Gef's Contributions to the Oulipo Mailing List

[0. Classification of the constraints]
[1. Old oulipian page (90s)]
[2. Translation exercises (96-97)]
[3. Miscellaneous constraints (97)]
[4. Oulipian games & poetry (97-98)]
[5. Oulipoetic constraints (98-99)]
[6. Oulipoetry in 1999]
[7. Y2k texts]
[8. Grannets, tanka & Nerval]
[9. Poetry & symmetry (2000-01)]
[10. Sonnets et al. (2001-02)]
[11. Homophonies, anagrams, etc. (2003)]
[12. Combined constraints (2003-04)]
[13. Some original constraints (2004-06)]
[14. New literal constraints & pangrams (2006)]
[15. Holorhymes, pangrams, etc. (2006-08)]
[16. Polysemy & Pastior (2008)]
[17. Collective poems & vocalic sonnets (2008-09)]
[18. Lists & saturation (June-July 2009)]
[19. Anagram pairs, Loyd & Fournel (2009)]
[20. Rhymes, anagrams et al. (2010-11)]
[21. Cut-up, outlaw, Mathews, etc. (2011-12)]
[22. Complex rhymes, multi-lipograms & self-justification (2013)]
[23. Doublets, arithmonyms, alpharhymes, etc. (2014)]
[24. Homoconsonantisms et al., braids, anagrhymes (2015)]
[25. Anagrams, holorhymes, Morse, etc. (2016)]
[26. Rhythm & pangrams (2016)]
[27. Compositions, holorhymes and new constraints (2016-17)]
[28. Syllabic squares, vocalic sequences, music, etc. (2017)]

29. Recent stuff (2018)
[Appendix: Homages to a few oulipian friends]


For your first visit, I suggest this selection

1er Janvier 2018

Œuvrez mieux :
Œil aime œuvre !
Œil veut mer,
Œil me rêve ;
Heure me veille —
Vieux aime heure.
Vieux remet
Meilleurs vœux !


3 – 5 Janvier 2018

Lipophones paradoxaux
[Nouvelle idée de contrainte paradoxale : écrire un texte allitéré en
une lettre mais n'utilisant pourtant jamais le phonème correspondant.]

Clavier mensonger :
S'oxygéner, s'étouffer ?
Danger langagier !

[lipophone en R contenant pourtant un R par mot non-élidé]

*

Ois oisons en haut,
exempts aux eaux et au houx !
– Ouais, on hait houhous.

[Exagération de la contrainte : aucun mot n'emploie de phonème
correspondant à l'une de ses lettres isolée. Notez qu'« oiseau » ne
respecte pas cette variante très dure, car la lettre « a » du « eau »
final s'entend dans l'« oi » initial, et réciproquement, la lettre « o »
de l'« oi » initial s'entend dans l'« eau » final.]

*

Désespérément,
j'entends empêcher l'enfer
d'échecs éternels.

[monovocalisme en E ne contenant pourtant aucun phonème « eu »,
ni ouvert, ni fermé, ni caduc]

*

Vamps d'antan dansant,
Scandant francs cancans dans hall,
Chantant sans grand plan.

Tintin vint, tint zinc :
Vin light, girls, clins fins d'instinct,
Vingt-cinq flirts zinzins.

Cool dondons, sombrons !
Mon bon clown pond son ronron,
Rond, rompt son front blond.

Guru d'un pub punk,
Trust d'un club, un must : un punch,
Summum d'un rhum brun !

[lipophones monovocaliques en A, I, O puis U]

*

Fou débutant

Patient balbutiant
mentionnant l'initiation
essentiellement

[lipophone en T avec deux T par mot non-élidé]

*

Odio amordazado
(Détestation silencieuse)

J'avance endolori, — sans conjoint, — strangulé,
Antan prince aquitain d'enceinte ensevelie :
Mon grand destin s'éteint, — mon banjo constellé
Peint un monde charbon d'encre en Mélancolie.

Enterrés dans un fond, gens m'ayant consolé,
Rendez donc l'océan, l'immense Mongolie,
L'ancolie ombrant tant mon penchant enjôlé,
Cependant qu'un sarment l'églantier concilie.

S'inspirer d'Apollon, Cupidon ?... D'un Biron ?
Mon front prend honte encore envers l'ardente infante,
Songeant dans l'antre enfoui qu'un blanc lamantin hante...

Sachant franchir vainqueur maint courant d'Achéron,
Jouons en l'instrument d'un chantre qu'intéresse
Tantôt plainte d'un saint, tantôt d'enchanteresse.

                                                    Germain Lebrun

[Lipophone allitéré en N. Le titre en espagnol signifie précisément
« Haine bâillonnée ». Le phonème « gn » [ñ] a également été interdit
car il est très proche du N. Une difficulté a été d'éviter les liaisons de
N en fins de mots, par exemple « mon_océan », ou « un_églantier ».]

[Voir aussi ces autres contraintes paradoxales]


8 Janvier 2018

Nombre de phonèmes très dissymétrique
[La classe la plus évidente de contraintes paradoxales est lorsque deux caractéristiques généralement corrélées n'ont pas le même ordre de grandeur. On peut par exemple construire des alexandrins (nombre de syllabes fixé à 12) ayant des nombres de caractères aussi différents que possible, comme dans le concours d'Alphonse Allais de fin 1901 ou ces exemples de ma plume. Ces alexandrins peuvent aussi avoir des sommes gématriques ou des nombres de traits ou de mots très différents. Cela m'a donné l'idée de faire beaucoup varier cette fois le nombre de phonèmes — contrainte voisine de celle du concours d'Allais mais qui n'avait pas encore été essayée sous cette forme explicite. Dans le distique ci-dessous, en alexandrins rimés sans hiatus, le premier vers compte 66 phonèmes et le second le minimum possible de 12.]

