même il entre en titubant, et ose :
"Corn flakes ! Hic !"
Il exhibe au barman sa dernière monnaie;
le garcon lui répond en anglais, etonné :
"Nickel for cash ?"
Mais ce type est gentil, et il lui offre à boire
des alcools, des yaourts; c'est à ne pas y croire !
"Le fair schnock !"
Le lait caillé ne plait pas trop à notre ami
donc le serveur le range et propose un demi :
"Cachons l'kéfir !"
Mais le héros fatigue et peu-à-peu s'endort;
dans son verre, l'alcool revêt des reflets d'or :
"Le kirsch fonça"
J'espère, ô noble cheik, que ces vers imbéciles
vous auront fait sourire, et je paraphe : Gilles


Hommage à un 'pataphysicien oulipophile collectionneur de casse-tête et d'acrobaties verbales en tout genre [12 Mars 2001]

ambigramme d'AZ

J'ai retravaillé la calligraphie de cet ambigramme en 2005 [voir aussi cette animation "Flash"] :

Alain Zalmanski

Anagramme de son nom, introduite par un zeugme alexandrin et monovocalique [7 Mars 2003]
Descendez ce xérès et cette pente en stem : manzanilla à ski


Participation à un recueil collectif pour fêter le soixante-dixième anniversaire du même 'pataphysicien oulipophile
[15 Octobre 2005]


Cadeau pour le quarantième anniversaire d'un érudit, virtuose des messages cryptés en alexandrins, et créateur de nombreuses contraintes oulipiennes [21 Juillet 2001]

ambigramme de PK
Il est instructif de comparer cet ambigramme de style "gothique" au premier que j'avais construit sur mes brouillons :
ambigramme de PK ambigramme de PK
Comme on le voit, ma façon de symétriser ce nom est restée strictement la même, et la lisibilité n'a pas vraiment été améliorée. Cependant, les pleins & déliés rendent le tracé plus élégant, et les angles de la version gothique lui donnent un caractère savant.


Hommage à l'un des écrivains les plus talentueux que je connaisse, qu'il s'agisse de littérature avec ou sans contraintes [31 Août 2001]

ambigramme de PF

Une vingtaine d'anaphonèmes pour célébrer sa jubilation [2 Juin 2005]

Toujours bon pied, bon oeil, et pourtant ce jeudi
Ah ! me voilà quinqua, j'en suis abasourdi.
          L'an frappe ! Crainte, dis ?

Le début du sonnet me fout dans le pétrin
Car comment déclamer ce truc avec entrain ?
          Pff, dire lent quatrain

C'est clair, quelle que soit la pièce d'Euripide,
Cet acteur ne se sent vraiment pas intrépide.
          Franc trac limpide

Souverain menacé par un alexandrin
Il reste dans Bagdad mais fuit... d'un tube au rein.
          Calife trempe drain

La puie a liquéfié mon deuxième escarpin !
-- Cendrillon, n'as-tu pas oublié ton pépin ?
          Dire : « Flaque trempe, hein ? »

Après l'averse vient le doux zéphyr de Pâque,
Sur la mare ébauchant sa prophétie opaque.
          Printemps ride flaque

Un auteur insipide à la crasse accomplie
Tient toujours sa promesse et sottises publie.
          Fade crainte remplie

Il arriva souvent à Laurel ou Hardy
De jouer un tire-au-quoi ? Disons, un « peu hardi ».
          Flanc : crainte, pardi !

Se promenant à l'ouest, nos héros émotifs
Tremblent, claquent des dents, et se dressent leurs tifs.
          Par Landes, craintifs

Comme auto, choisissez la Rover authentique :
Son système A.B.S. a séduit la critique.
          Land : frein pratique

Homme fort élancé, pas loin du macropode,
Certes gauche mais bien pour les photos de mode :
          Grand dadais commode

Pour éclaircir nos films, notre laborantin
Les plonge dans un bain de métal florentin.
          Clip d'art franc teint

L'inspecteur employait un drôle de radar
Pour tirer des clichés beaux comme des Nadar.
          Flic : empreinte d'art

Je prenais calmement des photos en Sicile...
Un excité soudain me lance un projectile.
          Frappe d'intranquille

Spécialiste des rats, il dit en les montrant :
J'élève des espions depuis déjà quatre ans.
          Parc d'infiltrants

Ce que nous préférons, avec mes camarades,
C'est cuire la volaille, entre autres rigolades.
          Clan : frire pintades

Plus riche que Crésus, Rockfeller et Kubrick,
Cet avare possède un bois près de Zürich.
          Radin plante fric

Il flâne, nonchalant, dans son cossu jardin
Puis écoute aux infos la Bourse, avec dédain.
          Pff, tranquille radin !

De l'Europe n'aimant ni les lois ni la banque,
Soyons francs, c'est hélas un « non » sec que l'on flanque.
          Aride plainte franque

Comment rejoindre Anvers à pied (j'ai mal en train) ?
-- Viens-tu de cet endroit ? répond un malandrin.
          Patrie que Flandre, hein ?

Il avait patienté pour fuir le château d'If,
Mais l'âge ne l'avait pas rendu maladif.
          Plein cran tardif


Cadeau pour le cinquantième anniversaire d'un spécialiste de l'autoréférence et grand chasseur de bizarreries lexicales [12 Septembre 2001]

ambigramme d'ÉA

[Voir aussi le beau présent, les mots croisés et cet ambigramme plus lisible de son prénom, que j'ai construits pour un recueil collectif offert par la liste oulipo à cette occasion]


Hommage à un artiste multiple (poésie, peinture, sculpture, musique), auteur notamment de remarquables palindromes rimés [3 Octobre 2001]

ambigramme de RR

[Notez la symétrie peu courante par rapport à un axe horizontal.]

Il m'a lui-même envoyé en septembre 2001 le diagonnet suivant :

L'Azur hante sa blessure et crie
qu'oulipo en rime est poésie.
Te coupe, automate au sablier,
ma strophe à l'Esposito-Farèse.

L'Az     ur       han      te       sa b     less-

ure      et c     rie      qu'ou    li       po

en       ri       me est   po       é        sie

Te       cou      pe au    to       ma       te au

sab      li       er       ma       stro     phe à

l'Es     po       si       to       Fa       rèse

Participation à un recueil collectif pour fêter son 50ème anniversaire [16 Novembre 2003]
(beau présent lipogrammatique)

Visage et ambigramme

Y brillera trop
(Ère à pays de zèle : lis, grec héros ; bée et air tais !)

À la table attelé, le Poëte libelle
La litote étoilée, opale îlot lilial,
Aboli bibelot à babil bilabial ;
Il aplatit le pli, bâtit la toile belle.

Tel Attila battait l'élite, Bob épelle
L'étale loi pilote à lai, billet et al.:
La totale atypie et le typo létal,
Le ballet palatal et l'appel à la pelle.

Poli pote à Li.Po., ta bible balaya
La bête pipelette et tôt elle étaya
Le topo toiletté : la pépite pétille.

Ô lippe ôte et palpite, oeillet apitoyé !
Le pape à papillote a papoté -- titille
La polyptote ailée à pétale éployé !

Gosse Rapilli, ose fêtes !

En rab, une sotie écrite début novembre 2003 mais volontairement non incluse dans le recueil :
Le Poète & la Lune

Le loup joue où ? Dans le zoo de Chantilly
qui peut créer ce brouhaha cahin-caha sans
maugréer ? C'est Rapilly qui hurle au haut
croissant « hou hou ! »  ;-)

Le dédicataire RR m'a répondu :
Regards par dessus phrase
d'Esposito-Farèse
Une focale est crise
de vers. L'autre aussi, prose
dont Gilles encore use

En 2008, je lui ai envoyé ce modeste palindrome phonétique :
Et son areu mis, Robert Rapilly paraît, beau rimeur annoncé.

Robert m'a évidemment répondu selon la même contrainte :
Lac, image, on songe amicales
route, heure. Et l'axe aller-retour
en a merci ! Lys rémanent
lis-je : deux sens en ceux de Gilles.


Hommage à un jazzman* auteur d'ambigrammes, de superbes textes à contraintes, et notamment de palindromes d'une qualité exceptionnelle [14 Octobre 2001]

ambigramme de JPS

Jacques Perry-Salkow m'ébahit de fugue à onze voix ! [pangramme]

[Voir aussi cette deuxième version du nom central, que je trouve plus lisible, mais que le dédicataire aime moins.]


Participation à un recueil collectif pour fêter le cinquantième anniversaire de ce même compositeur de littérature à contraintes [11 Juin 2009]


Anagrammes offertes à un spécialiste des palindromes & des anagrammes
(justement, et il avait donc déjà sérieusement déblayé le terrain !) [17 Juin 2002]

Restau. U. :
C'est merder frichti.

Gravidité :
Direct firmer chest. [réalise une poitrine plus ferme]

Spéculatif :
Detect richer firms. [détecter des firmes plus riches]

Voyons, mets ton pantalon de velours élastique en ce jour de congé !
Fi ! Mercredi : stretch.

Vous allez me déboiser tout ça un max :
Me défricher strict !

Mince, le prince est sévère :
Merde, chérif strict.

