Gef's Contributions to the Oulipo Mailing List

[0. Classification of the constraints]
[1. Old oulipian page (90s)]
[2. Translation exercises (96-97)]
[3. Miscellaneous constraints (97)]
[4. Oulipian games & poetry (97-98)]
[5. Oulipoetic constraints (98-99)]
[6. Oulipoetry in 1999]
[7. Y2k texts]
[8. Grannets, tanka & Nerval]
[9. Poetry & symmetry (2000-01)]
[10. Sonnets et al. (2001-02)]
[11. Homophonies, anagrams, etc. (2003)]
[12. Combined constraints (2003-04)]
[13. Some original constraints (2004-06)]
[14. New literal constraints & pangrams (2006)]
[15. Holorhymes, pangrams, etc. (2006-08)]
[16. Polysemy & Pastior (2008)]
[17. Collective poems & vocalic sonnets (2008-09)]
[18. Lists & saturation (June-July 2009)]
[19. Anagram pairs, Loyd & Fournel (2009)]
[20. Rhymes, anagrams et al. (2010-11)]
[21. Cut-up, outlaw, Mathews, etc. (2011-12)]
[22. Complex rhymes, multi-lipograms & self-justification (2013)]
[23. Doublets, arithmonyms, alpharhymes, etc. (2014)]
[24. Homoconsonantisms et al., braids, anagrhymes (2015)]
[25. Anagrams, holorhymes, Morse, etc. (2016)]
[26. Rhythm & pangrams (2016)]
[27. Compositions, holorhymes and new constraints (2016-17)]
[28. Syllabic squares, vocalic sequences, music, etc. (2017)]

29. Recent stuff (2018)
[Appendix: Homages to a few oulipian friends]


For your first visit, I suggest this selection

1er Janvier 2018

Œuvrez mieux :
Œil aime œuvre !
Œil veut mer,
Œil me rêve ;
Heure me veille —
Vieux aime heure.
Vieux remet
Meilleurs vœux !


3 – 5 Janvier 2018

Lipophones paradoxaux
[Nouvelle idée de contrainte paradoxale : écrire un texte allitéré en
une lettre mais n'utilisant pourtant jamais le phonème correspondant.]

Clavier mensonger :
S'oxygéner, s'étouffer ?
Danger langagier !

[lipophone en R contenant pourtant un R par mot non-élidé]

*

Ois oisons en haut,
exempts aux eaux et au houx !
– Ouais, on hait houhous.

[Exagération de la contrainte : aucun mot n'emploie de phonème
correspondant à l'une de ses lettres isolée. Notez qu'« oiseau » ne
respecte pas cette variante très dure, car la lettre « a » du « eau »
final s'entend dans l'« oi » initial, et réciproquement, la lettre « o »
de l'« oi » initial s'entend dans l'« eau » final.]

*

Désespérément,
j'entends empêcher l'enfer
d'échecs éternels.

[monovocalisme en E ne contenant pourtant aucun phonème « eu »,
ni ouvert, ni fermé, ni caduc]

*

Vamps d'antan dansant,
Scandant francs cancans dans hall,
Chantant sans grand plan.

Tintin vint, tint zinc :
Vin light, girls, clins fins d'instinct,
Vingt-cinq flirts zinzins.

Cool dondons, sombrons !
Mon bon clown pond son ronron,
Rond, rompt son front blond.

Guru d'un pub punk,
Trust d'un club, un must : un punch,
Summum d'un rhum brun !

[lipophones monovocaliques en A, I, O puis U]

*

Fou débutant

Patient balbutiant
mentionnant l'initiation
essentiellement

[lipophone en T avec deux T par mot non-élidé]

*

Odio amordazado
(Détestation silencieuse)

J'avance endolori, — sans conjoint, — strangulé,
Antan prince aquitain d'enceinte ensevelie :
Mon grand destin s'éteint, — mon banjo constellé
Peint un monde charbon d'encre en Mélancolie.

Enterrés dans un fond, gens m'ayant consolé,
Rendez donc l'océan, l'immense Mongolie,
L'ancolie ombrant tant mon penchant enjôlé,
Cependant qu'un sarment l'églantier concilie.

S'inspirer d'Apollon, Cupidon ?... D'un Biron ?
Mon front prend honte encore envers l'ardente infante,
Songeant dans l'antre enfoui qu'un blanc lamantin hante...

Sachant franchir vainqueur maint courant d'Achéron,
Jouons en l'instrument d'un chantre qu'intéresse
Tantôt plainte d'un saint, tantôt d'enchanteresse.