Élégant lutin bleu insensible aux moqueries des troupes d'Attila
Schtroumpf straight, strict breitschwanz d'York, quartz smart d'ouest. Script : « Clebs ! Groin !
– Ô Huns haïs, huez... – Hou ! hou ! – Hi-han hauts, hein ? »


9 – 10 Janvier 2018

Fake news
[Nicolas Graner a remarqué que l'expression « fake news », à la mode depuis quelques mois et quasiment adoptée en français, est particulièrement utile dans un pangramme. J'ai pour ma part ajouté que le nom du président américain, si associé à cette expression, complète joliment ses lettres. Trois oulipotes ont donc cherché à diminuer la taille de tels pangrammes. Nos résultats sont donnés ci-dessous par ordre chronologique. Leurs nombres de lettres et leurs auteurs sont indiqués entre crochets, ainsi que leurs types de vers. Mais comme l'E caduc de « fake » devrait compter en français (sonnant alors de façon plutôt méridionale !) alors qu'il ne se prononce pas en anglais, j'ajoute un tilde devant le nom de ces vers quand cet E est élidé.]

Juge, extrayez fake news d'épave qui chamboule. [38 lettres, ~alexandrin, Nicolas Graner]
Exhibez-y ce vol que Trump déjuge « fake news » ! [35 lettres, prose, Gef]
Cheb, jugez-y Trump qui vole dix fake news ! [33 lettres, alexandrin, Nicolas Graner]
Trump qui bave aux fake news ? Juge, déchoyez-le ! [37 lettres, ~alexandrin, Gef]
Voyez ce qu'exhibe l'âgé D.J. Trump : fake news ! [34 lettres, prose, Gef]
Jugez ce vol de fake news qu'y exhibe Trump ! [34 lettres, ~alexandrin, Gef]
Jugez dix fake news qu'y bavoche le Trump ! [33 lettres, alexandrin, Gef]
Trump, jugez-y fake news d'ex-bolchevique ! [33 lettres, ~décasyllabe, Gef]
Cliquez, D.J. Trump : bug y va, hoax, fake news ! [32 lettres, alexandrin, Gef]
Choyez le D.J. Trump : big Q.I.? fake news vexe ! [32 lettres, ~alexandrin, Noël Bernard]
Gavé chez Trump, j'y bloque dix fake news. [32 lettres, ~décasyllabe, Gef]
Blog, j'y vaque chez Trump : dix fake news. [31 lettres, décasyllabe césuré 6/4, Gef]
Bah, D.J. Trump, vil coq, exigez-y fake news ! [31 lettres, ~alexandrin, Gef]

Les 11 & 12 mars 2018, une quatrième oulipote est revenue à ce thème :
Ample fake-news, joyeux gauchiste qui bavardez ! [39 lettres, prose, Annie Hupé]
Pitoyable fake-news du vieux chez qui je migre. [38 lettres, ~alexandrin, Annie Hupé]


10 Janvier 2018

Holorhume II
[les voyelles phonétiques du premier vers sont dénasalisées dans le second,
in, an et on devenant donc è, a et o]

Chantons d'anciens printemps contraints, bon sang ! Mon prince
Châteaux d'acier prêta qu'aux très beaux : ça m'oppresse.


14 Janvier 2018

Commande de boissons non alcoolisées, de soupe russe, et de palmipède picard fraîchement tué

Schnaps, scotchs, kirschs kitschs, schnocks schlass ? — Pschitts stricts, prompts borchtchs, brunch chti !
— Aïe aïe aïe aïe aïe aïe ! Oie ouïe, oie eue, oie... oui.

[Le premier alexandrin compte 12 voyelles et 72 consonnes (soit six fois plus),
et le second 37 voyelles et aucune consonne (mais pas d'hiatus). On aurait pu
atteindre zéro voyelle en accumulant des onomatopées comme brrr, grrr, pfft...
Si vous tenez à prononcer « ou-ïe » avec une diérèse, comme au XIXe siècle,
supprimez juste l'ultime « oie ».]


20 Janvier 2018

Rapide adaptation à contre-courant de ma ma boule de neige arithmonyme d'il y a quatre ans


21 Janvier 2018

Pétuneras pesanteur
[Isonnetwoosh 280 en couples anagrammatiques — certains d'entre eux déjà utilisés
en 2009. Inutile de préciser qu'il existe beaucoup d'autres couples de neuf lettres,
mais ces heptasyllabes rimés sans hiatus réduisent considérablement les possibilités.]

Locatrice corticale
Astérisme estimeras
Périastre étriperas
Célébrera cérébrale
Particule picturale
Escaliers cisèleras
Diamètres méditeras
Éloignera régionale

Donatrice rédaction
Orientait itération
Dilatoire idolâtrie
Créateurs éructeras
Prosaïsme imposeras
Délibérai diablerie

Exemple minimaliste d'anagrammes ayant autant & aussi peu de syllabes que possible (ici 5/2) :

Ô W ! Sang,
wagons...

On peut trouver plus dissymétrique (6/1) avec la même idée formelle, mais ça se rapproche
alors plutôt du tout début utopique de la fiction de Perec :

Ô W, hua
« wouah ! »

Une jolie phrase en 5+1 syllabes :

Ah ose si tu souhaites !