L'autorité impose consciencieusement son chaos :
Chef, merdier strict.

Bien mal acquis ne profite jamais :
Tricher démet frics.

Renommée de ceinture dorée :
Fric me dit très cher.

Ce faux messie avoue être sectaire :
Ce christ dit fermer.

Jésus chassa les marchands du Temple :
Ce Christ fit merder.

Sujet de philo : Jésus avait-il de l'élan ?
Christ cerf ? Méditer.

Début d'une lettre adressée le 11/03/03 à cet amoureux des contraintes dures
Cher M. de Restrictif

Ambigramme de son nom [21 Juin 2002]

ambigramme de FS

Frédéric Schmitter a lui-même a dessiné en octobre 2007 un ambigramme en miroir de mon deuxième nom, Farèse, et l'a mis au propre sur ordinateur le 02/12/07 :

ambigramme de Farèse


Participation à un recueil collectif pour fêter le quarantième anniversaire de ce même grand palindromiste [29 Septembre 2009]


Hommage à une spécialiste des poèmes anagrammatiques [16 Août 2002]

ambigramme d'ÉC

Fable express [30 Mai 2002]

Schah

Le prince est trop velu mais elle aime son teint,
sa noblesse féline et douce.
Belle s'embrase donc pour ce roi de la brousse,
élit sa Bête, chat mondain.


Cadeaux pour la naissance de Raoul [3 Juin 2007],
fils de Martin Granger & Yasmine Damiens, petit-fils d'Élisabeth Chamontin
(participations à un recueil collectif de la liste oulipo)

Ambigramme (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Ambigramme de Raoul
Ma première tentative d'inversion de ce prénom était bien plus faible :
Premier ambigramme de Raoul
Devinettes anagrammatiques
 1. Le perroquet Laverdure (Raymond Queneau)
 2. Coupe qui usa Perceval (Chrétien de Troyes)
 3. Rejoue-nous ta Zermix du 92, Martin ! (Billal)
 4. Maintenant, foutez-moi la paix ! (Paul Léautaud)
 5. Ce fut le serpent qui creva (François Marie Arouet)
 6. Dieu des zones ensoleillées (Jean-François Champollion)
 7. Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? (La Fontaine)
 8. Devant l'hydre, le seuil du temple ouvre ses gonds (Hugo Vernier)
 9. Fin 1911, Jules Bonnot braque la Société générale. (Bernard Thomas)
10. Ne t'énerve pas, mais Daumal a écrit le Mont quoi déjà ? (Le Tellier)

Solutions
 1. L'ara grogneur
 2. Graal rogneur
 3. Go, l'arrangeur !
 4. Loua ange ? Grrr !
 5. Il se marra d'un gag orné
 6. Ra, loulou auroral
 7. Grrr, ô l'agneau !
 8. Rimer là un sage dragon
 9. L'anar gruge or
10. Grrr : analogue !

Sélénet holorime

Granger Raoul livre
l'art, comme un Rimbaud
grand géra houle ivre,
lard commun, rein beau.

Hourra ! virtuoses,
monde, ouche* à beauté
où ravir tu oses,
mon doux chat botté !

(* ouche : pâturage)

[Voir aussi ce conte de 2004, dans lequel le protagoniste se prénomme Raoul.]

Nouveau sélénet holorime, fêtant la naissance de Piero, petit frère de Raoul [14 Octobre 2009]

Communiquons, pote !
énonçait l'aîné,
comme unies compotes
(et non sélénets)

Ah ! dors, oeuvre aimante,
sain Piero qu'aïeux
adorent (vrai, m'hantent
cinq pieds rocailleux)


Anagramme offerte à un poète & théoricien de la littérature à contraintes,
pas du tout bavard contrairement à ce que les lettres de son nom m'ont forcé à écrire ! [7 Mars 2003]

Ce bavard théorisant

[Voir aussi cet ambigramme de son nom et ma traduction en décasyllabes d'un de ses poèmes.]


Anagrammes offertes à l'un des membres de l'OuLiPo,
ayant récemment écrit de belles descriptions de villes imaginaires [7 Mars 2003]

Réveiller le thé
Éveiller l'éther [décalages de lettres]
Veiller l'éthéré

Ville, réel éther ! [son prochain livre ?]

Thé, livre le réel ! [Proust]

Relire l'helvète [Rousseau ?]
L'helvète irréel

Elle être l'hiver
Tel le réel hiver

[Voir aussi cet ambigramme de son nom.]


Anagrammes offertes à un autre membre de l'OuLiPo, par ailleurs musicien [7 Mars 2003]

Le voisin oral [bavard ?]
L'orale vision

Il sera violon [musicien]
Il vole son air
Il viola son ré [couac]

Voir la lésion ?
Livra son oeil [passage mieux adapté au précédent oulipien]
ô le noir lavis !

Il leva son roi
Vlan : roi isolé [échecs]
Voilà l'or sien
Valorise loin

Il ira, son vélo
Le savoir loin

Soleil Vairon [beau pseudonyme]
Va, soleil noir !
L'ovni solaire [à un V près, il y aurait eu « Lion solaire »]
L'envoi sol-air

L'oraison vile
Rêvons l'aïoli
Rêvions la loi

Oisillon rêva
Envol à loisir

Voilà, liseron ! [c'est en lisant...]

[Voir aussi ces ambigrammes de son nom.]


Anagrammes composées pour la naissance du fils d'un 3e membre de l'OuLiPo [fin janvier 2009]

As eu rejeton ?
Êtes né à jour ?
Jeunet à Éros
Sonate jurée

Jeunot s'aère
Je note areus
Jeunet osera :
José éternua

Je sature Noé
Et a séjourné
Éon réajusté

Astre enjoué
Jaune et rose
Je saute en or

[Pensez à ne pas l'habiller trop vite en denim, car le jean se troue facilement. Évitez aussi les séjours trop précoces aux États-Unis, car le sénateur Joe nous a rejeté. Il était en effet sensible aux oxymores, et osa jeûner jusqu'à s'en éclater la panse dans un resto à jeûne. Mais avant même de terminer mes révisions d'orthographe, je vous souhaite un merveilleux séjour an été. Bienvenue, A.J., et agis !]


Anagrammes composées pour la naissance du fils d'un 4e membre de l'OuLiPo [début mai 2009]

Ansel Forte

rose flétan
l'as en forêt

Re-fêtons là
son art fêlé
one elf's art

Senator Elf
false tenor
fera lentos
reflets à nô

L'art ose nef
lors fête an
Éros et flan
flan stéréo
La nef est or

À son reflet
astronef, le
fol en astre
rafle notes
et forlanes
entre fa-sol (*)

      Ton L. Farèse_

(*) Sol : net. Ré, fa ?
-- Ré, fa le sont !


[ãselforte]

Élan strophé
Auster enflé

Trophée en sel
amphore lestée
stèle en forêt

Fée tolérance
tolérant fesse
errance et flotte
flore et santé

      Eh, l'aut' français_


Cadeau d'anniversaire pour une oulipophile dont le nom est un « palindrot13 » (c'est-à-dire invariant quand on le lit de droite à gauche après avoir décalé ses lettres de 13 dans l'alphabet) [14 Juin 2003]

ambigramme de CG

Nana
Grivet :
un an, ah ?
Un gnon l'y abat, ah !
Bobo ?
Non ! Ô René Nerval, y niera rare b.a.-ba !
Hep, gang tant cru,
frères,
fans
navrés, l'y freina
un ravin aviné ! Ah,
rêve : rire
sera nerf,
rira névé,
frira névés.
Gens garèrent fart.
Rire : hi ! N'a vu ? Rêve :
gant,
robe,
prêt à bon grec,
green vs rive... Fi ! Arrêt
franc. Frire rêves panés.
Armer zen :
un an ? Ah.

Cadeau pour la naissance de son fils Erwan [Décembre 2004]

ambigramme d'Erwan


Cadeau d'anniversaire pour un magicien virtuose des contraintes littéraires les plus dures [13 Octobre 2005]
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)

portrait de PB

Pangramme offert l'année suivante (pour ses 2+3+5+7+11+13+17 ans) :
Ah samba ! Quel vif zig ! Joyeux week-end, Patrice !
Variante moins claire mais encore plus proche de mon sentiment :
M'ébahis ! Quel vif zig ! Joyeux week-end, Patrice !


Cadeaux pour la naissance de sa fille Jeanne [17 Avril 2008]
(participations à un recueil collectif de la liste oulipo)

Sélénet holorime
[l'oulipo, hâtif, chante la nouvelle étoile avant même sa mise au monde]

Jà ne bée Narbonne
d'ensorcellement ?
Jeanne Besnard, bonne,
danse. Orsay, Le Mans

saluent mi-naissance :
c'est l'ébriété !
Sa luminescence
célèbre y était.

N'y abondé-je pas en art*

Muez-vous, longs chants ! Fillette heureuse,
Jeanne gagne un beau coin d'opus.**

Hétéropanphonème en alphabet phonétique international

*  Anagramme
** Hétéropanphonème

Ambigramme (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Ambigramme de Jeanne Besnard

Jeanne Poaty*

Ô yoyotant poète, entonne ton topo,
Épopée ânonnée à nénette épatante !
J'annote ton ana tâtonnant et j'y tente
Ton nanan entêtant et ta nette typo :

En ton pajot, oyant Nat' jetant « tayôt ! » tôt,
Tenant ta tête, Pat' étaya ton attente.
Ton papa, ton papy, ton tonton et ta tante
Papotent à Nojent en jappant yn petto.

