Gef's Contributions to the Oulipo Mailing List

[0. Classification of the constraints]
[1. Old oulipian page (90s)]
[2. Translation exercises (96-97)]
[3. Miscellaneous constraints (97)]
[4. Oulipian games & poetry (97-98)]
[5. Oulipoetic constraints (98-99)]
[6. Oulipoetry in 1999]
[7. Y2k texts]
[8. Grannets, tanka & Nerval]
[9. Poetry & symmetry (2000-01)]
[10. Sonnets et al. (2001-02)]
[11. Homophonies, anagrams, etc. (2003)]
[12. Combined constraints (2003-04)]
[13. Some original constraints (2004-06)]
[14. New literal constraints & pangrams (2006)]
[15. Holorhymes, pangrams, etc. (2006-08)]
[16. Polysemy & Pastior (2008)]
[17. Collective poems & vocalic sonnets (2008-09)]
[18. Lists & saturation (June-July 2009)]
[19. Anagram pairs, Loyd & Fournel (2009)]
[20. Rhymes, anagrams et al. (2010-11)]
[21. Cut-up, outlaw, Mathews, etc. (2011-12)]
[22. Complex rhymes, multi-lipograms & self-justification (2013)]
[23. Doublets, arithmonyms, alpharhymes, etc. (2014)]
[24. Homoconsonantisms et al., braids, anagrhymes (2015)]
[25. Anagrams, holorhymes, Morse, etc. (2016)]
[26. Rhythm & pangrams (2016)]
[27. Compositions, holorhymes and new constraints (2016-17)]
[28. Syllabic squares, vocalic sequences, music, etc. (2017)]
[29. Paradoxical constraints (2018)]
[30. Extensions of anancograms & other constraints (2018)]
[31. Express palindromes (2018)]
[32. Digrams, mesonyms et al. (2019)]
[33. Intervals, primes, n-grams & Queneau (2019)]
[34. Statistics and prime ASCII art (2020)]
[35. Extensions of HOGs & palindromes (2020)]
[36. Acrostics, rhythm and many other constraints (2020)]
[37. Block designs, neo-gematria, paronyms & boundaries (2020)]
[38. Metatogs, irrational sonnets, neo-sestinas, etc. (2021)]
[39. Prouhet-Thue-Morse, generalized sonnets and other forms (2021-22)]
40. Architogs, polysympathy et al. (2022)
[41. Recent stuff (2022)]
[Appendix: Homages to a few oulipian friends]


For your first visit, I suggest this selection

16 Mars 2022

3-oligogrammes
[Tous les mots emploient au plus trois lettres distinctes, leurs répétitions étant autorisées. Cette contrainte offre moins d'un demi pourcent du vocabulaire français, mais elle est adoucie par la présence de la plupart des mots-outils. N.B. : Même les 2-oligogrammes permettent de courtes phrases, comme cette variation sur un thème de Marcel Proust à la Perec :
En l'an de sa tétée, le bébé alla au dodo tôt.]

El Dado ido
(Le Dé jeté)

Je suis l'être d'ébène, — hui sans femme, — tout nu,
Le Duc de l'Eure aux toit et terre que l'on nie :
Mon pur Éon décède, — et l'oud tel un écu
Vêt le tannant Échec d'un ton kaki de lie.

Toi qui m'as élevé, père du tertre issu,
Ressers-moi col ou val, et la mer me dédie,
Les appas de l'iris que ma veuve âme a vu,
Et la serre où le cep à l'ixïa se lie.

Suis-je Élie ou Kafka ?... Lully, Zorro, Ferré ?
Ma tête émue — en feu — par le roi révéré
Rêve du lac où vit la déesse fieffée...

En as, je suis allé sur l'infini magma,
Et j'ai mis au koto qu'un bon aède aima
Cet ahan de la nonne et ce cri de la fée.

                                                Guy de Falla


20 Mars 2022

Mur du çon
[franchi à contre-courant pour la journée internationale de la francophonie]

Gaz, flux qu'y prend jet : bim, shock wave !
[pangramme franglais de 30 lettres, octosyllabe monosyllabique]


P.S. du lendemain : le dernier hémistiche est un hétéropangramme plurilingue

La sorcière lisait un grimoire mêlant
Suédois, hollandais et français. Les recettes
Indiquaient qu'il fallait mijoter cinq roussettes
Mais qu'un autre poisson serait équivalent.
En revanche, il était requis de faire boire
À leur chair tout le sang d'une volaille ad hoc,
Par exemple de poule ou de pintade noire,
Et de bien remuer : « Häxbrygd : zwenkt vijf lumps, coq. »

häxbrygd : potion de sorcière en suédois
zwenkt : remue en néerlandais
vijf : cinq en néerlandais


22 – 24 Mars 2022

Architog anagrammatique
[Poème de 5+7+5+7+5+7+5 syllabes, précédé d'un titre quadrisyllabique, pour la journée internationale du livre voyageur. La contrainte la plus dure était en fait d'éviter les douze anagrammes déjà trouvées par les oulipotes !]