Localisation des 97 communes citées sur une carte de France

23 Janvier 2018

Palindromes monovocaliques en E
[Le sujet des palindromes monovocaliques est revenu sur la liste oulipo.
Rappelons que Robert Rapilly avait réussi le tour de force de composer
un sonnet complet le 15/01/03, et que Rolland Pauzin avait été aussi
impressionnant le 07/04/05. Plus simplistement, on peut construire
des listes comme celles-ci.]

À l'Oulipo, l'artisan allait notant, imaginant, fabriquant, ajoutant,
parfois voilant, mourant à la fin, mais toujours montrant aux plus
subtils la signification du discours contraint :

relever, rêver, créer, greffer, gréer, crever, révéler.

*

Amour du pays

Rêver de Gévezé, Neslette, Rezé, Verges,
Erre, Hercé, Renève, Creste, Berné, Wé, Sérent, Celle, Merten, Edern, Repel, Lemé, Gelles, Sète, Vert,
Essertenne, Perret, Séez, Revel, Sens, Revens, Fel, Cesse, Lée, Messemé, Séné, Gée, Melesse, Bèze,
Léré, Flée, Vedène, Péré, Méré, Serres, Sepmes,
Tresses, Ens, Étel, Bert, Le Pertre, Besné, Perrex, Err, Épense, Bertre, Peltre, Blet, Esnes, Essert,
Sempesserre, Sère, Mer, Épenède, Véel, Férel,
Èze, Bessé, Le Mée, Gené, Sem, Esse, Mée, Lesse, Clefs, Nevers, Nesle, Verzé, Esterre, Penne, Tresse,
Trévé, Tessel, Legé, Melle, Pern, Rédené, Trémel, Lect, Néré, Sewen, Rebets, Ercé, Venère, Cré, Herré,
Segré, Vèze, Rettel, Senez, Ève, Gèdre, Ver.

[Palindrome monovocalique en E de 491 lettres citant 97 communes françaises. Il est possible d'atteindre
110 communes françaises totalisant 557 lettres en supprimant l'amorce minimaliste « Rêver de... »]


25 Janvier 2018

Pangrammes protéiques
[John Acnée a proposé de construire des pangrammes utilisant les 20 lettres symbolisant les
protéines, c'est-à-dire l'alphabet privé de BJOUXZ. Voici le plus court que j'ai pu obtenir.]

Soûlons-nous pour oublier que le froid détruit notre serpolet :
Gel vif perd thym ; cinq kwas ! [22 lettres]

En fait, Wikipédia m'apprend que les O (pyrrolysine) et U (sélénocystéine) existent aussi,
bien que présents seulement dans de rares organismes vivants. Du coup, la disparition du
serpolet n'est plus due au froid, mais à l'installation d'un green — ce qui ne nous empêche
pas d'apprécier la bière de pain :

Golf vu perd thym ; cinq kwas ! [toujours 22 lettres, donc acide hétéropangraminé protéinogène]


6 Février 2018

Étêtement
[Adaptation monovocalique d'un sonnet d'Édouard Jallois. Il a vraiment perdu la
mémoire à la fin de sa vie, donc ce sonnet me touche particulièrement. Hélas mon
adaptation l'abîme, mais j'ai fait ce que j'ai pu sans « souvenir » ni « feuille » — et
j'ai préféré éviter les néologismes comme « remembrence » dans ce contexte sérieux.]

Les chers événements celés en mes pensées
Se dessèchent tels l'herbe. Entés, les préférés,
Tendrement recherchés, certes restent ferrés :
Effervescence en fête et gemmes recencées.

Le temps de sénescence et des lèvres gercées
Emmène lentement mes secrets enterrés,
Perte d'êtres réels, de mes sens démembrés,
Scènes de mes vergers en cendres déversées.

En ce terne décembre est gelé le défet,
Le rejet de ce chêne éphémère en effet
Pressent le terme bref de cette sente et tremble.

Et dès le vent levé de l'éternel décès,
L'entendement fervent de révérence semble
Descendre en cette stèle extrême des tercets.


10 – 12 Février 2018

Deux antiréférences
[textes dont les contraintes formelles contredisent leurs fonds]

        Il vagabondait un week-end dans le corridor hypoxique d'un mazet juif. Il y avait au mur un rayon d'acajou bizarre (khaya ou swietenia) qui supportait vingt-six in-folios. Ou plutôt, il aurait dû stocker vingt-six bouquins, mais sans zwanze, il y manquait toujours celui qui devait afficher sur son dos l'inscription « CINQ ». Pourtant, tout avait l'air normal : il n'y avait pas d'indication qui signalât la disparition d'un volume (un fantôme gazeux, « a ghost » comme on dit à New York) ; il paraissait juste n'y avoir aucun blanc, aucun trou vacant. Il y avait plus troublant : la disposition en patchwork de l'ensemble ignorait (ou pis : masquait, dissimulait) l'omission : il fallait la parcourir jusqu'au bout pour savoir, la soustraction aidant (vingt-cinq titres du « UN » au « VINGT-SIX », soit vingt-six moins vingt-cinq font un), qu'il manquait un livre ; il fallait un assez long calcul pour voir qu'il s'agissait du « CINQ ».
        Il voulait saisir un tome, l'ouvrir (lisant, aurait-il surpris, par raccroc, par hasard, un witz plus probant, l'indication qui lui manquait ?) mais il n'y arrivait pas ; sa main passait trop loin du rayon ; il n'arrivait pas plus à savoir à quoi avait trait la publication : tantôt il croyait y voir un colossal lexique, tantôt Coran irakien, Torah ou Talmud juifs, l'Opus magistral, l'angoissant bilan d'un savoir tabou...
        Jugez qu'il y avait un scrapbook manquant, un faux, une « shadow ». Jugez qu'il y avait un défaut, un drawback blanc, un trou qu'aucun n'avait exhumé, n'avait su, n'avait pu, n'avait voulu voir. On avait disparu du fairway, zappé du juke-box logomachique. Ça avait disparu du larynx, muet du folksong jusqu'au showbiz.