Jeanne étant née, on t'a nettoyée et tâtée ;
Te notant apte, on t'a tapotée, appâtée :
« Ô téton tant tentant, je tète ta potée ! »

Ton étape, en été : t'étonnent ton état
Et ton peton ! Tonnant « pataty patata »
À ponant et Japon, je tape ta jota.**

*  Beau présent
** Hémistiche polysémique : je frappe dans mes mains le rythme de ta danse, ou bien je dactylographie l'initiale de ton prénom.

Pinacogramme
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Jeanne


Cadeau d'anniversaire pour un cabaliste contemporain, auteur de romans
policiers et de poèmes à contraintes d'une complexité diabolique [6 Juillet 2006]

Si le fondement de la création est pourchassé par des sauvages,
que ça n'empêche pas Rémi de fêter son anniversaire dans la joie !

L'art est miche où l'tsar ose lancer trolls, loups, phoques :
Là Rémi Schulz arrose l'an, c'est trop loufoque !

[Voir aussi cet ambigramme de son nom]


Participation à un recueil collectif pour fêter le soixantième anniversaire de ce même numérologue [6 Juillet 2010]

Pangramme

Commerçant ? Quel changement de cap !
Va pour les draps africains en vogue,
Mais il écoule aussi de la drogue !
Job : Rémy Schulz vend wax, kif, qat... Gap ! [29]

[N.B. : Son prénom s'écrivait originellement avec un tel « y » final.]

Morale élémentaire

ville dingue        citadin désolé      campagne habitable
                    fugue pure

malaise déjoué      calepin tenu        chagrin passé
                    langue écrite

koans dictés        gnose chiffrée      onze nommé
                    score délibéré

              égalant Cavalli, Leclair, Sanz,
                  Schäfer, Visée, Zappa,
          Offenbach déchiffra sept jeux legato,
              sut dorer Fidelio illico,
          magnifia mines, édifices, plages ocres,
                  idéalisa diadèmes nacrés,
              irradia éclats hors écrans

billet verbal       lyre allègre        vocable bigarré
                    alchimie ineffable
[Cette morale élémentaire ne respecte pas les consignes de Queneau, mais d'autres règles évidentes
pour Rémi. J'avais initialement mis une note sur le verbe « dorer », au milieu du septain central :
Lacis doré m'y fasse holà si dort Rémi, mais je l'ai supprimée lorsque notre ami Frédéric Schmitter
a proposé le superbe titre Rémi face au lacis doré pour l'ensemble du recueil.]

Pinacogramme : Rémi face au lacis doré
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Rémi Schulz

Hétéropangramme épelé

Et Rémi, gré caché,
le taisait du doux bleu
vécu qu'avaient cédé
et Phi jais, et ses noeuds
au pays qu'sage y bée
[RMYHLTZUWQKVCDFIGSNEOPXAJB]

Révolution littérale
[anaphones & anagrammes]

Sarkozy n'a pas peur d'exhiber moult richesses
        Mr S. chez lui
Vois ce mérite louche : aucun pauvre à Neuilly
        Sucriez H.L.M.
Très chers tous, mille amis, donnez-moi vos adresses
        Lirez, chums
Oyez le schuss rythmé d'un ouvrier vieilli
        Hurlez SMIC

Cette mouche stérile, ô Maudit, colle aux fesses
        Chiez sur l'M
(Les miches trousse-t-on si mon vers a failli ?)
        Rimez cul H.S.
Les mousses trichent tant que versent leurs ivresses
        Sciez l'rhum
Car le lèche-tourisme engloutit maint pouilly
        Lichez mûrs

Où n'être plus victime ? Oser schisme, roulette ?
        Île Schmürz
Chez moult sire ou chez Vian trouver breuvage honnête ?
        Chez mil rus
Sous l'orme suisse alors, le sire moucheté ?
        Zürich's elm

Dans la ville d'Einstein, chante ces rythmes louches
        Ulm : scherzi
Dans celle de Ravel, porte aux missels retouches
        Luz : chrisme
Fuis le style mou, rèche, oins de Zink la clarté
        Sûr Michel Z.

Poétique urbaine
[beau présent palindrome minimaliste]

Rémi recrée Russ (67130), Miers (46500), Eu (76260), Cré (72200), Mézères (43800), Selles (27500, 51490, 62240, 70210), Sus (64190), Uzer (07110, 65200), Esse (16500), Ri (61210), Ucel (07200), Èze (06360), Mer (41500), Rue (80120), Erre (59171), Hiesse (16490), Méré (78490, 89144), Lée (64320), Melesse (35520), Cellé (41360), Mezire (90120), Izieu (01300), Lure (70200), Messemé (86200), Rillé (37340), Ruch (33350), Lies (65200), Sère (32140), Issé (44520), Creil (60100), Le Cellier (44850), Cessières (02320), Seilh (31840), Curel (04200, 52300), Liré (49530), Messé (79120), Méru (60110), Lüe (40210), Izier (21110), Izé (53160), Melle (79500), Cesse (55700), Le Mée (28220), Léré (18240), Messei (61440), Herré (40310), Eurre (26400), Mézel (04270), Écuires (62170), Serez (27220), Us (95450), Ussel (15300, 19200, 46240), Lesse (57580), Rezé (44400), Mercuès (46090), Reims (51100), Suré (61360), Ercé (09140) : rimer.