          Y vagir l'oeuvre

      « Vive Orly ! », argue
Valéry, « Ove rugi ! »
      Lyre ivre vogua,
y revigora velu
      vil yoga rêveur :
y a vu léviger or
      via ru lévogyre.


Définition de l'architog (ici détaillée)
hog dont un nombre impair de vers consécutifs totalise toujours un nombre premier de syllabes (ces vers n'étant pas forcément au début du poème, contrairement au cas des métatogs)


Plus court architog de sept vers
[de schéma 3+3+7+3+3+7+3]

            Le poète
            Nous inquiète
De papier est sa maison
            Pirouette
            Cacahouète
Il a perdu la raison
            Qu'on l'arrête


27 Mars 2022

Parabole exagérée

Un hyperchutiste hyperguayen, aphypertchik du dictateur local, hyperdait dans les hyperges d'une île hyperdisiaque en habit d'aphypert. Accahypernt les biens de la population dishyperte, même des infirmes et des plus pauvres dont il se moquait ouvertement, cet hyperdigme du macho n'hésitait pas non plus à faire éliminer tout pahyperzzi ayant éveillé son hypernoïa chronique. Un jour, il réquisitionna un hyperpente chez un réhyperteur. Il hypercheva la préhypertion de l'hyperlélogramme de toile en le badigeonnant d'hyperfine. Mais il hyperphait ainsi son arrêt de mort, ou disons d'hyperlysie définitive, car le harnais se séhyper lors du premier essai. Couvert de shyperdraps, cahyperçonné de plâtre et abusant d'hypercétamol, l'hyperplégique finit par aphyperître hyperdoxalement comme un hyperngon des hypersites de la société qu'il méprisait tant auhypervant.

[Voir aussi ces néologismes de l'année dernière]


Haïkukïahs
[Robert Rapilly a défini l'« haïkukïah » comme un haïku dont les premier & troisième vers sont anacycliques (c.-à-d. forment ensemble un palindrome) et dont l'heptasyllabe central, non contraint, sert à clarifier le sens de l'ensemble. En voici quelques uns de ma plume.]

Ce lama-là, sec,
fuit toujours comme la peste
ce salamalec.

Une mégalo
prétend être née d'hier :
Ô l'âge menu !

Stop, sel révélé
dangereux pour le bébé :
Élever les pots !

On a ciré mal
le bar ; où vais-je poser
l'américano ?

Bar, lunettes, sac :
on m'a vraiment tout volé.
Cassette, nul rab !

Ce méli-mélo
fait perdre un bon kilomètre.
Ô le mile, mec !

Rosse, notre ver
à soie espère survivre :
rêver ton essor...

Écarter ton aile
pour nettoyer : Azraël
élia notre trace.

Émir fataliste
fredonne quand il est triste,
et s'il a taf, rime.


P.S. du 29/03/22 : Haïkukïahs macabres

L'âge legato
m'enferme en son sablier :
otage légal.

Saper tétanos,
dit le pianiste, sinon
sonate-trépas.

Rimer « fémoral »
et sentir des catacombes
l'arôme. Frémir.

Rêver cet adal
trop maigre, et lorsque viendra
la date, crever.

Si l'été fatal
est annoncé, ce sera
là ta fête, lis.

Émir, ce crédule
Khashoggi ne saura pas
éluder ce crime.


31 Mars 2022

Marsupiailkus
[Nicolas Graner a retrouvé dans cette définition du mot « marsupial » un concept proposé par un dénommé Shipley dans les années 1960 : un mot est obtenu en prélevant dans l'ordre quelques lettres d'un autre mot plus long (comme dans les plus récents « avions » de Michelle Grangaud), mais ces deux mots doivent aussi être des quasi-synonymes (rappelant donc les « surdéfinitions » oulipiennes). Nicolas a proposé le nom « marsupiailku » pour un haïku dont les derniers mots des premier & troisième vers sont de tels marsupiaux, et en a composé six excellents à sens suivi. En voici trois de ma plume. J'ai cherché à compenser par d'autres mots voisins le lien sémantique distendu entre le compas et la contemplation !]

L'extraordinaire
est tout ce qui nous étonne
parce que c'est rare.

*

Tu contempleras
de tes yeux ronds cette orbite
tracée au compas,

oyant le rectangle
sangloter : « J'ai le droit d'être
construit à la règle ».


1er Avril 2022

Avril apâlir va
[haïkukïah terminant cette définition volontairement absurde de la « fable
oulipienne généralisée (fog) » — dans les archives de la liste oulipo]

Tel avril, bonnet
d'âne ou poisson ne pourra
t'ennoblir, valet !


7 Avril 2022

Néologismes du Wiktionnaire
[En ajoutant récemment 91 ordres vocaliques rares dans cette ancienne page de 2017, j'ai remarqué que le Wiktionnaire n'a aucun complexe pour considérer comme du vocabulaire français les néologismes des internautes et les mots empruntés à d'autres langues. Ça m'a évidemment donné envie d'en employer quelques uns dans de nouveaux pangrammes, malgré cinq consonnes répétées.]