(Antiréférence d'après le début du chapitre deux de « la Disparition » de Georges Perec : objectivez que toutes les phrases sont des pangrammes sans whisky.)

*

P.S.: Si vous préférez les pangrammes alcooliques,
je vous propose cette divine dégustation de 36 lettres :


Whisky Jim Bean, Avèze extra, pulque, café : god !

*

P.P.S.: Découvrant aujourd'hui même l'histoire d'un cheminot polonais, je ne résiste pas :

Plaf, Jan Grzebski choqua moyeux de wagon vite [pangramme alexandrin de 38 lettres]

On peut descendre à 29 lettres, mais ça ne veut plus dire grand chose. Avant
son accident, ce don Juan appréciait par exemple le tissu africain rose pâle :

Wax thym plu de Jan Grzebski, coq vif



        Aussi, l'accroc principal surgit sans solution : la classification, y compris sans but global, d'un amas infini. Dans l'instant colossal d'alors, j'ai vu maints millions d'actions, faits charmants ou angoissants ; aucun n'a autant abasourdi ma raison qu'un fait anormal : tout n'occupait qu'un point, sans stratification ni fusion. J'ai vu du concomitant : ma transcription suivra la disposition mot à mot du discours standard. Mais osons pourtant un imparfait rapport.

        Au bas du gradin, à tribord, tu vis un calot nain aux tons chatoyants, qui rayonnait un jour quasi accablant. Tu crus d'abord qu'il tournait ; puis tu compris qu'autant d'agitation fut l'illusion qu'occasionnait l'inhumain flot d'attractions qu'il comportait. L'Alpha avait un rayon voisin d'un doigt, mais l'ahurissant cosmos y gisait au total, sans diminution d'aucun format. Tout attirail (disons l'avant d'un miroir) signifiait un tas infini d'imitations, car ta vision s'amorçait par tout point du cosmos. Tu vis d'abondants flots grouillant d'animaux marins du matin au soir, la profusion d'humains à Washington jusqu'à San Francisco, un ivoirin lacis arachnoïdal au fond du noir mastaba d'un pharaon, un imbroglio rompu (ça constituait Buckingham), tu vis un cristallin contigu, sans fin, scrutant son autoportrait dans ton for à l'instar d'un miroir, tu vis tout miroir du champ mondial mais tu n'y figurais sur aucun, tu vis dans un patio du cours Nicaragua un sol jadis vu il y a vingt-huit ans dans un hall d'un bungalow à Las Cañas, tu vis du raisin, du blanc nival, du tabac, maints filons d'aluminium ou d'or, du brouillard, tu vis d'arrondis sablons brûlant au Sahara, mirant tout grain un à un, tu vis aux Highlands la nana qu'aucun oubli n'abolira jamais, tu vis la toison sans chignon, son corps hautain, tu vis un oncovirus au thorax, tu vis un rond d'humus dur sur un trottoir, là où auparavant il y avait un tronc, tu vis dans un pavillon à La Plata un original anglais du « Natural History » par Plinius, qu'un John Holland ou plutôt son fils traduisit, tu vis à l'instant tout trait dans tout mot parmi sa pagination (bambin, tu fus surpris qu'aucun trait n'irait s'affranchir du bon coin ni partir durant la nuit), tu vis à la fois nuit ou jour, un couchant à Michoacán qui paraissait l'imitation d'un coloris d'amaryllis à Dacca, ton salon ou ton lit sans toi ni autrui, tu vis dans un cagibi d'Alkmaar un rond atlas mondial au mitan d'un duo d'horrifiants miroirs l'additionnant à l'infini, tu vis maints mustangs aux crins fournis sur un littoral du Kazakhstan au point du jour, vingt-six jolis os structurant la main, un camp pour survivants d'un combat, chacun postant son mot d'information, tu vis dans un magasin à Mirzapur un tarot hispano-portugais, tu vis maints contours obscurcis par d'imposants plants d'adiantum au sol d'un hangar d'altuglas, maints lynx, pistons, bisons, populos ou armadas, tu vis tout charançon ou fourmi chiffrant jusqu'à un trillion, un almicantarat d'Iran, tu vis dans un tiroir du scriban (tu craignis son script) un ramassis d'impurs plis grivois, paradoxaux, clairs, qu'inscrivit antan Bianca pour Carlos Arturo, tu vis à Chacarita un tumulus pour ton amour fou, un vilain tas d'os qui fut un corps divin pour Bianca Vittoria, la circulation d'un sang obscur dans ta chair, l'outil spiralant d'adoration puis la transformation dans la mort, tu vis l'Alpha sous tous azimuts, tu vis sur l'Alpha l'atlas mondial, puis sur l'atlas l'Alpha y figurant toujours puis sur l'Alpha l'atlas mondial, tu vis ton portrait puis ton corps jusqu'aux boyaux, tu vis son minois, tu fus pris d'un profond tournis puis tu sanglotas, car ta vision avait connu l'absolu panorama qu'on soupçonnait, dont tout humain bavardait à tort, mais qu'aucun n'avait saisi : l'inouï Grand Tout.