Fibo-Rémi façon l'ASCII

     ooo                                                                        ioi
     ioooo                                                                  ioFFFFo
      oFbbFo                                                              oFbbbbbbFo
       FbbbbFo                                                          oFbbbbbbbbbF
       oFFFFbbo                                                       oFbbbbbFFFFbbb
        FFFFbbbF                                                    iFbbbbbFFFFFFFbb
        oFFFFbbbFo                                                 obbbbbFFFFFFoFFFb
        oFFFFFbbbbo                                              iFbbbbbFFFFoooFFFbF
         FFFFFFFbbbFo                                           oFbbbbbFFFooooooFFbF
         oFFFooFFbbbbF                                        oFbbbbbFFFFFooooooFFFo                                                      iiiiiiiiiiiiiiiilllllliil
         oFFFFFoFFbbbbFoo                                    FbbbbbbbFFFFoooooooFFFo                                        iilliiiiiiiiillccllliiiiiiilllllllllllllll
         oFFFFFFFFFFbbbFFooooiiiiiiioooooiiiiiiiiiiiiiiiiiioFbbbbbbbFFFoooooooooFFFi                                   illllllcllllliilillccllllllllllllcclllllcllllillliiii
         iFFFFFFFFFFFbbbFFFbFFFFooooooooooooooooooooFFFFoFFbbbbbbbbFFFFFFFFFFFooFFFi                                  iiilllilciillllllillllillllccccccllllcclcccucclcclllllil
         iFFFFFFFFFFFFbbbFbbbbbFFoooooooooooooooFFbbbbFFbbbbbbbbbbFFFFooooooooFoFFo                                  iiiiiililullllllllllliiilllillcccccllccccccczhucccullllllliiii
         iobFFFFFbbFFFFbbFbbbbbbFFFoooooooFooooFbFbbboFbbbbbbbbbbbbbFFFbFFFFFoooFFi                                  illllllcuzuuccccccllillllllllccccccccclclcuuzzcucccllllllllllllll    lcllli
         ioFFFFFFFFbFFFFbFbbbbbFFFFoFoooooooooFFFFbbFFbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFFFFo                               iilllllllccuuuuuuuuccclccuuucccccccccccllllcccccuuccccclcclllllllclllll iicclli
         iFFFFFFbbbbbFFFbFbbbFFooooooooooooFFFbFbbbFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFFo                               iilllcccluclllccccccccuzzzzhzuuccccuzuuccccllcccccccclclcccccccccclllliiiicclli
         obFFFbFFbbbbbFFFFbbbbFoooooooooFoFFFbbbbbFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFFFFFo                           illiiillllccccllllcllcccccclccuzzzzucucccccccccuzcuuuuuucccclcccccuccclcclllllcli
        iFFbFbbbbbbbbbFFFFbFbbFFooiiiiooooFbbbbbFbFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFFFFo                         illlllllllccccclllclcccccccllllcucccclllllcclllccccuuzzzzucccccccucuuucccuuclllllli
        oFFbbbbbFFFbbbbFbFFFbbFoooiiiiioooFbbbbbFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFFFo                         illlcllllccccclcclccucuzuucclllllllcccccllccuzccccccuzzzzzuuccuucccuccccczzcclllllli
       iFFbbFFFFFFFFbbbbbbbboFooiii iiiiooFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFFo                        illlcccclcccccllcccccuzuuucclllllllccccccucuccccuuccuuuuzzhhzzzzzzzzuuucccuucccccclli
      ioFFbFFFFFFFbbbbbbbbbFooiiii    iiioFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFbo                      illlllccccccccccczccuuzzucllllllllllillccccuucccccccuccuzuuuuzhhSShhhShzuuccccccccculli
     oFFbbbbbbFFFbbbbbbbbFFooii        iiiFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFbbbo                     ilccuclcccccclllcuzuuzzzzcclllllccccllllllllccclllcccucuzhzczuzzhSSShSSShzuuucccccclcclli
    oFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFoii         iioFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFF                     ilcculccuuucclllcuzcuuucuccccccccccccllllllcccccccuuucccccczSzhhhhzhhhzzzuzzuccclillllllli
   oFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFoii         iioFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFF                    iiilzhcucccccllllcuzzzuuzzcccccccucccccccccccccccccccccuzuuhhhzzhhShhSzzzzzuzzuccllliillllli
  oFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFoii         iooFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFo                   iilluuuuccuullcczhzucchhzhuuccccuuuuzccccccuzzuczucccccccczzzzcuzSSShzzuzuhuuzucllllllllllli
 oFFFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFoii         iooFbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFbbbbbbbbbbbFFFFFoo                   iillcuucuuccccccuuuuucucuzuucccccczhzuccccclcucccccccccccccccccczhhShuzuuuuzzzuucclllllllllli
 oFFFFFFFFbbbbFFFFFbbbbbbbFoii         iooFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFo                  iilllcccccccccccccuzhhullcullclccllzhuucccccllllllcccclllcccccccuzShhhhzzzuccuzzzccccclllclllli
iFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFoi          iioFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFo                 iillccccucccccucczuzzzhclccllllccccicuucccccclllllllcccclllclccclcczhhhhhzczhzuuuucccccclccllllli
oFbbbbbbFFFFFFFFFooFFFFFFooi            iobbFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFo                 iillllcuuuccuuuzzhhhzucccllcccczuzclilcuzzzzzucccccucccccllllllllcccczhhzzzcuzhhzuucccllclllllllli
oFbbbbbbbbbFFFFFFooooooooiii            iiFFFFFFFbFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFo                 iiillccuuccczhhzuccccccccuuuzzhzczccccllcczzuucccccccuccclllcccclccclcuuuuzhhucuuuuuuclllllllllllli
iFbbbbbbbFFFFFFFooooiiiiiiiii           iiiFibooooFFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFbFFo                iillccccucccuhhhhSzucuuuzzzzzzzucccclccuzzhzucccclllccccccllccuuclcccllcccuuuzuzzhhzuuccccclllllllli
iobbbbbbFFFFFFFFooiii   ioFoiiii i     i   iiooooFFFFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFoo               illllcccccccuzhhzccuzzzzzzzzucclllccclcccuuzzuucccllllllllccccclcclculllccccccuhShhzzucucclcccllllli
iiFbbbbFFFFFFFFooiii  ioFFFoooiiiiiiiiii     iiiooFFFbFbFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFoo             illllllcccccuzzucccczuuuuuuuccllllllllllilillllllllliiiilllccllllllclclllllccccuuzhhzzccccclcclllllli
iiobbbbbbbFFFFooii   ioFbFFFooooiiiiiiiii      iioooooFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFoFFo           iiilillluuucccuuucuczucuuucclllllllllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiillcclclllcclllllllcclcuuccucclllcccllllllcli
iioFbbbbbbbbFFooii iiobFFbbbbFFFFoiiiiiii        iiioFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFoFFo        iiilllccccccuzhzhhhhuzzzcclllllllllllliliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilccclllccclllllllccccuuzuucccllllllllllcli
 iiooooooFFFFooiiiiioFbbFbbbbbbbbFFFooi           iiooFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFooFFFFFoii   illlllccccllcuhhhhSShSzzccllllliiiiilllllllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiillilllclliiilllcclccuzzuccccclllillllllli
  ioFbbbFFoooiiioooFFFbFFFFoFbbbbboiiiiiii          iiooFFFFFFFFFFFFbbbbbbFFbFFFFFoFooooFoii  iilllcccllcczzhhhSSShhzclllllliiiiiiiilliliiiiiiilllllliiiiiiiiiiiilllllliiiilllllllcczzuzcccccclllllliii
  iioFFFFFFooiioFFFbbbbFFFooFFbbbFiiiiooFoiiii      iiiioioooooooooooooooooooooooooooFFFFFoillllccccccccuzhhSShhSShzccllllllllllllllllllccclllllcccllllllllllllliiliiiiiiiiiiillllcccccucccccclllliiii
    iioooooooiioooFFFFFFFFFFFFFFoiiiiioFFoiiiiiiiiiiiiioooFFFFFFFbbbbbbbbbbbbbFFooooooooFFoiillccccccuccuuzhhhShShzuccccccccccclccuzzzhhhzzzuccuuucclllllccccccccllllliiilllilllllcucccccccclllllliiii
     iiooooooooFFFbbbbbbFFFFFFoooooiiiooooiiiiiiiiiiiiooooooooFFooooooFFFFFbbbFFoooooFFFFFooilcccuccclllczhShhShShzuuuuuuuuuucccuuzhSmmmmmSShhhShucccccccczzuuzzzhzuccccllllllllllccuccccllllcllllllllli
      iioFooooooFFFbbbbbbFoooooooooiooooiiiiiiiiiiiiiiooooiiiooooobbbbbFFFFFoFooooooooFFFFFFoillccclllcuhhhhzhSzhzzzzzzzzzzuuuuuzzzhSmmmmmmmSSmmhzucllcczzhSSSSSSSmSchulzclcccccclccuucccccllllllllllllii
       iiooooooooFFbbbbbbFoooooFFFooooiiiiiiiiiiiiiiioooioooooooooooooFFFbbbFFFooooooooFFFFFoilccclcccuzhhuuuzzuzzzzzhhhhzzuuuuuuzzhSSSSSmmmmmmmhclliiilchmSSSmmmmShzucccccccccccccccuccccucclllliiillii
        iiioFoooooooFFFbFFFFFFbbbFFFFoooooooooooiiiooiiiiooooooooFFFFFoooooooooiiiioooooooFFoiluhzccccuuhzccuuuuuuzzzhhhhhzzhShhzzhhSSmmmmmmmmmmhclliillchmmmSSSSSzccclllccclcccucccccccllccccllllliiiiill
          iioooooooooooFFFbbbbbbbbbbbbbFFoooooooooooFFooiiiiooooooooFFbFFFFooiiiiiiiiooooFooooilhSuccuuzzccuuuucccuuzhhhhSSSmmmééééémSmmmmmmmmmSucllllllchmmmmmmSShzuccccccccccccccccccllllllllcccllillllclli
           iioooooooooFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFFFFooooFFoooiiiioooFFFoooFFooiiiiiiiiiiooooooooiichmhccczuccuuucccccuzhSSSmmmmméééémmShhhSShhhhzuccllllllccSmmmSSSShhzucccuuccccuucccllllllillllcuuclllclcccli
             iiiooooooFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFbbFFooooooooooooooooFFooiiiiiiiiiiiiiiiioooooooiihSulcuzccuuccccccczhhhhzuuuuuuuuccllllllllllccclllllllcclczhSSSmééééémhzzzhucuuccclllclccclcllccccccccuucli
               iiiooooooFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFooooooooooooooooooooiiiii     iiiiioooooooiilzccczzuccccclllllllcccllllllllliiiiiiilllccccllllllllcllllllccuhSmmSSSShhSzuzcclclcucuucccllllccccuucclli