Un lévrier azawakh éjecté du giboyeux maquis, paf ! [41 lettres]
Volkswagenisez ce fameux jouet hybride équipé. [40 lettres]
Vif dyslexique, je baragouine mapuche et kwaza. [39 lettres]
Fan d'atikamekw, parlez-vous quechua ? Joyeux bug ! [39 lettres]
J'exhume ce vif bolonka zwetnaya gris d'époque. [38 lettres]
Wikifiez-y d'injurieux blogs, chaque topo vomi. [38 lettres]
Poum, j'évoque cet inoxydable wakizashi forgé. [38 lettres]
L'évêque fin juge d'archétypaux Wezembeekois. [38 lettres]
Vamp gothique, newyorkisez le judicieux bief ! [38 lettres]
Bof, patchworkisez déjà l'ex-Moyen Âge évoqué. [37 lettres]
Ça va bof : jugé typique d'un ex-shalwar kameez. [36 lettres]
Wikitraquez-m'y : j'éponge la bave des fâcheux. [36 lettres]
Bavant « Quel wizard rock ! », figé, je m'asphyxie. [35 lettres, alexandrin]
Gwakez perfidement, bolcheviques joyeux ! [35 lettres, alexandrin de 4 mots]


P.S. du 11/4/22 : Jacqueline « Jacquadit » a posté sur la liste oulipo ce superbe pangramme onomastique :
            Gombrowicz, hôte punk déjà visqueux y file ! [35 lettres, alexandrin]

Comme elle se plaignait de ne pas avoir pu réduire le nombre de voyelles, j'ai tenté deux énoncés en prose. Le premier demande si Witold s'est intéressé aux coiffes égyptiennes ou aux chats sans poils :

Qu'a déjà vu Gombrowicz : klaft, sphynx ? [30 lettres]

Le second gagne une lettre au prix d'une syntaxe encore moins naturelle. L'écrivain donnait un nom de fleurs à la drogue qu'il consommait :

Gombrowicz, vif junky des « phlox » (qat !) [29 lettres]

J'en ai profité pour construire quelques autres pangrammes onomastiques, mais aucun ne fait vraiment mieux que mes résultats de 20032012. En voici tout de même un assez court mentionnant le prix Nobel de littérature de 1932, dont l'héroïne Irene Forsyte est une sorte de femme fatale :

Galsworthy, kifez cinq bijoux de vamp ! [31 lettres, décasyllabe césuré 5/5]

Et un alexandrin de 35 lettres (dont le dernier mot est peut-être un adjectif) :

Voyez déjà ce glas qu'exhibe Mark Twain, paf !


8 Avril 2022

Planer en auteur
[Architog de schéma 7+23+7+23+7+23+7+23+7+7+23, où les vers de 23 syllabes sont césurés 8/7/8, ce qui donne une alternance presque parfaite d'heptasyllabes & d'octosyllabes — à la petite perturbation près d'un distique d'heptasyllabes juste avant la fin. Les valeurs premières correspondant à ce schéma sont 11 pour le nombre de vers, et pour les totaux de syllabes de n'importe quel nombre impair de vers consécutifs :
7,
23,
7+23+7 (= 23+7+7 = 7+7+23) = 37,
23+7+23 = 53,
7+23+7+23+7 (= 23+7+23+7+7 = 7+23+7+7+23) = 67,
23+7+23+7+23 = 83,
7+23+7+23+7+23+7 (= 23+7+23+7+23+7+7 = 7+23+7+23+7+7+23) = 97,
23+7+23+7+23+7+23 = 113,
7+23+7+23+7+23+7+23+7 (= 23+7+23+7+23+7+23+7+7 = 7+23+7+23+7+23+7+7+23) = 127
et 7+23+7+23+7+23+7+23+7+7+23 = 157.]

Ouvrant ses ailes de vouivre
Multicolores à merveille  et sortant une ample griffe  afin de briser tous ses fers
La chimère se délivre
Elle prend un sublime envol  pour fuir ce cadre rigide  et stérilisant des enfers
Son chant fabuleux enivre
Le promeneur qui la rencontre  en tournant juste une page  où se déchiffre l'univers
Chaque plume la fait vivre
Donc elle cherche à méduser  l'esprit de l'individu  par quelques charmes découverts
Alors il choisit de suivre
Ce poétique oiseau-livre
Désormais chevalier servant  l'amoureux illuminé  se met à composer des vers

10 Avril 2022

El Descacharrado
[Même schéma d'architog que ci-dessus, mais en césurant cette fois les vers de 23 syllabes en 7/8/8, afin de faciliter la scansion. En considérant les heptasyllabes comme des octosyllabes dont la première syllabe est muette, on obient en effet des accents réguliers sur les dernières syllabes des vers et des « tierstiches », et chaque vers est naturellement suivi par un silence de la durée d'une syllabe. Cela nécessite d'enchaîner les octosyllabes sans pause.]