(in « l'Alpha », Juan Luis Burgos, traduit du castillan par Gil Sposito)

[Voir aussi ce monovocalisme en A d'il y a vingt ans, qui évoque également l'Univers entier]


20 Février 2018

Éloge de la prose
[Encore une antiréférence. Outre des rimes riches, la contrainte principale est une interpolation
entre le lipogramme et le monovocalisme en E : le premier vers ne compte aucun E, le second
un seul, ..., et le dernier 13 E. On peut le vérifier en une fois avec le testeur d'anagrammes
ou le gématon. C'est finalement une variante assez douce de mon lipogressif d'il y a 15 ans.]

Tu n'auras nul chausson cristallin car aux vairs
On scalpa la toison puis on trancha ta rose
Voilà pourquoi la mort la prit dans sa nécrose
À bas la poésie aux traumatisants vers

Il nous faut sans contrainte explorer l'Univers
L'invention dit Claudel se trouve dans la prose
Sans césure qui pèse ou pose un blanc morose
Sans rythme régulier ni rime aux jeux pervers

Le rêve ou la passion s'exprime en droite ligne
La verve est bêtement une tumeur maligne
Et l'Oulipo ne sert que de prétexte enflé

Lorsque exagérément on recense une lettre
Le thème effervescent reste juste éraflé
Et se perd le réel sens de l'éternel Être


P.S. une nouvelle fois pangrammatique

On recommande aux acteurs afro-américains de parler comme
leurs ancêtres lorsque Theda Bara médit de celui qui l'a lancée :


Jactez kiswahili quand vamp y gerbe Fox [pangramme alexandrin de 33 lettres]

Ne vous laissez pas faire si votre médecin jargonne :

Giflez quand psy verbeux jacte mohawk [pangramme décasyllabique de 32 lettres]

On peut trouver encore plus court, mais ça s'enfonce sans l'abscons,
donc je vous laisse imaginer pourquoi ce chien refroidit le disjoncteur :


Jactez wakhi quand fox y givre plombs [pangramme décasyllabique de 31 lettres]

*

Cet emploi à la frontière entre la Zambie et le Malawi m'intéresse, mais selon
l'État qui l'offre, le salaire est soit entre 1000 et 2500 €, soit entre 15 et 30 € :


Job payé de 13406 à 28975 kwachas. [hétéropanchiffre sous-entendant un pangramme de 77 lettres]

N.B.: la liste oulipo a déjà trouvé des pangrammes bien plus courts se servant de nombres, par exemple
« e36 » qui est aussi un panchiffre implicite. Ci-dessus, je me suis amusé à rendre les dix chiffres explicites.

*

P.P.S. du 12/05/18: faux monovocalisme en E

775 ¥ le web ? Je me rêve chef de geek ! [monovocalisme sous-entendant un pangramme de 49 lettres]


23 Février 2018

Alexandrins de tailles variables (le retour)
[Même contrainte visuelle qu'il y a vingt ans, mais cette fois sans hiatus et en respectant
l'alternance des rimes. La ponctuation est volontairement absente. Pour changer, le trapèze
formé par les vers est ici replié, ce qui peut évoquer l'instabilité psychologique du protagoniste.
Sur la suggestion de Robert Rapilly, j'ai construit une animation SVG illustrant ce pliage.
(L'affichage est incorrect sur iPhone et iPad, en raison d'un bogue du système iOS d'Apple et non de mon fichier.)]

                           El Doblado

                Je suis le replié légataire volé
Cheikh princier d'un Grand Ouest sans forts craints qu'on spolie
               Mon idéal périt et mon luth étoilé
 Croit plaindre un astre oeil noir des prompts spleens de Folie

  Aux nuits des tombeaux stricts schnock qu'hier m'eus consolé
             Rends la végétation et la mer d'Italie
   Moult fleurs qui troublaient tant mon coeur point contrôlé
            Et le cep où le pampre à la rose s'allie

           Suis-je Amour ou Phoebus Lusignan ou Biron
     Toujours mon front s'empourpre aux baisers de la reine
          J'ai songé dans la grotte où nagea la sirène

         Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron
       Psalmodiant tour à tour dans l'instrument d'Orphée
        Maints soupirs de la sainte et chahuts de la fée

6 Mars 2018

Satellites galiléens de Jupiter
En collaboration avec Valentin Villenave, nous avons imaginé plusieurs représentations sonores
des orbites des quatre plus gros satellites de Jupiter. Voici l'une d'entre elles, dans laquelle j'ai
attribué à Callisto la note do (puisqu'elle se dit C en anglais et en allemand), à Europe le mi (E)
et à Ganymède le sol (G). L'initiale d'Io peut correspondre à un si ou à un do selon qu'on décide
de cycler sur un la après le G, ou bien sur un do après le si bécarre noté H en Allemagne. J'ai
donc décidé d'attribuer une note quelconque entre le si bémol et le do dièse à ce satellite le plus
rapide. L'exemple proposé donne tous les ordres possibles des quatre notes, mélangés selon une
quenine par rapport à leur ordre mathématique le plus naturel.
Partition PDF de 50 Ko Partition
et enregistrement de 321 Ko

P.S. du 17/03/18 : Valentin a eu l'idée de jouer systématiquement toutes les conjonctions de deux
satellites, au lieu de les voir passer devant une direction donnée comme ci-dessus. Cela crée une
polyrythmie encore plus complexe. Dans l'exemple suivant, une note aléatoire entre si bémol et
do dièse est attribuée au satellite Io.
N.B.: Bien que l'idée rythmique soit de Valentin, je suis le seul à blâmer si vous n'aimez pas la
réalisation sonore.
Partition PDF (approximative) de 90 Ko Partition
et enregistrement de 968 Ko