                 iiioooooooFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFFFooooooooooooooooooooiiiii     iiiiiooFFFFFFoilhuczhhzccccllliiiiiiiilliiiiiiiiiiiiillcccccllllllllcclllillllllccccccclczuucclcllcuuzuccccllcccccccllli
                  iooooooooooooFFFbbbbbbbbbbbbbbbbFFFFoooooooooooooooooooiiiiiii  i   iiioooFFFFFFFoocucuhmSuuuclllllliiiiiiiiiiiiiiliiiilllcccccclllllllcccllliilliiiiiiiiiiiliiillccclcuzccclcclcccclcllli
                  iooooooooooooooooooooooFFFFFooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiii i iiiiiooFFFFbbbbbFouzzzSSShuclllllllliiiiiiiiiiiiiiiiillccuuuccllliillccclllliiiiiiiilliiiiiiiiillccccccccccccccccclllliii
                 iioooiooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiii  iiioFFbbbbbFbbbbFuuhzhShhzucccclllllllliiiiiiiiiiiiilcuuuucccclliilllcclllliiiiiiiiiiiiiiiiiilllluccccccclcccccllllliiii
                 iiooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiioooFbbbbbbbbbFozuzzShhzuuuccccllllllllliiiillllllcccllccccccllllllllllllliiiiiiiiiiiiiillllllcuuuccccllccccclllllllii
                 ioooooooooooooooooooooooooFFFooooFFFFFFoFoooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiioooFFFFbbbbbbboozuzhhhhzzzuuccccclllllllllllllllcccllcccuuuucccccclllllllllliiiiiiiillllllllccuzzzuccccccuucclllllllii
                 ioFoooooooooooooooooooooooooFFFFFFFFFoooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiiooooFFbbbbbbbbFozzuhhhhhhzzzuuccccllllllllllllccccuuuuuzhzzuuuuccccllllcclllllllllllllllllccccuzShzuuuccuuuuccllllii
                 ioFooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiooFFFFbbbbbbbbFooSczhhhhhhzzzucuccccllllllllccclczSSmmmmShhzhhzuuuuucccccccllllllllllllcccccucuzhhzzzuccccuccllllli
                iioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiiooooFFFbbbbbbbFioFzhhSmSShhzzuucuccccclcllccclllchSmméééééSSSmSSSmmmmhclcccclllllllllllcccuuuuzzuzzhzuuccccclllli
                iioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiooFFFbFFFbbbbbboiooohhSmSShzzzzzuuucccccccccllllczhSmmmmééééémméééémmSullllcccllllllllcccccuzzzzzzzzzuucccclllli
                iiooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiiooooFFFbbbbbbbboiiooohSSSSShhzhzzuzccccccccclccccuzhSmSmmééééééRéémhhzccllllcccclllllcccccczzzzzzuzuuuuccllllli
                 iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiooooFFFFbbbbbbbbFiiioooShhhhhhhzzzuuccccccccucuuuuuuzhShhSméééRRémiShzzuucclllcccccllcccccuczhzhzzuuucucclcllli
                  ioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiooooFFFFbbbbbbbbbFiiiioohzShShhShhzzucccuuuuuuuuuuzhhuzzzhhSSéééémSSShhhhhzuucccccccccccccuuzhhuzzzucccccccclili
                   iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiooFFFFbbbbbbbbbbbFiiiiioohSzShhhhhzzzcccuzuuuzuzuzzhuzhhhhhhzzzzzzzhSShhzhhzuzuuuuccccccccczzzhzzzzuzclccclllli
                    iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiooFFFFbbbbbbbbbbboii iiiozzzzhhShhzuuccuhhzzzhSzzhhhzhhhShzucclllcchShhhhhhhzuzuuuzccccuuuuhhhzzzzzzcccllcllli
                      iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiioooooFFFFbbbbbbbbbboiiiiiiiuuzzhShhuuzuucuhmmhShmmShSShSmSmSzzuuuuzhhSSSSShhhhhzzzzuzzucuuzzhzzzzuuzzzcccllcllli
                       iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiooFFFFFFFFFbbbbbbbboii iiiicuhzhSzhuuzuzuzhSSmShhShSmSmmmmmmSSShShhSSSSSmmSSSSShhhhzzhzzzuzzhzhhhuccuccccllclli
                        iiooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiioooFFFFFFFFbbbbbbbbFoi iiiiicczzhhuzuuuuzzhhzSméSmhSSShSSShzcuuuuuucuuzzSSmmmmmmmSSmhhhhhuuzzzzhzucccccccclllli
                         ioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiooooFFFFbbbbbbbbbbbbFii  iiiccuuuuzuuzzzzzzhhéSmmSSSmhhzzzuccllllliiiiillcccuzhSmmmémSShShuzzzhhhzuuccccclclllli
                          iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiooooFFFFFbbbbbbbbbbFoi   iiccccuuucuuzuhzhzSSéémmmhhSSShhzuucccccllllllllllccccuzhmmmmSmShzzzhzhhzuuucccccclllli
                           iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiooooFFFFFbbbbbbbbFoii  iiicuucccuuuuuzzhSSméééémShSShhhhzzzzuuuuzucccccccccccccuuzSSmSShhhzzhhhhuzzzcccclccllli
                           iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooioooooooooFFFFFFFFFFbFooiii   iiuccccuuuzuczShhmméééémSShShhzzzzzzzuzhzzzzzzzucuccccccczSSmmSSShhzzzhzuzzucccccllclli
                           iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooFFFFFoiiiiiiiiiicuccccuuzucuhhhmméééémmShSShzzzzzhhzhhhhzhhhzzzzzuccccuzSmmmSSShShhhzzcucuuccllllclcli
                            ioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiooooooiiiiiiiiiiiiuccuuuczzuuhhSmmméméémSmmSShhzzzzzhhSShShzhzzzhzzuuuuzhSmmmmSSShSmmzzcucuuuuclcllllli
                            ioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiioooiiiiiiiiiiiiuuzuzzzuuhzzuSmSSémmééémmmSSSSShzzzhzzzzzhzzzzzzzzzuuzzhhShmmmmmmSSShuuczczcuucccccclli
                            iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiczhhzhzhzzzShhhSmmmmSmmméémmSSmShuzuuuzzzzuzuucuzzzzuuzzSSSSmSmmmmSShzzzzzuuuuzuccczllli
                            iioiooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiii  iiiiiiuzzzSShSSSShSShmmémééméééémmmSmShzzzzzzzcuzzzcuzuzzuzzuhSSSmmméémmmmShShzuuuuuzzuuuccli
                           iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuzzzhSSShhmmémméééémééméééééémSmmSSuuzzSmuuhhhcuuuzzhSzzSShSmééééééémmmmShzzuhhuzuuzzuci
                           iooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiiiiiii  i iiiicuhSuhShmmShmméééémSémééééémmmmmmmmSzzzhhSzzhhzuuhhSzhShzhSmhSmééméééééméémShzSSSzuuzzzcli
                           ioooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiiii       iiiiczzuzzSmSmmSSméééémméééééééééééémméSmShzzhSShhzuhuShzhShSSmmhSméééééééééééémmShhhuuuuhzclli
                           iiFooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiii       iiiiihhSzSSmSSSmSméSmééémmééémémRééééRméémSmhhzhhSShzhhhzuzmSSSmééSémémééééémSméméShhhShzhzucli
                           iiooooooooooooooooFFFFoooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiii       iiichhmSmémSSmmSRmmmééémSééémééééémémméémmmmmShmmmmmSmSmhzSéSmééRéééééééééRRéSéémShzShShhucli
                           iioooooooooooooooooFbFooooooooooooooooooooooooooooooooooiiiiiiiii      iiiiihSmméméémmmmééééééééééémmmééméééééémmmééémmmSééméSmmémSééémééRémméééééééRémémuzhhhcccllii
                           iioooooooooooooooooFbFoooooooooooooooooooFFFFFFFFoooooiiiiiiiiiiiii iiiiiiichSSméééémééééééééééméééééméRémééééRéééRéRmééSmméméméééééééémmééémmméémmééééémmmhclliiiii
                            iiooiiiooooooooooFbboooooooooooooooFFFFFFFFFFFFFooooiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiizSmSéééRéRéRRéééRRééémémRééRRRéRééééééééééééééhméméééééééééééSéémSmmSméééémmmmmmhuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilllllcc
                             iooiiiooooooooooFFoiioooooooooFFFFFFFFFFFFFFFFFoooiiiiiiiiiiiiiiiiizSShhSéééSmRRRRRRRRRRéééééémééééééRRRéRRRRéRRéémééémmméméééRéémmméémSmSmmmSSSSSmmhhSSShzccccccccccuuuuuuuuuuuuuuuuuu
                             iiiiiioooooooooooFiiiioooFFFFFFFFFFFFFFFFFbFFFFoooiiiiiiiiiiiiiiiizSmmmméééééééRRRRRRRRRRééRééémééméméRRééRRéRRéémmééémmSméééééméSméémmmSShSSzzhShzhzhSShzucuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
                            iiiiiiiioooooooooooiiiiooFFFFFFFbFFFbbbbbbbbbbFooooiiiiiiiiiiiiiiizhSéémSSméRRRééééRRRRRRRRRRRééééééééééééééRRéééémééééméémééééémmmééémmmSShhhhzzhzzhzhhzzzucuuuuuzzzzzzzzzzzzzzzzzzzuzz
                            iiiiiiiioooooooooooFFFFFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFiiioiiiiiiiiiiiiiiiizSmmmSmmmmmééRRéRRRRRRRRRRRRRRéééééééééééééééééméééééémmméééémmmmmémmmmSShhShzhSzzhuhzzuzucuzzzzzzzzzzzzzzzzzzzuuuuzzz
                            iiiiiiiooooooooooooFFFFFFFFFFFbbbbbbbbbbbbbbFiiiioiiiiiiiiiiiiiiizSmmmmSSSmééémméééRRRRRRRRRRRRRRRRRéééééééééééémééééééémmméééééémméémmSmmSSSShzhhzhzuzuzuzuuzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzuuuuuuu
                           iiiiiiiiioooooooooooFbFFFFbbFFFFbbbbbbbbbbbbboiiiiiiiiiii    iiiiuhSméééSzzzuzhméémmmméRRRRRRRRRRRRRRRRRéééééééééméééééééééééééééémméémSSmmmShShzhzzhuuzuzuuuuzuzzzzzzzzzzzzzzzuuuuzzuuuu
                          iiiiiiiiiiiioooooooooFbbbFbbbbFFFbbbbbbbbbbbboiiiiiiiiiiiiii iiiiihSmééééémShzzuuuhmmmSzSméRRRRRRRRRRRRRRRRRRRééRééééééééméémééééémmméémSméSShShzzhzzzuuzuzuucuuzuuuuuuuzzzzzzzzuuuuuuuuuu
                         iiiiiiiiiiiiiiiioooooFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuhSmémméééééémmhzzucuhmmmzzSSméééRRRRRRRRRRRRRRRRRéééééémééééééééémmémmShShzzhzzzzuzzuuucuuucuuuuuuuzzuuzuuuzuuuuuuzuuuuu
                       iiiiiiiiiiioooiioiooooFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbboiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuSSmmmShzzhSmméémShzuuuuhmSShzzzzhSméééééRRRRRRRRRRéééééééééééééémmmémSzzShzuhzuuhuuzuuzuuucccuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
                      iiiiiiiiiiiiooooooooooFFFFFbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbFooiiiiiiiiiiiiiii iiiuSmémSzcccuccccuzhhhSShhzzzhhSmSzuuuuczhShSSééééééRRRRRRéééééééémmmhmhzuuzzuuzzuuzuuzuczuuucccuuuuuuuuuuuuuucccccuuuuuuuu