                Je suis le dissymétrique
Le poème aux vers boiteux  dont le théorbe comateux  sombre en sa complexe métrique
                Toi qui m'as déshérité
De l'alexandrin classique  et du sonnet rends au lexique  une albe régularité
                Chaque fleur de rhétorique
M'avait jadis exalté  comme le genièvre malté  couleur des roses d'Amérique
                Diseur de phébus piteux
Je rêve d'amour cryptique  et d'une sirène mythique  au troublant parfum capiteux
                Explorateur héroïque
                De cet enfer protéique
Je module un cahoteux  architog au patron matheux  et sans doute assez prosaïque

[Voir aussi cet architog d'Alexandre Carret, reprenant la même structure]


14 Avril 2022

3-bambochade stricte
[Les N-bambochades sont une nouvelle classe de contraintes littérales proposée par Noël Bernard : N lettres consécutives de l'alphabet doivent apparaître dans chaque mot (dans un ordre quelconque). Ci-dessous, j'en ai expérimenté une version dure pour N = 3, dans laquelle davantage de lettres consécutives sont en revanche interdites. Par exemple, le mot « desdichado » est possible car il contient les trois lettres consécutives CDE mais pas de B ni d'F. La difficulté principale de cette contrainte est le manque de mots-outils.]

Hijo desdichado
(Descendant déshérité)

Mon esprit serait triste, — orphelin, — sort sinistre,
Monarque toulousain, mon campanile usant,
Mon astre décédant seulet, — lorsque mon cistre
Montre mon ostensoir funeste nécrosant.

Cède monts transalpins, fends mon tumulus bistre,
Accorde Napoli, soutien cicatrisant !
Combien certains sarments mon transport enregistre,
Tous prompts rosissements ensemble harmonisant.

Figurer Cupidon ?... Pérignon Dominique ?
Sultane embrasserait incandescent minois ;
Guettons océanide, aguicheur tapinois...

Traversons victorieux profondeur satanique,
Transposant crescendo mythiques variations :
Vertueux chuchotis, féeriques pulsions.

                                                Fred Mistral

[Voir aussi cet antérieur Desdichado en bambochade de Noël Bernard]


P.S. du lendemain : expérimentation d'une version bien plus douce des N-bambochades, pour N = 1, mais en interdisant de nouveau les N plus grands. Autrement dit, aucun mot n'a ici le droit d'employer deux lettres voisines dans l'alphabet. C'est donc en fait le contraire de l'idée initiale de Noël Bernard, et l'on pourrait l'appeler autoréférentiellement « règle sage » plutôt que « bambochade ». La présence de la plupart des mots-outils rend cette contrainte plus abordable, bien que le vocabulaire disponible soit trois fois moins riche qu'avec la 3-bambochade stricte.

El Azorado
(Le Paria)

Je suis l'enténébré, — l'ermite inapaisé,
Le prince d'Eure-et-Loir à l'enceinte salie :
Ma seule étoile morte et ce théorbe aisé
Livrent le soleil brun d'une bile avilie.

Dans l'ombre d'une tombe, ô toi qui m'as lésé,
Peins-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La trémière qui plaît tant à ce coeur squeezé,
Et la treille où le pampre à l'acacia se lie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Jarnac ou Lusignan ?
Le visage rougi d'une bise à la reine,
J'ai rêvé dans la grotte où vit la riveraine.

Et j'ai cinq fois passé le Cocyte en gagnant,
Répétant à la lyre une ivre litanie :
La plainte du pïeux et le cri du génie.

                                        Grégoire du Nerval


P.P.S. du 19/04/22 : comme toute contrainte modulable par un entier, les N-bambochades strictes pourraient être utilisées pour coder par exemple les décimales de π. Mais c'est sacrément difficile, comme l'illustre cet humble essai :

Nombre3 pi1 prestigieux4, chacun1 questionnera5
Macroscopiquement9 ton2 morphogénétique6
Chiffrage5 transcendant3 : incomplet5 pronostique8 ?
Sténographiquement9 déshypothèquera7 ?

Le même exercice est plus abordable avec les N-oligogrammes du mois dernier. Mais il vaut mieux choisir autant que possible des mots de plus de N lettres, sinon ça ressemblerait trop au procédé standard.

Sous3 l1'énoncé4, d1'aucuns5 considèreront9 tôt2
Chiffre6 énuméré5 par3 quelques5 monumentaux8
Supercalculateurs9, tronquant7 développables9
Amas3 ici2 saisis3 : transcendants8 réels4 stables6 !


21 Avril 2022

[Centon reprenant la forme de ces alexandrins fondants d'il y a 24 ans,
juste pour le plaisir d'essayer un autre type de centon à contraintes]

                             Vanité

Des grands bois, pleins d'oiseaux dont Dieu seul sait le nombre,
    [Victor Hugo]
 Les fins clochers, les lacs, frais miroirs, les champs blonds,     [Charles Cros]
  Le beau printemps sans fleurs, le mois d'août sans moissons,     [Marc Papillon de Lasphrise]
   Et plein d'odeurs, le Lit, défait, s'ouvrait dans l'ombre.     [Paul Verlaine]

     Voilà pourquoi je dis, quand tu sors d'un ciel sombre,     [Jules Barbey d'Aurevilly]
      Que la Mort tous les soirs tend par où nous passons,     [Jean Richepin]
       Amour dans les grands lys qui montent des vallons.     [Germain Nouveau]
        Et l'archange comprit, pareil au mât qui sombre.     [Victor Hugo]