[Voir aussi mes autres expériences oumupiennes]


11 – 19 Mars 2018

Hétérogrammes accentués
François Polloli a proposé à la liste oulipo de construire des hétérogrammes de 19 lettres,
en distinguant les possibles accentuations des voyelles. Son choix de 19 est lié au carillon
intratonal
qu'il utilise dans son enseignement musical. Il recommandait donc de composer
des énoncés ayant un rapport avec la musique. Je me permets de recopier les excellentes
réponses des oulipotes, par ordre chronologique, pour ne pas laisser croire que j'ai été le
seul à m'y intéresser :


• Rythmez bops acid-funk ! [Rémi Schulz]
• Mix Schwarzkopf bugle... [Rémi Schulz]
• Ô rhapsodie funky à clé. [Étienne Daspe]
• Cultivez Brahms à fond. [Bernard Maréchal]
• Pack de syrinx-luth : bof ! [Gef]
• Ludwig vs chef baryton. [Bernard Maréchal]
• Vu crwth, djozé, salpinx. [Gef]
• Ce café aime passer de la musique post-romantique autrichienne :
  Juke-box : Franz Schmidt [Gef]
• Ce mélomane a des goûts éclectiques, allant du baroque au ragtime
  afro-américain, mais hélas sans omettre la sombre période nazie :

  Byrd, Schütz, Joplin, Egk. [Gef]
• Gwerz : chant du mix folk ou Six gwerz du chant folk [Gef]
• Chut, lyre : jig fond vamp. [Noël Bernard]
• Fox rythmé ? Ludwig van B. [Bernard Maréchal]
• Schönberg a fêlé mi d'ut [Jacqueline « Jacquadit »]
• Bāngdí atmosphérique [Gef]
• Décuivrâmes batyphon ou Défigurâmes batyphon [Gef]
• Défigurâtes jam block ou Déguisèrent jam block [Gef]
• Décalquâtes phorminx [Gef]
• Délivrâmes tchang-kou [Gef]
• Réchampîtes dòngxiāo [Gef]
• Hendrix ? Soft black guy ! [Bernard Maréchal]
• Bāngdí, crwth, suka, voix. [Gef]
• Biwa, djozé, flûte, húqín. [Gef]
• Djembé, guzla, húqín, târ. [Gef, et ça reste un hétérogramme en y ajoutant la voix]
• Èrhú, flûte, oukpwé, vînâ. [Gef]
• Jouez à pharynx flûtés ! [Gef]
• Qin sympa du gwerz folk [Gef]
• Bâclez du piano rythmé ! [Gef]
• Ô n'abîmez du rock stylé ! [Gef]

J'ai ensuite proposé de chercher des hétérogrammes accentués aussi longs que possible, bien
que ce soit extrêmement difficile. Nous avions déjà trouvé des pangrammes répondant à cette
question, mais ils n'avaient pas été construits avec cet objectif. Il y a par exemple une quarantaine
d'hétéropangrammes (de 26 lettres) dans ma liste personnelle, trois hétérogrammes de 27 ou 28
lettres utilisant les ligatures « & » et « @ », et un autre de 28 lettres employant le mot « déjà »
et un nom propre imprononçable. En décembre 1998, j'avais en fait déjà cherché des hétéropan-
grammes accentués, et Nicolas Graner avait réussi à donner un semblant de sens à l'un d'entre eux :


Je suis allé au cinéma voir un western de la 20th Century, dans lequel un superbe héros tombe amoureux
d'une indienne outrageusement fardée. Après quoi je me suis régalé d'une omelette aux champignons.
Fox : zig rêvé mû by squaw à khôl. J'dînât cèpe. [34 lettres différentes, Nicolas Graner & Gef]

Mes nouvelles tentatives, sans chercher à obtenir un pangramme, n'ont pas donné
bien mieux. Cet énoncé surréaliste est toutefois grammaticalement supportable :

Ô novæ, ciblez-y çà fœtus âgé & haï würm dû ! [32 lettres ou ligatures différentes, Gef]

Et celui-ci est encore plus court, mais un peu plus cohérent :
Gaz vu, à côté d'où y brûlâmes phœnix ? [28 lettres ou ligature différentes, alexandrin à hiatus, Gef]

Je vous épargne mes autres essais encore pires.


14 Mars 2018

Noël Bernard a composé ce pangramme rendant hommage au grand physicien théoricien
décédé ce matin (et en évoquant simultanément le « jour de π » 3/14 !) :

Caves : jetez-y pi fabuleux qu'Hawking dorme. [35 lettres, alexandrin]

Suivant son exemple, j'ai proposé ensuite :
Buvez-moi flux jais que Hawking décrypte [34 lettres, décasyllabe]
Voyez l'apex actif qu'Hawking sombre déjà [34 lettres, alexandrin]
Faxez-y qu'Hawking vit déjà clap sombre [32 lettres, décasyllabe]

Frédéric Schmitter a également obtenu ce bijou :
Voyez quel temps bref j'excède, Hawking ! [32 lettres, alphabet + 6 e, décasyllabe]

[Voir aussi mon ambigramme de juillet 2004, tracé pendant que j'attendais une conférence de ce physicien]


16 Mars 2018

Gravitational clustering
[Interpolation entre l'absence de lettres comportant des boucles dans le premier vers,
et toutes en ayant dans le dernier. Deux boucles sont ajoutées à chaque vers, comme
on peut le vérifier avec cette option du gématron. Une seule boucle est comptée pour
le « g » minuscule, bien que certaines polices de caractères lui en offrent deux.]