                                                    Germain Lebrun

[Lipophone allitéré en N. Le titre en espagnol signifie précisément
« Haine bâillonnée ». Le phonème « gn » [ñ] a également été interdit
car il est très proche du N. Une difficulté a été d'éviter les liaisons de
N en fins de mots, par exemple « mon_océan », ou « un_églantier ».]

[Voir aussi ces autres contraintes paradoxales]


8 Janvier 2018

Nombre de phonèmes très dissymétrique
[La classe la plus évidente de contraintes paradoxales est lorsque deux caractéristiques généralement corrélées n'ont pas le même ordre de grandeur. On peut par exemple construire des alexandrins (nombre de syllabes fixé à 12) ayant des nombres de caractères aussi différents que possible, comme dans le concours d'Alphonse Allais de fin 1901 ou ces exemples de ma plume. Ces alexandrins peuvent aussi avoir des sommes gématriques ou des nombres de traits ou de mots très différents. Cela m'a donné l'idée de faire beaucoup varier cette fois le nombre de phonèmes — contrainte voisine de celle du concours d'Allais mais qui n'avait pas encore été essayée sous cette forme explicite. Dans le distique ci-dessous, en alexandrins rimés sans hiatus, le premier vers compte 66 phonèmes et le second le minimum possible de 12.]

Élégant lutin bleu insensible aux moqueries des troupes d'Attila
Schtroumpf straight, strict breitschwanz d'York, quartz smart d'ouest. Script : « Clebs ! Groin !
– Ô Huns haïs, huez... – Hou ! hou ! – Hi-han hauts, hein ? »


9 – 10 Janvier 2018

Fake news
[Nicolas Graner a remarqué que l'expression « fake news », à la mode depuis quelques mois et quasiment adoptée en français, est particulièrement utile dans un pangramme. J'ai pour ma part ajouté que le nom du président américain, si associé à cette expression, complète joliment ses lettres. Trois oulipotes ont donc cherché à diminuer la taille de tels pangrammes. Nos résultats sont donnés ci-dessous par ordre chronologique. Leurs nombres de lettres et leurs auteurs sont indiqués entre crochets, ainsi que leurs types de vers. Mais comme l'E caduc de « fake » devrait compter en français (sonnant alors de façon plutôt méridionale !) alors qu'il ne se prononce pas en anglais, j'ajoute un tilde devant le nom de ces vers quand cet E est élidé.]

Juge, extrayez fake news d'épave qui chamboule. [38 lettres, ~alexandrin, Nicolas Graner]
Exhibez-y ce vol que Trump déjuge « fake news » ! [35 lettres, prose, Gef]
Cheb, jugez-y Trump qui vole dix fake news ! [33 lettres, alexandrin, Nicolas Graner]
Trump qui bave aux fake news ? Juge, déchoyez-le ! [37 lettres, ~alexandrin, Gef]
Voyez ce qu'exhibe l'âgé D.J. Trump : fake news ! [34 lettres, prose, Gef]
Jugez ce vol de fake news qu'y exhibe Trump ! [34 lettres, ~alexandrin, Gef]
Jugez dix fake news qu'y bavoche le Trump ! [33 lettres, alexandrin, Gef]
Trump, jugez-y fake news d'ex-bolchevique ! [33 lettres, ~décasyllabe, Gef]
Cliquez, D.J. Trump : bug y va, hoax, fake news ! [32 lettres, alexandrin, Gef]
Choyez le D.J. Trump : big Q.I.? fake news vexe ! [32 lettres, ~alexandrin, Noël Bernard]
Gavé chez Trump, j'y bloque dix fake news. [32 lettres, ~décasyllabe, Gef]
Blog, j'y vaque chez Trump : dix fake news. [31 lettres, décasyllabe césuré 6/4, Gef]
Bah, D.J. Trump, vil coq, exigez-y fake news ! [31 lettres, ~alexandrin, Gef]


10 Janvier 2018

Holorhume II
[les voyelles phonétiques du premier vers sont dénasalisées dans le second,
in, an et on devenant donc è, a et o]

Chantons d'anciens printemps contraints, bon sang ! Mon prince
Châteaux d'acier prêta qu'aux très beaux : ça m'oppresse.