          Mais quand tu dormiras de l'éternel sommeil,     [Charles Marie Leconte de Lisle]
           Dans un pesant repos d'après-midi vermeil,     [Émile Verhaeren]
            Tu ne garderas pas trace de mon passage.     [Jules Barbey d'Aurevilly]

              Représentant la vie et sa fragilité,     [François Tristan L'Hermite]
               Le père méditait une réponse sage,     [Jean-Pierre Claris de Florian]
                Un céleste rayon de la divinité.     [Jean Auvray]


22 – 29 Avril 2022

Fables-express de Na
[Nicolas Graner a composé deux sollicitudes pour l'héméroméride du 19 avril, mettant en scène un personnage nommé « Na ». Robert Rapilly a repris ce nom dans une série de fables-express terminant par des homophonies approximatives en forme de moralités, et la liste oulipo lui a emboîté le pas. En voici dix-sept de ma plume.]

En la préhistoire,
Na voulut en vain
Quinze litres boire.
Hélas, pas de vin !

Moralité :
Na but qu'eau, dinosaure.

*

Dormant sans sa crypte
Mais coiffeur au port,
L'ancien roi d'Égypte
Na n'est jamais mort.

Moralité :
À quai Na tond.

*

Si je n'interprète
Plus Na, c'est bien vrai,
Je veux être un prêtre
Et puis m'enivrer.

Moralité :
J'ai rhum, ça vaut Na (rôle).

*

L'Empereur commande
De s'enfuir, donc Na
(Et toute sa bande)
L'aire abandonna.

Moralité :
Na, Paul (et ombre au Na) partent.

*

L'enfant mangeur de sabre est rarement gêné,
Mais face au maréchal, maintenant il hésite
À fièrement donner sa carte de visite :
L'avaleur Na tend, pâle, nom preux d'aise à Ney.

*

Le vent nucléaire
Qu'avait lâché Na
Fut crime de guerre
Car mort entraîna.

Moralité :
Na gaza qui ?

*

Na trouve si chouette
L'écrivain Thibault
Que vite il rachète
Un grand paquebot.

Moralité :
À Na tôt le France.

*

Sais-tu ce qu'anime
L'écrivain Arnoult
Pour son pseudonyme ?
— Non, mais dis-le nous !

Moralité :
Or, c'est Na.

*

Na, choriste à Prague,
Chante contralto,
Mais beaucoup trop vague
Est son vibrato.

Moralité :
Laid, oscilla Na (Tchèque).

*

Du conservatoire,
Le compositeur
Na demande à boire
Au bronzé porteur.

Moralité :
Maure hisse eau à Na.

*

De la capitale,
Na part sans douleurs —
Musique est vitale
Autant que les fleurs.

Moralité :
Ville ? Na veut val en thym !

*

Na dit « Rends service »
À Lamy (kiné).
« Soigne le novice
Au lieu de traîner. »

Moralité :
Pierre, qui roule Na, masse pas mousse.

[moralité employant trois homographes au lieu des traditionnelles homophonies]

*

Na préférait rire
À labourer bien,
Donc sa tire-lire
Ne récolta rien.

Moralité :
Car Na valait ce qu'il a ritté.

† ritter : labourer avec une charrue à soc recourbé

*

Na, ce lascar, aime
Les rouges sirops,
Puis se décarême
En mangeant six rôts.

Moralité :
Allègre, Na dîne.

*

« Coolos ! » dit au maître
Ta, joyeux gamin.
Na sut le remettre
Dans le droit chemin.

Moralité :
À coups Na mata Ta.

*

Na choisit le causse
Pour son chapiteau,
Mais soudain se hausse
Un mistral costaud.

Moralité :
Le cirque de Na vacille.

*

En voyage en Crète,
Faustine a rompu.
C'est alors Jeannette
Qu'aurait Na voulu.

Mais sa soeur Florence
Lui dit : « Zigoto,
On est en vacance,
Jouis du bateau ! »

Moralité :
Île, été. Un peu Tina vire qui ? Na !
« Vais-je à Jaja ?
— Mais Na, vis gai ! Ouais, ouais, mate l'eau !
Mate l'eau, Na ! Vis, gosse ! » hurlait Flo.


2 – 3 Mai 2022

Polysympathie
[Dans le premier sonnet ci-dessous, deux mots voisins ont exactement une lettre en commun, mais jamais davantage (« 1-sympathie stricte »). C'est donc une variante endurcie de la « contrainte sympathique » proposée par Alain Chevrier fin 2003, et anticipée en 1973 & 1976 par John Muirhead, Judith Tarr Isquit et Ross Eckler.]

El Desdichado
(Le Déshérité)

Je geins, — le ténébreux, — le veuf inconsolé,
Un prince de Gascogne à la fac abolie :
Mon étoile décède, et le luth ciselé
Porte le black soleil — feu de Mélancolie.

Par ta nuit du tombeau, pair ayant consolé,
Me rends ce Pausilippe et plage en Italie,
Une rose plaisant au coeur bien désolé,
Et ta treille que pampre à la pampa rallie.