Un tissu nutritif s'inscrit sur l'infini,
stimulus intrusif d'un filin futuriste.
Structurant un circuit instinctif, empiriste,
il s'incurve en hélice, en sûr catimini.

Mais l'initial afflux, ce gris brouillamini
issu du primitif, n'a pourtant rien de triste.
C'est l'Univers astral où le grand Scénariste
aura bientôt créé la vie et chaque ovni.

Car l'agglomération de la matière noire
embarque les baryons dans l'ample trajectoire :
gageons que galaxie et soleils soient dépeints.

La forme ronde, apprends, s'est bien développée,
propageant pesanteur, agrégeant noeuds, grappins
d'apogée à géode : âge pop d'épopée !


20 Mars 2018

Confettis
[Les seuls mots autorisés ont un total de lettres
inférieur au double de leur nombre de points (sur
les i, j, ou trémas). Les mots élidés d'une seule
lettre sans point ne sont tolérés qu'avant un mot
comptant plus de points que le minimum. Les « j »
commençant des phrases ne sont volontairement pas
en majuscules afin de ne pas perdre leurs points.
La forme est celle d'un court renga, c.-à-d. avec
une alternance de hokku de 5/7/5 & d'ageku de 7/7
syllabes, en respectant les diérèses et synérèses
standard du français contemporain (par exemple le
paresseux aï en 2 syllabes, mais le singe saïmiri
et le noble japonais daïmio en 3). J'ai évité les
hiatus et les e caducs entre consonne et voyelle.
Ces confettis figurent l'état final des ennemis.]

          Rififi

    Naïf, j'injuriai
l'inouï caïd haï :
    Rikiki jojo !

Aï joli ! Saïmiri !
Bikini simili skaï !...

    je rigidifiai
l'aiguë inimitié-ci.
    Si, j'ai ri : Hi ! hi !

Fi ! mini-joie exiguë :
il initiait aïkido.

    Saï jailli d'ici
iridié, je vivifiai
    jiu-jits... Aïe ! Aïe ! Aïe !

j'imitai daïmio thaï :
infini pili-pili...


P.S. du lendemain : Comme cette contrainte des « confettis » est monstrueusement dure,
on peut l'adoucir en comptant aussi les accents, en plus des points, c'est-à-dire toutes
les « décorations » non reliées aux lettres. On trouve alors environ sept fois plus de mots
autorisés : le double du nombre de leurs décorations est supérieur ou égal à leur nombre
de lettres. Voici juste un pangramme illustrant cette variante :


Ô inhibé yéti civilisé, j'ai gazéifié daïquiri, mixé kiwi à épi. [pangramme hétéroconsonantique de 50 lettres]


28 Mars 2018

MYIR (Émigré qui erre)
[quintil d'octosyllabes bourré d'hiatus, illustrant une autre variante de
contrainte paradoxale : composer un pangramme hétéroconsonantique
aussi long que possible, ici totalisant 101 lettres]

Aïe, ouatée zaouïa aimée
Où j'ai eu à ouïr l'oiseau,
Adieu, ô feue oie, ô bouée
Vouée au yankee à quai, waouh —
Oui, peau âgée, aïeux : ciao !


2 Avril 2018

Contrainte des singletons
[chaque mot contient un et un seul E — contrainte douce, pour une fois !]

El Desdichado
(Privé de legs)

Je me sens douloureux, veuf, sombre, inconsolé,
Prince en une bastille aquitaine abolie :
Cet univers se meurt, — le cistre maculé
Vêt le soleil de suie et de morne Folie.

En ce tombeau nocturne, étant mieux consolé,
Donnez le Pausilippe et mers en Italie,
Les fleurs que je chéris de ce coeur accablé,
Les ceps lorsque le pampre une rose rallie.

Serais-je Éros, Phébus ?... Magellan, Cicéron ?
Ce crâne est rouge encor de baisers de marraine ;
Je rêvais en cet antre : une ondine se traîne...

Je peux, double vainqueur, passer cet Achéron,
Alternant les phrasés en une lyre orphique
De respiration sainte et tumulte magique.

                                        (imité de Gérard de Nerval)

[N.B.: Quelques jours plus tard, Patrice Besnard m'a rappelé qu'il avait déjà
exploré une variante plus dure de cette contrainte le 16/06/07, en imposant
que l'unique E de chaque mot en soit chaque fois la dernière lettre. Et il avait
lui aussi écrit un Desdichado comme illustration.
Voir également le magnifique sonnet composé par Noël Bernard le 08/04/18,
dans lequel chaque mot contient un et un seul U.]


P.S. du 4/4/18 : Tour à tour amoureux d'une sainte et d'une fée de Mijoux
dans le Jura, Gérard Labrunie se le jura en effet : il leur dédierait un
sonnet dont chaque mot citerait au moins une lettre de « mijolandes ».


P.S.2 du 6/4/18, en hommage anagrammatique à Jacques Higelin :
Jingle qui sécha,
je gauchis le qin


P.S.3 du 7/4/18 : pangramme de 45 lettres dont chaque mot contient un et un seul Y

Jury olympique dévoyé : « Cobaye fayot, oxygénez-y whisky ! »


8 Avril 2018

Doublures contrapuntiques
[chaque mot contient exactement deux U]

Puisque plusieurs couleurs bifurquent dupliquées,
Quelques studieux ouvreurs communiquent toujours
Pourquoi substituer audacieux troubadours,
Époustouflants auteurs, structures éduquées.

Beaucoup accumulaient entourloupes truquées,
Équivoques bouquins, aventureux humours —
Quoiqu'aucun promulguait mutilateurs vautours,
Inquisiteurs moqueurs, fulgurances brusquées.