14 Janvier 2018

Commande de boissons non alcoolisées, de soupe russe, et de palmipède picard fraîchement tué

Schnaps, scotchs, kirschs kitschs, schnocks schlass ? — Pschitts stricts, prompts borchtchs, brunch chti !
— Aïe aïe aïe aïe aïe aïe ! Oie ouïe, oie eue, oie... oui.

[Le premier alexandrin compte 12 voyelles et 72 consonnes (soit six fois plus),
et le second 37 voyelles et aucune consonne (mais pas d'hiatus). On aurait pu
atteindre zéro voyelle en accumulant des onomatopées comme brrr, grrr, pfft...
Si vous tenez à prononcer « ou-ïe » avec une diérèse, comme au XIXe siècle,
supprimez juste l'ultime « oie ».]


20 Janvier 2018

Rapide adaptation à contre-courant de ma ma boule de neige arithmonyme d'il y a quatre ans


21 Janvier 2018

Pétuneras pesanteur
[Isonnetwoosh 280 en couples anagrammatiques — certains d'entre eux déjà utilisés
en 2009. Inutile de préciser qu'il existe beaucoup d'autres couples de neuf lettres,
mais ces heptasyllabes rimés sans hiatus réduisent considérablement les possibilités.]

Locatrice corticale
Astérisme estimeras
Périastre étriperas
Célébrera cérébrale
Particule picturale
Escaliers cisèleras
Diamètres méditeras
Éloignera régionale

Donatrice rédaction
Orientait itération
Dilatoire idolâtrie
Créateurs éructeras
Prosaïsme imposeras
Délibérai diablerie

Exemple minimaliste d'anagrammes ayant autant & aussi peu de syllabes que possible (ici 5/2) :

Ô W ! Sang,
wagons...

On peut trouver plus dissymétrique (6/1) avec la même idée formelle, mais ça se rapproche
alors plutôt du tout début utopique de la fiction de Perec :

Ô W, hua
« wouah ! »

Une jolie phrase en 5+1 syllabes :

Ah ose si tu souhaites !


Localisation des 97 communes citées sur une carte de France

23 Janvier 2018

Palindromes monovocaliques en E
[Le sujet des palindromes monovocaliques est revenu sur la liste oulipo.
Rappelons que Robert Rapilly avait réussi le tour de force de composer
un sonnet complet le 15/01/03, et que Rolland Pauzin avait été aussi
impressionnant le 07/04/05. Plus simplistement, on peut construire
des listes comme celles-ci.]

À l'Oulipo, l'artisan allait notant, imaginant, fabriquant, ajoutant,
parfois voilant, mourant à la fin, mais toujours montrant aux plus
subtils la signification du discours contraint :

relever, rêver, créer, greffer, gréer, crever, révéler.

*

Amour du pays

Rêver de Gévezé, Neslette, Rezé, Verges,
Erre, Hercé, Renève, Creste, Berné, Wé, Sérent, Celle, Merten, Edern, Repel, Lemé, Gelles, Sète, Vert,
Essertenne, Perret, Séez, Revel, Sens, Revens, Fel, Cesse, Lée, Messemé, Séné, Gée, Melesse, Bèze,
Léré, Flée, Vedène, Péré, Méré, Serres, Sepmes,
Tresses, Ens, Étel, Bert, Le Pertre, Besné, Perrex, Err, Épense, Bertre, Peltre, Blet, Esnes, Essert,
Sempesserre, Sère, Mer, Épenède, Véel, Férel,
Èze, Bessé, Le Mée, Gené, Sem, Esse, Mée, Lesse, Clefs, Nevers, Nesle, Verzé, Esterre, Penne, Tresse,
Trévé, Tessel, Legé, Melle, Pern, Rédené, Trémel, Lect, Néré, Sewen, Rebets, Ercé, Venère, Cré, Herré,
Segré, Vèze, Rettel, Senez, Ève, Gèdre, Ver.

[Palindrome monovocalique en E de 491 lettres citant 97 communes françaises. Il est possible d'atteindre
110 communes françaises totalisant 557 lettres en supprimant l'amorce minimaliste « Rêver de... »]


25 Janvier 2018

Pangrammes protéiques
[John Acnée a proposé de construire des pangrammes utilisant les 20 lettres symbolisant les
protéines, c'est-à-dire l'alphabet privé de BJOUXZ. Voici le plus court que j'ai pu obtenir.]