Comme Phébus, Amour, Lezay ?... Plutôt Biron ?
Prude front est rougeaud à baiser cette reine
Et rêver en ces lieux où flotta sa sirène...

Car mainte fois vainqueur je viens sur Achéron
Et module la lyre auguste qu'eut Orphée :
Les soupirs des saints et ce que crie une fée.

                                                Gérard au Nerval

[Vous pouvez vérifier le respect de la contrainte avec ce programme PHP écrit dix jours plus tard]

*

[Autre Desdichado respectant une version encore plus dure de cette contrainte, dans laquelle exactement trois lettres différentes sont partagées entre deux mots successifs, mais jamais davantage (« 3-sympathie stricte »). Elle a été composée en collaboration avec Noël Bernard, qui est l'auteur des strophes 2 et 4. Si vous êtes allergiques au H muet à tort du « hautbois » du premier quatrain, vous pouvez soit le remplacer par un « blues », soit modifier son adjectif à la rime en « toilé », et la contrainte restera respectée.]

Malaventurado
(Quel écroulement !)

Mon nom morne noircit, — soliste chamboulé,
Dauphin dans Angoumois, dans maison abolie :
Floue étoile expirant, — puisque hautbois constellé
Porte altier soleil saoul larguant Mélancolie.

Sondant tombeau muré, revenu consoler,
Rouvre vert souvenir rechantant Italie,
Fleurette médusant mien démon désolé,
Vignoble câlinant glaïeul, libre folie.

Valoir Amour, Gontaut ?... Apollon, Anthéron ?
Ton front court rouge encore envers baiser sien, reine,
Rêvant secrète grotte éclaboussant sirène...

Parfois, insoumis, vins renverser Achéron :
Modulant mêmement, mirant mortel Orphée,
Soupirs corrompant sainte, enjôleuse assoiffée.

                                                Giovanni von Calvino
                                                [Noël BernardGef]

[Vous pouvez de nouveau vérifier le respect de la contrainte]


P.S. du 9/05/22 : tentative à la limite de 11-sympathie stricte

Tuberculisation corticosurrénale

Autocélébrations contextualisèrent
Neuroplasticités : circulariseront
Requalifications, culpabiliseront...
Potentialisateurs conceptualisèrent
Superfractionnements, spécularisations,
Démultiplications, désarticulations.


P.P.S. du 10/05/22 : codage de 3,141592653 par le nombre
de lettres différentes partagées entre les mots successifs

Mon3nombre1était4irrationnel1:
Débusquez5distributionnel9
Rebondissement2céphalique,6
Placide5Archimède3angélique !


P.3S. du 29/05/22 : expérimentation de la 2-sympathie stricte,
d'après le premier quatrain de Pitié des choses de François Coppée

Que douleur aiguise les sens ;
— Hélas ! la galante est partie ! —
Jouxte cette nature, sens
Une indicible sympathie.


P.4S. du 31/05/22 : principe de Roubaud appliqué à la 2-sympathie stricte

Assez aimable autoréférence

Mon sonnet examine une bien sympathique
Et bébête contrainte : on oriente nos mots
Selon le défilé des énoncés normaux
Où court inaugurer un rendu thématique.

Avec ce canevas, risquons une pratique
Plus complexe : adoptons des vocables jumeaux,
Partageant juste deux seuls signes minimaux —
Programme devenant assez acrobatique.

Ça cause des efforts, quoique rien ne viendrait
Trop limiter les vers avec ce couperet
Savamment oulipien qui fréquemment me brime.

Mais sans ironiser, mon autodescription
Semble plate et recta manque un enjeu sublime —
Que veut cette inutile et vaste déception ?

                                                Gilles Espo-Farèse_


P.5S. du 01/06/22 : codage d'un titre de Perec avec les uniques lettres partagées entre mots successifs d'une 1-sympathie stricte [à la manière de ce premier exemple d'Alexandre Carret, suivi par cet autre de Noël Bernard]

Tweete, clown fou brûlant, le destin colossal
Où survint avec spleen maint cri paradoxal
Des malchanceux fistons, affreux antipodal
        Scrunk hypothético-légal.

† scrunk : genre musical employant souvent des hurlements


P.6S. du 06/06/22 : sonnet arithmonyme (8 mots par vers) et 1-sympathique strict, l'unique lettre partagée entre mots successifs épelant le deuxième verset du Cantique des Cantiques VI : « Mon bien-aimé est descendu à son jardin, au parterre d'aromates, pour faire paître son troupeau dans les jardins, et pour cueillir des lis. »]

Masque-moi ton absence, oubli prédit en chant —
Voilà mi-calme enfin vers sublimant dot digne :
Mets discours-clé bientôt dans du parfum, assigne !
Vous contez juin déjà car rend plaid innocent.

Sans adieu pour Pégase, arc rompt et redescend
Par notre lied dansant, par notre boum maligne.
Ta quête sera plus prompte où musard forligne,
Sauf via tourbillon vers plein champ, air indécent.

Trop lyrique est alors mon antienne, truc drôle,
Tout pur concept verbal. Chacun, sourd, vida gnaule
Sinon flask moelleux, sec, jus jovial car drogué.