Cadeaux pour la naissance de Marielle Lakdawalla (dite Mielle), fille de l'oulipote Caroline Lebrec [19 Janvier 2008]

ambigramme de Marielle

« Mielle » (cérébral)
Il célèbre la mer :
Mer, ciel, l'érable,
miracle rebelle !
Marcel le libère :
il crème l'érable.
Merci, la rebelle !

Un livre de Perec est un bon parrainage :
Le W alla : l'idéal karma !
Un préfet algérien en fit un carrelage :
Le wali dalla le karma.
Un capitaine aussi, mais avec du café :
L'amiral dalle le kawa.
Son épouse enthousiaste aime ça réchauffé :
Elle l'admira là, l'kawa.
Es-tu fou ? lance-t-elle, il se salit par terre !
Délire : l'kawa alla mal !
C'est pourtant, répond-il, l'endroit prioritaire :
Aller mal ? L'idéal kawa !


Participation à un recueil collectif pour fêter le soixantième anniversaire
de quatre amis amoureux de littérature à contraintes
,
trois d'entre eux faisant partie du comité de rédaction de la revue Formules
[14 Juin 2008]

Sélénet holorime

Fêtez et Formules
et ses rédacteurs !
Fais tes efforts, mule :
essaie, raide acteur,

qu'un sexagénaire
danse (comme y tais
qu'un sexe âgé n'erre
dans ce comité).

Oubipolarité

En vérité, en vérité, je vous le dis : nos quatre amis sont des prophètes. La preuve la plus directe est la publication récurrente de cabalistique appliquée dans la revue Formules. Mais la présence de tous leurs noms dans la Bible est un argument plus troublant encore. Il serait en effet peu crédible d'invoquer la virtuosité oulipienne du traducteur Louis Segond. Élisabeth apparaît évidemment en toutes lettres (et même neuf fois) dans le premier chapitre de l'Évangile de Luc, et Chamontin est anagrammatisé dans la Genèse (XVIII, 29) :

Abraham continua de lui parler, et dit : Peut-être s'y trouvera-t-il quarante justes. Et l'Éternel dit : Je ne ferai rien, à cause de ces quarante.

Alain Chevrier apparaît également sous forme d'anagramme dans le Lévitique (XIII, 16) :

Si la chair vive change et devient blanche, il ira vers le sacrificateur ;

mais son prénom est aussi caché en acronyme dans Jérémie (XII, 12) et Ézéchiel (I, 9). Rappelons juste la fantastique deuxième occurrence :

Leurs ailes étaient jointes l'une A L'Autre ; Ils Ne se tournaient point en marchant, mais chacun marchait droit devant soi.

Quatorze anagrammes de Sophie et 2 819 de Vial sont peu de chose comparées à l'acrostiche S. VIAL bien visible dans la Genèse, le point marquant la fin du chapitre IV. Son dernier verset et les quatre premiers du chapitre V (comme Vial) sont en effet :

Seth eut aussi un fils, et il l'appela du nom d'Énosch. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Éternel.

Voici le livre de la postérité d'Adam. Lorsque Dieu créa l'homme, il le fit à la ressemblance de Dieu.
Il créa l'homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d'homme, lorsqu'ils furent créés.
Adam, âgé de cent trente ans, engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth.
Les jours d'Adam, après la naissance de Seth, furent de huit cents ans ; et il engendra des fils et des filles.

Sept anagrammes de Bernardo et deux de Schiavetta ne nous étonneront pas davantage. Citons juste le premier livre des Chroniques (XVIII, 16) :

Tsadok, fils d'Achithub, et Abimélec, fils d'Abiathar, étaient sacrificateurs ; Schavscha était secrétaire ;

Mais le plus spectaculaire est certainement la présence de trente et un homovocalismes de Bernardo Schiavetta dans la Bible de Segond, par exemple à la fin de ce verset du Deutéronome (XXIII, 10) :

S'il y a chez toi un homme qui ne soit pas pur, par suite d'un accident nocturne, il sortira du camp, et n'entrera point dans le camp ;

Il n'y a qu'une chance sur 279 936 pour que les sept dernières voyelles d'un verset soient celles-ci, et une chance sur 31 102 de tomber sur ce verset. Multipliant ces probabilités par le nombre d'occurrences, on en conclut que nous n'avons qu'une chance sur 270 milliards de nous tromper. Alléluia !

Sonnet à axis
(exo naissant)


Le grand-duc tient un chèvre en son bec, mais la drôle
Hyène a tout vu donc elle en veut et fait sa scène :
« Le chèvre y est » sort-elle en joie, « ah ! » et la hyène
S'est achevée et riait... Hé ! re-prends ton rôle,

Fennec : son hibou s'y envole à tire-d'aile.
Si le rondeau confie « Élisabeth Yvonne
Françoise Deniélou y va » hé ! liste bonne,
D'une bio choyée fêtons l'anniversaile !

Au drap ne rêvera l'art : soleil par état,
Le miroir de l'athée va ixer Schiavetta,
Le drap où rime la thérapie et l'austral.

Sauf ive hyaline, oui, les fleurs de rhétorique
L'effleurent d'inouïs rets toriques, la clique :
Chamontin, Chevrier, sChiavetta, Chophie Vial.

Festoie les agiles pros_


Pinacogramme dessiné pour le trentième anniversaire d'un compositeur & pianiste au talent hors du commun [12 Mars 2014]
(Une image statique et une animation "Flash" sont aussi disponibles)

Animation du pinacogramme pour Valentin Villenave

En complément, quelques anagrammes de son nom :

Levant le vin à l'envi
(venin l'avant-veille),
V. invente la vanille :
La la, vive l'inné vent !
L'alien vint, enleva V.
et vlan ! il l'envine, va.


Signatures que j'ai utilisées sur cette liste (ou dans mes messages aux abonnés)
complétées par les médiocres anagrammes que j'avais trouvées durant ma jeunesse (en classe prépa)