Soûlons-nous pour oublier que le froid détruit notre serpolet :
Gel vif perd thym ; cinq kwas ! [22 lettres]

En fait, Wikipédia m'apprend que les O (pyrrolysine) et U (sélénocystéine) existent aussi,
bien que présents seulement dans de rares organismes vivants. Du coup, la disparition du
serpolet n'est plus due au froid, mais à l'installation d'un green — ce qui ne nous empêche
pas d'apprécier la bière de pain :

Golf vu perd thym ; cinq kwas ! [toujours 22 lettres, donc acide hétéropangraminé protéinogène]


6 Février 2018

Étêtement
[Adaptation monovocalique d'un sonnet d'Édouard Jallois. Il a vraiment perdu la
mémoire à la fin de sa vie, donc ce sonnet me touche particulièrement. Hélas mon
adaptation l'abîme, mais j'ai fait ce que j'ai pu sans « souvenir » ni « feuille » — et
j'ai préféré éviter les néologismes comme « remembrence » dans ce contexte sérieux.]

Les chers événements celés en mes pensées
Se dessèchent tels l'herbe. Entés, les préférés,
Tendrement recherchés, certes restent ferrés :
Effervescence en fête et gemmes recencées.

Le temps de sénescence et des lèvres gercées
Emmène lentement mes secrets enterrés,
Perte d'êtres réels, de mes sens démembrés,
Scènes de mes vergers en cendres déversées.

En ce terne décembre est gelé le défet,
Le rejet de ce chêne éphémère en effet
Pressent le terme bref de cette sente et tremble.

Et dès le vent levé de l'éternel décès,
L'entendement fervent de révérence semble
Descendre en cette stèle extrême des tercets.


10 – 12 Février 2018

Deux antiréférences
[textes dont les contraintes formelles contredisent leurs fonds]

        Il vagabondait un week-end dans le corridor hypoxique d'un mazet juif. Il y avait au mur un rayon d'acajou bizarre (khaya ou swietenia) qui supportait vingt-six in-folios. Ou plutôt, il aurait dû stocker vingt-six bouquins, mais sans zwanze, il y manquait toujours celui qui devait afficher sur son dos l'inscription « CINQ ». Pourtant, tout avait l'air normal : il n'y avait pas d'indication qui signalât la disparition d'un volume (un fantôme gazeux, « a ghost » comme on dit à New York) ; il paraissait juste n'y avoir aucun blanc, aucun trou vacant. Il y avait plus troublant : la disposition en patchwork de l'ensemble ignorait (ou pis : masquait, dissimulait) l'omission : il fallait la parcourir jusqu'au bout pour savoir, la soustraction aidant (vingt-cinq titres du « UN » au « VINGT-SIX », soit vingt-six moins vingt-cinq font un), qu'il manquait un livre ; il fallait un assez long calcul pour voir qu'il s'agissait du « CINQ ».
        Il voulait saisir un tome, l'ouvrir (lisant, aurait-il surpris, par raccroc, par hasard, un witz plus probant, l'indication qui lui manquait ?) mais il n'y arrivait pas ; sa main passait trop loin du rayon ; il n'arrivait pas plus à savoir à quoi avait trait la publication : tantôt il croyait y voir un colossal lexique, tantôt Coran irakien, Torah ou Talmud juifs, l'Opus magistral, l'angoissant bilan d'un savoir tabou...
        Jugez qu'il y avait un scrapbook manquant, un faux, une « shadow ». Jugez qu'il y avait un défaut, un drawback blanc, un trou qu'aucun n'avait exhumé, n'avait su, n'avait pu, n'avait voulu voir. On avait disparu du fairway, zappé du juke-box logomachique. Ça avait disparu du larynx, muet du folksong jusqu'au showbiz.

(Antiréférence d'après le début du chapitre deux de « la Disparition » de Georges Perec : objectivez que toutes les phrases sont des pangrammes sans whisky.)

*

P.S.: Découvrant aujourd'hui même l'histoire d'un cheminot polonais, je ne résiste pas :

Plaf, Jan Grzebski choqua moyeux de wagon vite [pangramme alexandrin de 38 lettres]

On peut descendre à 29 lettres, mais ça ne veut plus dire grand chose. Avant
son accident, ce don Juan appréciait par exemple le tissu africain rose pâle :

Wax thym plu de Jan Grzebski, coq vif



        Aussi, l'accroc principal surgit sans solution : la classification, y compris sans but global, d'un amas infini. Dans l'instant colossal d'alors, j'ai vu maints millions d'actions, faits charmants ou angoissants ; aucun n'a autant abasourdi ma raison qu'un fait anormal : tout n'occupait qu'un point, sans stratification ni fusion. J'ai vu du concomitant : ma transcription suivra la disposition mot à mot du discours standard. Mais osons pourtant un imparfait rapport.