Dit vineux, soyons brefs, et pfft ! prononçons goutte
Sur récit : aucun peut rien, pli mal divulgué
Parmi bord de schéma lorsqu'il pis surajoute.


28 Mai 2022

Abécédaire muet
[Léopold Julia a proposé à la liste oulipo d'employer des mots français dont l'une des lettres est muette afin de construire un court paragraphe. Dans son premier exemple, il a choisi d'illustrer chaque lettre muette dans l'ordre alphabétique, et d'intercaler un mot sans aucune lettre muette entre chacun de ceux respectant sa contrainte. J'ai repris ci-desous ses règles du jeu dans un sizain d'alexandrins. Attention, toutes les liaisons doivent être effectuées pour ne trouver qu'une lettre muette par mot de rang pair.]

Après son pèlerinage qui lui avait déformé le gros orteil, un prince voulut se reposer. Hélas, son siège était resté si longtemps en plein soleil qu'il s'y rôtit, et lui échappèrent alors d'étranges blasphèmes.

En août, un plomb du banc si chaud brûla peau, chair,
Nerf donc sang du rajah. L'oignon de Hajj Kader
Trekkant, un outil là damné le tyrannise...
« Pour voeu, je compterai les cinq quiz, barre grise ! »,
Disjoncta l'oint sultan, nargua tel Avvakoum
Ses qawwalis : « Ô Dieux des riyals et raz, boum ! »


7 Juin 2022

Symétrog irréductible
[Appelons « hog irréductible » un hog qui n'est pas un tog (ce qui est le cas du haïku traditionnel 5+7+5), et « tog irréductible » un tog n'admettant qu'une seule décomposition en hog + un reste non vide (ce qui est aussi le cas du tanka traditionnel 5+7+5 + 7+7). Le poème ci-dessous respecte la définition du tog irréductible, à part le fait qu'il emploie plus de deux mètres différents. Comme Bernard Maréchal dans ce poème adressé à la liste oulipo, j'ai en effet utilisé dans l'ordre des nombres premiers consécutifs. Il sont organisés de façon symétrique (comme dans le haïku traditionnel), en deux vagues dont la seconde est plus petite (comme dans le tanka traditionnel). Le schéma choisi est le suivant : 3+5+7+11+13+17+19+17+13+11+7+5+3  +  2+3+5+5+3+2.]

La Vague d'Hokusai

La nature
Parfois sait fournir
Un péril que l'on savoure
Néanmoins   comme un aliment   trop amer.
Vers 1803,   Hokusai,   plutôt jeune encore,
Était employé   sur une fragile barque   en tant que skipper.
Mais un tremblement de terre   ou bien un typhon   près de Tokyo fit éclore
Un vrai tsunami   qui faillit tout engloutir   et causa grand peur.
Sauvant l'équipage,   il devint   héros du folklore
Où l'on conte   aux gens amoureux   de la mer
Son incroyable bravoure
Pour entretenir
Sa stature.

Plus tard,
L'aventure
N'est qu'un souvenir
Mais qui va finir
En peinture :
Grand art.


P.S. du 18/06/22 : autre symétrog irréductible, cette fois en holorimes et selon le schéma 3+5+7+11+7+5+3 + 2+3+5+5+3+2.

Méditation du perroquet

Cet ara
Utérin divague :
Commune, l'âme d'oeuf fond
Quand elle est   dans un récipient   d'eau bouillante,
Comme une lame de fond
Eut terrain dit vague.
C'est tard, ha !

Ce leurre
Causera,
Sous l'eau de la vague
Soûle, au-delà vague
Qu'osera
Seule heure.


P.P.S. du 21/06/22 : long symétrog irréductible de schéma
3+5+7+11+13+17+19+23+29+31+37+41+37+31+29+23+19+17+13+11+7+5+3 + 2+3+5+7+11+13+17+19+23+23+19+17+13+11+7+5+3+2, fixant cette fois la longueur des lignes successives. Il s'agit d'un centon en sonnet, complété par un octosyllabe blanc final.

Que
reste
t-il de
lui dans la
tempête brève
Qu'est devenu mon
cœur navire déserté                               
[Emile Nelligan]
Pour voir danser, pieds
nus, les nymphes sur la grève                     
[Albert Samain]
Afin d'être puni de ma témérité                   [Béroalde de Verville]
Mais le flot sur le flot en mugissant             [Alfred de Vigny]
s'élève Que le fruit de son sein soit ton         [Henri Murger]
portrait flatté Et voile à ma douleur
le vaisseau qui t'enlève En tes                   
[Alfred de Vigny]
contorsions, risible humanité                     [Charles Baudelaire]
Un front tout renfrogné
tout le visage hâve                               
[Théophile de Viau]
De ces pleurs que
mes yeux font
couler jour
et nuit                                           
[Philippe Desportes]
Et je
dis

en
mon
cœur:
fortune
je te brave                                       
[Charles-Marie Leconte de Lisle]
Et les heures
s'en vont, par le
couvent, sans bruit                               
[Émile Verhaeren]
Vagues, rochers, gazons
regarde, c'est la terre                           
[Victor Hugo]
Qui nous tient lieu
de tout, quand la
vie est amère                                     
[Jules Barbey d'Aurevilly]
Nous étions
trempés
jusqu
aux
os                                                
[Alexandre Okinczyc]


9 Juin 2022

Initiales alphabétiques inversées
[La première version du texte ci-dessous contient vingt-six mots commençant par les lettres successives de l'alphabet. La seconde version est obtenue en inversant cet alphabet, sans aucune modification du reste. Il s'agit d'un raffinement surcontraint d'une proposition de Nic Sirkis à la liste oulipo.]