Solfèges épistolaires
Le polissage est érosif
Le solipsiste se forgea
Le fol Osiris est Pégase
Le soir, Pégase est si fol !
Toi, ose les persiflages
Togolaises persiflées
Les Togolaises fripées
Le sosie forge le pastis
Sage soif postsérielle
Si, le tao fige les proses
Et alors, s'il se pose figé ?
Le pitre figea ses solos
Le pré gâtifie ses solos
Top ! ose figer les asiles
Fige orales politesses
Ai forgé les politesses
Politesses à giroflées
Oser éloges plastifiés
Taire l'éloge possessif
Il se fie trop à ses loges
Paris festoie les loges
Ô florilèges aseptisés
Le pote isola ses griefs
Glorifia les poétesses
Ses apologies fertiles
Ses apologies filtrées
Ses pages trifoliolées
Soleil et page froissés
Il osa gifler ses poètes
Poètes : gifles solaires !
Poète fasse soleil gris
L'étoile grise, pas "fosse"
Glosai les fiers poètes
Oisifs poètes allègres
Les poètes oisifs : régal !
Poésie à flots si légers
Ô les poètes fragilisés !
Gift : les poésies orales
File les poésies gratos !
File les âges isotropes !
Le gras poète fossilisé
Gros self, liste à poésie
Fi ! les gloses à poétiser
Fi les glossaires, poète !
Fi les gros asiles, poète !
Là, il poétise ses forges
Poète s'il forge ses lais
Le lai forge ses isopets
Figaro lèse les isopets
Poétisa ses florilèges
Il poétisera ses golfes
Le golf pistera ses oies
Le golf érotisa ses pies
Serf, il poétise sa glose
Stop, sale serf liégeois
Ose ! glose les apéritifs !
Le trépassé oisif glose
Glose le trépas ossifié
SOS, l'oeil figé trépasse !
Il égaie trop les fosses
Sopor : la sieste les fige
Lasse stèle soporifige
Le sport a gélifié ses os
Le sportif égalisé s'ose
Le sportif Osée a glissé
Fier Osée pas sot
Ose les girafes pilotes
Fêta les périssologies
Fêler ses spatiologies
Sigle refasse l'isotope
Le fier a ses sept igloos
Et pèse les igloos frais
Le rigolo pèse ses faits
Sot Éros, pièges à filles
Ô Éros : gifles, slip-tease !
L'éros gîte fesses a poil
L'orgie est fesses à poil
Liste olipo : gare, fesses !
L'église professait "ose!"
L'église professe iotas...
Les fois pigées : et alors ?
Paroisse est fol église
L'astrologie pisse fées
Les astrologies pifées
L'astro fige les poésies
L'astro piège ses folies
Frigo satellisé se pose
La poésie S.F. : sortilèges
Pose fragiles oiselets
Pose trois elfes agiles
Ô espiègles rafistolés !
Fol, t'osas espiègleries
Espièglerie à sots fols
Espiègles Altorfoises
Sagesses ? ô triple folie !
Polir sagesse et folies
Folie : sagesse très "LiPo"
L'espoir est sage folies
Agrestes folies polies
L'épaiss' et grosse folie
Le gros s'aseptise folie
L'ogre pesait ses folies
Si, ogre, festoie les pals !
Ô l'ogresse se plastifie
L'oeil agressif se poste
Espo, l'oiselet agressif
Les gloires faites Espo
Festoie pas les gloires !
Gloire ! (poil à tes fesses)
Le fol Espo se... se grisait
Espo ligote les fraises
Rôtis Espo-F, sale église !
Le gospel résiste, a soif
Gospel : fées solitaires
Le lipografe tisse ses "o"
Le lipografe toise ses "s"
Le lipografe (tes sosies)
G (passiflores étoilées)
Ego (folles pâtisseries)
Ego, l'atelier possessif
Tellier à ego possessif
Sollers piégea tes fois
Topor se gifle ses ailes
L'otarie pose ses gifles
Folle gosse pâtissière
Pif : le sale gosse est roi
Il se fait poser le gosse
Il poêle frites à gosses
Ego (salpêtre fossilisé)
Le sage prote fossilisé
Le potager se fossilise
Le sage postier fossile
Ai protégé les fossiles
Le poète à fossiles gris
L'as séropositif se gèle
Le gel est frais, ô poisse !
Le passé gèle trois fois
Il osa se geler sept fois
L'égal se pèse trois fois
Sept fois allégorisées
I possess life or eat leg
Galileos, poètes frisés
Fée, pose trois as
Esso : fragile politesse
Soif, tes aigles éplorés
L'aigle érosif s'est posé
Ô si, les parlotes figées
Les palefrois égoïstes
Fi ! Les paroles égoïstes !
Fi ! Le glossaire est posé
Fi ! ô les salopes tigrées !
Si, Polo le frisé est sage
Trop fêlé, agiles sosies
Trop agiles elfes sosie
Fils, le page Ésos est roi
Ô gis, Ésope fils, reste là !
Ésope fils, le roi ès tags
Ésope a soif, s'est grillé
Grosse faillite, Ésope ! (s)
Fi ! ose ta grosse ellipse !
Le Sire Gafosse est poli
Gros lot : épais fils Ésée
T'es pas rigolo, fils Ésée !
Agis, Osis : épelle "forêts"
Aïe, les spés rigolos te f...
Spé, le fol Osiris est âgé
Et glop, liasse froissée
Si, le galop est foiré, Ess !
Si, fais-le, pose se grelot !
La foire s'est posée, Gil's
Aïe, le fossé glisse trop !
Pissotière (fossé légal)
Il assiste le poor Geef's
Le gars Fol-Épi est sosie
Riposte ! Le fol S. assiège
Les poètes aigris e[t] fols
Les pires aigles foetos
Opéras oisifs et gelés (l)
Solistes, l'opéra se fige !
Si, solfège tisse l'opéra !
G.F. : ses étoiles polaires
Le trop salé Essoif gise
Pâle, le gosse Essoif rit
Soif ! Le gosier est salé ! (p)
Le léger tapis foisosse
Stop à ses lois : légifère !
Os législatif se repose
Il forgeait ses os pelés
Os ! Et le sirop glissa, fée
Le lisse Figaro est posé
Figaro s'est épilé les os
Gil se fait poêler ses os
Go ! Il se fait peser les os
Le gros Élastos Épifise
Ali-Ésope Soft-Réglisse
Le gai protée Siflossès
Serge Filosotalès-Pise
Igor Pesselstoï ès alef
Ésope Aéroglisset fils
Gloire à toi, Plessessef !
Ali G. Soft, le Perse sosie
Igor E.T., spé seis, le fol as
Igor-Ésope, le fils tasse
Igor-Élisée Tel-Spassof
Et l'oiselier Gespassof
Piotr Elessef Gelassoï
Glèsil Poésitos-Frasée
L'ogre solipsiste Aseef
Le sage poète Frissolis

Lignes d'Egilsfoss à Pietroasele, et de Preisiogalos
à Téssèlfé, tracées sur le
globe terrestre En supplément, deux couples de villes anagrammes de mon nom :
Egilsfoss, Pietroasele (Islande et Roumanie)
Preisiogalos, Téssèlfé (Lithuanie et Niger)


Anagrammes de mon nom trouvées par Jacques Boissarie (décembre 1996)
[Je lui laisse l'entière responsabilité de son esprit parfois mal tourné !]

Ô fragiles lies postées
îles : pires geôles à soif [un "t" a été changé en "i"]
Ô si, l'apôtre Gil se fesse !
Gisèle Foster, si salope...
Porte-fossiles à Gisèle
Os : les tiges ès-palefroi
Le gros piaf se les toise
Le fol agite ses espoirs [celle-ci est vraiment superbe]
Il loge à SOS pestiférés
Sept igloos reliés à Fès
Fossile : pilotes égarés
Sagesse : le fils poirote
Or, le poète glisse fissa
Poe frit les soles gaies
Poï ! Le frisé gase les STO
Le frisé sape les STO goï

           f
         epis
         toles
        gelera
         sis
          o

Anagrammes de mon nom trouvées par Marie-Christine Harent,
ancienne secrétaire du CPT connue pour ses logos (février 1998)

Psi fagote ses oreilles
Et L.F. poisse l'oie grasse
Il gèle ses oies pas fort
Passe le foie, il est gros
L'orge tapisse les foies
Graisse les poêles toi, F.
Si t'oses gifler sa poêle ?! / ESSO, t'oses gifler la pie ?!
Gifle les soies à poster
Ose le plissage, Roi Stef !
Géo fraise les pistoles
Ego piste ses floralies
Pitié, l'ogresse folasse ! / Piteo, l'ogresse filasse
Go ! Le pois rétif se lasse / Le pois rétif glose ses "A"
G.F. étiole les passoires
Ô rage, ô filles si pestes !
Polo égalise ses frites
Sol passif sirote gelée
Festoie, gaspille rosse !
Presse ! Ta foi s'égosille
Os assorti se gèle le pif
Lassé, pif rose gelé. Soit.
L'osto épile ses girafes
Si Gef le potasse le soir ? / S'il potasse le soir, Gefe ? [avec l'accent marseillais]


Anagrammes de mon nom trouvées par Stéphane Susana (à partir de mars 1998)
[ce Grand-Maître ès palindromes n'a rien à voir avec des "nanas aphteuses"]

Isotopes ? Fi ! allégresse !
Gef : la loi se tisse prose
Si ! Sa glose filtrée pose
L'espoir se fait, se glose
Fasse politesse, gloire
Ô, les piges rafistolées
Espoirs : il fête sa glose
Liste : Parole se fige ? SOS !
S'il lit page rose : ô, fesse !
Paroles glissées et foi
La folie : gestes, espoirs
Gifle : la poisse te rosse !
Laisse, le gosse profite !
Élite, as : le prof si gosse
Osé ! : figea ses torpilles !
Si réelles soifs, potage ! [celle-ci et la suivante sont particulièrement réussies]
Groseilles : fais potées !
Ô, le peso s'est fragilisé !
Loto se fige ! Il se pressa
Oie : fasse trolls piégés !
Soirs agités : l'elfe pose
Si tape ses filles... Ô ogre !
Gef, il se potasse le soir ! [proche de la dernière d'MCH ci-dessus]
Et si loi frôle ses pages...
SOS, le tigre passe !... Folie ? [on dirait du Borges]
Le spéléo a soif ? est gris ?
Ô, fasse l'oeil prestiges !
Été : polo gris se filasse
Soif ? Oser le pastis gelé !
Sofa : Il te repose ? Glisse !
Le foot : Giresse, il passe !
Page trois : Filles osées
S.S. a osé : "Gilles, fier pote !" [S.S. = Stéphane Susana]
S.S. : Foi ! Gilles sera poète !
Ô Pessoa ! Gilles te frise !
Iles, plages... Soir : ô, fêtes !
Esprit : le gosse, sa folie
Il sépare fols égoïstes
S'il ose, parfois, le geste...
Sol : aigle fier s'est posé / L'aigle fier est posé; SOS !
Poète, gloires à ses fils !
Fière soliste à gospels
Forêts gaspillées, i.e. SOS ! [un "s" de trop => "Oise : forêts gaspillées"]
Si rosée, plie les fagots !
Si, la politesse se forge !
Le G.I. posté flaire ses os !
Essore toges, fais le pli.
Toi ! Passe, sors, file ! Gèle !
Règle ses fils à isotope
Il rage, peste. SOS folies !
Gosse : Soit il parle fées,
     elfes, ogre. Soit il passe...
Gare, ô fesses, s'il pilote !
Paris : ô fêtes, s'il se loge !