        Au bas du gradin, à tribord, tu vis un calot nain aux tons chatoyants, qui rayonnait un jour quasi accablant. Tu crus d'abord qu'il tournait ; puis tu compris qu'autant d'agitation fut l'illusion qu'occasionnait l'inhumain flot d'attractions qu'il comportait. L'Alpha avait un rayon voisin d'un doigt, mais l'ahurissant cosmos y gisait au total, sans diminution d'aucun format. Tout attirail (disons l'avant d'un miroir) signifiait un tas infini d'imitations, car ta vision s'amorçait par tout point du cosmos. Tu vis d'abondants flots grouillant d'animaux marins du matin au soir, la profusion d'humains à Washington jusqu'à San Francisco, un ivoirin lacis arachnoïdal au fond du noir mastaba d'un pharaon, un imbroglio rompu (ça constituait Buckingham), tu vis un cristallin contigu, sans fin, scrutant son autoportrait dans ton for à l'instar d'un miroir, tu vis tout miroir du champ mondial mais tu n'y figurais sur aucun, tu vis dans un patio du cours Nicaragua un sol jadis vu il y a vingt-huit ans dans un hall d'un bungalow à Las Cañas, tu vis du raisin, du blanc nival, du tabac, maints filons d'aluminium ou d'or, du brouillard, tu vis d'arrondis sablons brûlant au Sahara, mirant tout grain un à un, tu vis aux Highlands la nana qu'aucun oubli n'abolira jamais, tu vis la toison sans chignon, son corps hautain, tu vis un oncovirus au thorax, tu vis un rond d'humus dur sur un trottoir, là où auparavant il y avait un tronc, tu vis dans un pavillon à La Plata un original anglais du « Natural History » par Plinius, qu'un John Holland ou plutôt son fils traduisit, tu vis à l'instant tout trait dans tout mot parmi sa pagination (bambin, tu fus surpris qu'aucun trait n'irait s'affranchir du bon coin ni partir durant la nuit), tu vis à la fois nuit ou jour, un couchant à Michoacán qui paraissait l'imitation d'un coloris d'amaryllis à Dacca, ton salon ou ton lit sans toi ni autrui, tu vis dans un cagibi d'Alkmaar un rond atlas mondial au mitan d'un duo d'horrifiants miroirs l'additionnant à l'infini, tu vis maints mustangs aux crins fournis sur un littoral du Kazakhstan au point du jour, vingt-six jolis os structurant la main, un camp pour survivants d'un combat, chacun postant son mot d'information, tu vis dans un magasin à Mirzapur un tarot hispano-portugais, tu vis maints contours obscurcis par d'imposants plants d'adiantum au sol d'un hangar d'altuglas, maints lynx, pistons, bisons, populos ou armadas, tu vis tout charançon ou fourmi chiffrant jusqu'à un trillion, un almicantarat d'Iran, tu vis dans un tiroir du scriban (tu craignis son script) un ramassis d'impurs plis grivois, paradoxaux, clairs, qu'inscrivit antan Bianca pour Carlos Arturo, tu vis à Chacarita un tumulus pour ton amour fou, un vilain tas d'os qui fut un corps divin pour Bianca Vittoria, la circulation d'un sang obscur dans ta chair, l'outil spiralant d'adoration puis la transformation dans la mort, tu vis l'Alpha sous tous azimuts, tu vis sur l'Alpha l'atlas mondial, puis sur l'atlas l'Alpha y figurant toujours puis sur l'Alpha l'atlas mondial, tu vis ton portrait puis ton corps jusqu'aux boyaux, tu vis son minois, tu fus pris d'un profond tournis puis tu sanglotas, car ta vision avait connu l'absolu panorama qu'on soupçonnait, dont tout humain bavardait à tort, mais qu'aucun n'avait saisi : l'inouï Grand Tout.

(in « l'Alpha », Juan Luis Burgos, traduit du castillan par Gil Sposito)

[Voir aussi ce monovocalisme en A d'il y a vingt ans, qui évoque également l'Univers entier]


Previous oulipian page
See also my Ambigrams & Pinacograms, Pangrams, Wordlist, Mathews' Corpus, Logos and Pentominos
Back to Gef's Hotlist
Valid XHTML 1.0 Transitional Gilles Esposito-Farèse <gef@iap.fr>
Last modified : February 13th, 2018