L'alcoolique aiguë faisait la manche, mais le passant ne lui lança qu'un ben ! Ne traînez pas sous ce cyste. Allez plutôt au Secours populaire, où vous recevrez plusieurs dons. Ce qu'il vous faut est un bon élan ! Quand le cafard a usé son humble frite, on doit y mettre un germe. Il est probable que quelque homme vous aidera. Iouler dans ces caniveaux juillanais, c'est ne pas pouvoir kifer la vie ! Le Seigneur lit toujours la souffrance de ceux qui sont tombés à la masse. La noire oie de ce pays sans parité fournit l'unique réponse possible : le qi. Le temps a rodé la soûle, qui tâchera désormais beaucoup de bien-manger. Les attaques d'un acide urique n'ont plus vu leur effet s'amplifiant. À quoi bon les water ? Ça ne mérite pas de xantiques. Si j'ai autrefois préféré la passivité au Big Yang, ce n'était qu'un effet de mon zutisme.

L'alcoolique zigue faisait la manche, mais le passant ne lui lança qu'un yen ! Ne traînez pas sous ce xyste. Allez plutôt au Secours populaire, où vous recevrez plusieurs wons. Ce qu'il vous faut est un bon vlan ! Quand le cafard a usé son humble urite, on doit y mettre un terme. Il est probable que quelque somme vous aidera. Rouler dans ces caniveaux quillanais, c'est ne pas pouvoir pifer la vie ! Le Seigneur oit toujours la souffrance de ceux qui sont tombés à la nasse. La moire lie de ce pays sans karité fournit l'unique réponse possible : le ji. Le temps a iodé la houle, qui gâchera désormais beaucoup de bien-manger. Les attaques d'un acide friqué n'ont plus eu leur effet s'amplifiant. À quoi bon les dater ? Ça ne mérite pas de cantiques. Si j'ai autrefois préféré la passivité au Big Bang, ce n'était qu'un effet de mon autisme.


13 Juin 2022

Aelindrome phonémique
[en boule de neige croissante puis décroissante. C'est donc un cas particulier de ce qu'Alexandre Carret vient de baptiser pilindrome — nom faisant allusion aux
piles de phonèmes déplacées et non au nombre π. Comme c'est assez courant avec les contraintes phonétiques, les voyelles ouvertes & fermées sont souvent confondues ci-dessous.]

Sentence

On est mort, ridule et lexique au ras du seul
Ide
à l'ire perfide — ô rital, ô duc, home !
Eux s'y l
aissent ruiner d'une onde amère comme
En c
ette nuit tombale à fabuleux linceul.

À bout, r
écompensé, te sens griller, aïeul
Ambulant qui l'os
ait. Froidement qu'un glaucome
Efface inégalé cep, agnelet se gomme,
L'extrait fruiti
er fascine et gars laisse épagneul.

Effroi de manque, un glauque homme éraille l'embue,
L'ankylos
é qu'on pend. Cette sangria bue,
Le lin se laboure
, et te nuit ton balafon.

Damé, recommenç
ait ce Ruy, né d'une eau due
Comme syl
phide au rite à la lyre perdue,
Ce lied
si choral et les cris du morne éon.
ɔ̃
ne
mɔʀ
ʀidy
lelɛk
sikɔʀa
dysølid
aliʀøpɛʀ
fidoʀital
odykɔmøsil
ɛsøʀɥinedyn
ɔ̃damɛʀøkɔmɑ̃s
ɛtønɥitɔ̃balaf
abylølɛ̃sølabuʀ
ekɔ̃pɑ̃setøsɑ̃gʀij
eʀajølɑ̃bylɑ̃kilɔz
efʀwadømɑ̃kœ̃glokɔm
efasinegalesepaɲøl
esøgɔmlɛkstʀɛfʀɥitj
efasinegalesepaɲøl
efʀwadømɑ̃kœ̃glokɔm
eʀajølɑ̃bylɑ̃kilɔz
ekɔ̃pɑ̃setøsɑ̃gʀij
abylølɛ̃sølabuʀ
ɛtønɥitɔ̃balaf
ɔ̃damɛʀøkɔmɑ̃s
ɛsøʀɥinedyn
odykɔmøsil
fidoʀital
aliʀøpɛʀ
dysølid
sikɔʀa
lelɛk
ʀidy
mɔʀ
ne
ɔ̃

Previous or next oulipian page
See also my Ambigrams & Pinacograms, Pangrams, Wordlist, Mathews' Corpus, Logos and Pentominos
Back to Gef's Hotlist
HTML5 Powered Gilles Esposito-Farèse <gef@iap.fr>
Last modified : June 18th, 2022