Anagrammes de mon nom trouvées par Stéphane Barbery à l'aide de ce programme Java (mai 1999)

Spéléologie : astres, ifs...
Allégresse : ose positif ! [joliment optimiste, pour une fois]
Les fières apologistes
Goal épistolier : fesses
Fol épistolier : sagesse
Épistolier fasse glose
Pies rosies, flageolets
Flageolets rosis, épies
Florilèges : poésies-tas
Lot : asperge fossilisée
Éloges : part fossilisée
Galère fossilisée : stop
Glose fossilisée : taper
Tes salopes glorifiées
Grossiste épela folies
Soliste ose persiflage
Politesse : gifle oseras
Professais legs étoile


Anagrammes de mon nom trouvées par Frédéric Schmitter (à partir de février 2002)
[les commentaires entre crochets sont ici de l'auteur, qui signe d'ailleurs « Cher district fermé »]

Si le fossile trop âgé se
gèle parfois les os et si
sa folie persiste, glose !
(sa folie ? Les poètes gris :
poètes fragiles, isolés...)

Sosies : le profil se gâte
Sosies : protège sa fille

Gosse, la folie persiste

Gorille a été possessif

Il ose plagier ses fôtes [celle là est toute en phynesse...]
S'il ose te plagier, ose ! (FS)

Agresse l'oeil sept fois

L'asile protège ses fous [en changeant un "i" en "u"]

Folie légère ? Stop, assis !
Poète assis : florilèges.

Il paraît qu'au service abonnements du Figaro, il y a un type chargé de repasser chaque journal avant de l'envoyer :
Le Figaro se poste lisse.

Mon chien s'appelle Géo, et c'est un caniche nain :
Et Géo a les poils frisés.

Du Gilles Esposito-Farèse :
Rase tes poils, fée du logis ! [en incluant "du" dans l'anagramme]

Anagramme gastronomique du 11/03/03 :
Gilles Esposito-Farèse
se lit foies gras poêlés

Avant l'accouchement :
Grossesse, ai opté : fille !
Après l'accouchement :
Pèse ta fille : ô, si grosse !

Fournée du 23/02/04 :
L'oeil froisse tes pages
Si fol, ose lire tes pages !
Ses poésies, fragile lot
Latis forge les poésies
Sa pilosité, frêle gosse
Fossile, gloire et passé
Le passé glorifié est os
Fesse le gosse à Tripoli
Fessée : il est pas rigolo !
Soit, il professe, le sage
S'il a protégé ses folies ?

Anagramme offerte pour mon anniversaire de 2008 :
Politesse : l'âge froisse.

Trois magnifiques échos à ma signature « Ô gis, Ésope fils, reste là ! »
(allusion au palindrome classique « Ésope reste ici et se repose »),
construits par Frédéric Schmitter le 17/06/09 :

L'Ésope est le gars oisif !
La fosse : il gît, se repose.
Repose là et gis, fossile !


Anagrammes de mon nom trouvées par Olivier Salon (12 Mars 2003)

Si vous étiez espagnol, je vous eusse sans doute donné ce conseil :
Ose fragiles pistes, olé !

Comme ce n'est pas le cas, restons-en à la société de consommation vue comme un progrès :
Essor : gaspille, festoie.


Anagrammes animalières de mon nom trouvées par Patrice Besnard (25 Mai 2003)

Gorille si faste se pose
Fosse, gorille aseptisé
Tigresse fossile opale
L'os poétise les girafes
Le silo ose sept girafes
Otarie, le gel possessif
Golf si sot lasse épeire
Aigle et rôle possessif
Aigle-Eros ose sept fils
Aigle posté frise les os
Slip goret isola fessée
Tigre, os lisse, sofa pelé
Os fossiles à tigre pelé
Soleil faste, pie grosse
Gros sot lissa pie fêlée
Sale pie, elfe sot, os gris


Anagrammes de mon nom trouvées par Claire Grivet (à partir de juin 2003)

Respectons la subtilité des renga, tanka & haïku orientaux :
Ô l'Est ! fragiles poésies.
Un titre pour Soljenytsine ?
Les igloos à pestiférés
Série fossile est galop / Galop fossile tisse ère
Os fossile preste, agile (quelque méso- ou pliohippus ?)
Sagesse et profil isolé
Profil : étoiles, sagesse (schématisé: profil=CV, étoiles=IAP ? hum...)
Ou dans un ordre trop astrologique à mon goût :
Étoiles: profil, sagesse
Fille, passoire et gosse (?!)
Conseil d'évasion :
Sise ? sors, file et galope !
Fès: stop ! Église solaire (les surprises du tourisme)
Approcherait-on d'Ithaque ?
Ô île, fols épis agrestes
Petit inventaire :
Frigo: oseille, ses pâtes
Persiflage : le sot sosie !
Ô ! Gale fossile persiste
Ô ! Elle gisait près fosse. (ou fossé)
Si optes : logis, lares, fée.
à comparer à :
Logis, fées, poteries : las ! (incompatibilité d'humeur dans un ménage ??)
Fête glossaires ès LiPo !
Fait grosse ellipse : osé !
Seil, Saege: Opfer ist los ! (corde, scie : c'est parti pour le sacrifice !!!)
(sgdg -- sans garantie de la germaniste -- pourrait aussi se traduire : la victime s'est enfuie...)

Prose : fait-il ses éloges ? (un nouveau venu s'interroge sur l'étendue de tes goûts & talents)
L'espoir fait ses éloges (??? comprenne qui pourra)
Tes espoirs : legs à folie (un je ne sais quoi de pessimiste)
L'oeil forgea ses pistes (un oeil bien exercé...)
-- Tel logis ? poserai fesse
-- Espoir fesse à tel logis ! (deux bonnes adresses selon les goûts : le confort ou l'hôtesse ?)


Seize amis de la liste oulipo m'ont offert un recueil époustouflant le 12 février 2004.
Il contient de nombreuses nouvelles anagrammes de mon nom, et bien d'autres textes à
contraintes tous plus brillants les uns que les autres. Voici une partie de la réponse que
je leur ai adressée le lendemain, incluant leurs prénoms de manière homophonique :

Prêt ? Non.

Pas triste ni parnassien,
Et ricanant de Malherbe,
J'accorde au sujet le verbe
Et lis, abêti, l'ancien.

À l'improviste un Martien
N'y colla nul vers acerbe,
Frais des ricochets sur l'herbe,
Martingale à musicien.

Patrie contrainte des lettres
Et stèle érigée aux Maîtres,
Fi ! L'hyperconstruction meurt

Passqu'à l'ouest est fané l'astre,
Robe éruptive de fleur :
Rémission, rouge désastre.

Gilles_


Jean Fontaine a profité de cette occasion pour composer encore de nouvelles anagrammes inédites de mon nom (16 Février 2004)

Esposito-Farèse, Gilles,
Les poésies fort agiles,
Il les a tissées, ô, pro GEF !
Gloire à ses fils poètes !
Ô, liste, fige ses paroles !
Ô, pétrifie là ses gloses !
Ô, si, fête Gilles, sa prose !

Il a aussi trouvé une variante plus terre à terre de ma signature « Glorifia les poétesses » mentionnée ci-dessus, à savoir :
Ô, glorifie les pétasses !


Patrice Besnard a récidivé l'année suivante (certaines de ces anagrammes avaient déjà été trouvées auparavant)

Solfèges épistolaires

Étoile glissa, professe,
festoie ! Essor gaspillé ?

Giroflées, sa politesse
espiègle salto froissé
positif ose allégresse.

Galoper, sieste fossile
pro-fesse, soliste agile
lissa solfège estropié.

Folio, pelisse, tressage,
sosie, reflet, polissage,
flopée : glossaire tissé.

Poisse, fragile osselet,
soleil profite, sagesse…

Pat brade écrins


Nouveau sonnet anagrammatique de Patrice Besnard (15 Février 2007)

Roi top, Gilles a ses fées
(Le pote Gef a ses loisirs)


Rift a ses spéléologies,
ô golfe, les tapissières,
if pelé, ses astrologies,
fol ego, les pâtissières.

Golf a ses épistolières,
pif ras, ses téléologies,
fol âge, les pissotières,
os falots, espiègleries.

Fossé, gels épilatoires,
pôle folie, sertissages
les polissages et foire.

Le fier, ses apologistes,
ego éraflé, solipsistes,
soi ôté, les persiflages.

PB a encré si tard


Le 15/02/08, Patrice Besnard est passé aux cadeaux pangrammatiques rimés :

    Ô Gef, -- ce doux zéphyr, tanka, jambe qui va slow...

... aux quatre*onze balais de Gef. Joie y va : kawa, champ',
Photo, voeux de baraka à Gef ! Clown, jouez-y musique !
Quel week-end ! Exhibez-y ce Gef réjoui et sa vamp...
Au Web vouez-y haïku, jeux d'esprit au mec Gef, l'unique !


Autoportrait utilisant les lettres de mon nom (29 Août 2005)
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)

Autoportrait


Personal selection of oulipian exercises
See also my Ambigrams & Pinacograms, Pangrams, Wordlist, Mathews' Corpus, Logos and Pentominos
Back to Gef's Hotlist
Valid XHTML 1.0 Transitional Gilles Esposito-Farèse <gef@iap.fr>
Last modified : March 15th, 2014