Quiconque poursuivrait malheureuses lourdeurs
Offusquerait autrui : fumeux baragouineurs
Auxquels subséquemment baudruche surajoute...

Inaugurons surtout miraculeux futur,
Fuguons jusque underground — sublunaire autoroute,
Divulguons goulûment joueur exequatur !

                                                    Guillaume Queneau

[Voir aussi le sonnet Révolution de Noël Bernard,
dans lequel chaque mot contient exactement deux O]


P.S. du 19/4/18 : Noël Bernard & Nicolas Graner ont composé des haïkus dans lesquels chaque mot
contient trois O, puis quatre O. Je leur ai emboîté le pas avec un tanka comptant cinq I par mot,
puis un haïku comptant six E par mot. Leur sens est une autocritique de telles tentatives à la limite.

  Initialisions
artificialisation,
  idiotifierions

intelligibilité :
inadmissibilité !

            *

  Dégénérescence
irrévérencieusement
  événementielle !


13 Avril 2018

Ballades vocaliques
[Sonnet constitué de deux ballades vocaliques successives, chacune de schéma
aeaeeiioio aeaeeiioio aeaeeiioio iioio. Notez que seul ce schéma est copié sur
la forme ballade, mais ni le refrain de son 10e vers ni le « Prince » en début
d'envoi n'en sont ici repris.]

Par cet arpège
Pris d'implosion,
L'art désagrège
Ici l'option.

L'âme s'allège,
Gris brimborion,
Si l'injonction
Sage l'abrège.

Vingt-six loriots,
Chasses gardées
D'idiots griots,

Chantent scandées
Fictions : lisons,
Divins oisons !


15 Avril 2018

Texte d'entre fées
[Chaque mot contient exactement deux E — à part les mots élidés d'une seule consonne.
J'ai également décidé d'interdire les autres voyelles que le E (monovocalisme).
Ces deux contraintes ensemble éliminent 99,6 % du vocabulaire français. Elles
rendent aussi les alexandrins plus difficiles lorsque leurs rimes sont féminines.]

« Tendre Père, cherchez cette gerbe ! émet Belle.
— J'entends prendre l'express entre trente vergers,
Errer entre genêts, chênes d'encre, rejets,
Être certes zélé, bêcher verte herbe frêle. »

Père prête serment, ferre esches, herse, pelle.
Enfer ! Bête défend d'entrer, frères bergers !
Elle hèle : « Cessez péchés même légers,
Serpent d'Éden pervers, zèbre enflé pêle-mêle !

Peste ! devrez céder femme (rêve secret). »
Père tremble, dément, prétend réel regret.
Bête jette : « Mentez, benêt ? Preste, elle crève ! »

... Svelte Belle s'éprend ; Bête l'effet ressent,
Perles, gemmes remet, tente : « Restez, chère Ève ! »
Gente Belle s'étend devers l'elfe présent.

(Thème : Serge Prévert ; versets d'Ernest Beckett)


17 – 24 Avril 2018

Sonnets vocaliques (le retour)
Mon sonnet de ballades vocaliques ci-dessus a relancé l'intérêt
de la liste oulipo pour les sonnets vocaliques proposés en 2009.

Robert Rapilly leur a tout d'abord ajouté une surcontrainte :
obtenir les 17 syllabes d'un haïku avec leurs 14 voyelles.
Il a baptisé cette forme haïkunnet vocalique. Voici un
exemple de ma plume, selon le schéma
ouou ouou aai eei.

Tohu-bohu, sport ?
Un obscur Gaspard Winckler
Décrit W.


Le 18/4/18, j'ai composé un sonnet vocalique (de schéma de base aeea aeea iio uou)
qui se trouve être aussi un vrai sonnet de monosyllabes à rimes masculines :

Silence
Chant ! perds vers blancs,
champs pers, verts plants,
cris, gris fonds :
tu fonds, tu.


Le 20/4/18, je suis revenu aux sonnets vocaliques en prose, toujours selon le
schéma de base
aeea aeea iio uou. Il s'agit d'une sorte d'écriture automatique.

L'agrégé parachève sa vision du cours.
La vendetta l'a mené à l'idiot du bourg.
La mère-grand accepte l'admission du loup.
La peseta n'achète pas vingt-cinq loukoums.
La belle Carla centre sa libido sur l'or dur.
L'armée hasarde ce tas d'histrions sur l'obus.
Arrêtez la fable d'enfants in vitro plutôt nuls.
              Farèse parafe certains discours fous_


Enfin, le 21/4/18, j'ai proposé aux oulipotes d'illustrer collectivement les
120 schémas banvilliens possibles, c'est-à-dire de forme
abba abba ccd ede,
chacune de ces lettres représentant une voyelle différente. Nos résultats sont
compilés sur
une page séparée.

Le 22/4/18, j'ai construit ces nouveaux exemples, plusieurs employant des
mots volontairement longs :

aeea aeea iiu ouo :  L'agent empanache l'état civil du bouffon.
aooa aooa uui eie :  Pardonnons à l'apostolat du cruciverbiste
auua auua ooi eie :  Aux durs travaux sur l'art dostoïevskien
eaae eaae uuo ioi :  Le caractère hasardeux du conflit grossit.
eiie eiie uuo aoa :  L'héritier légitime d'un duc collabora.
euue euue ooi aia :  Le hululement du suspect compromit la diva.
iaai iaai uuo eoe :  Incarnait-il l'assassin du drugstore bondé ?
ieei ieei ooa uau :  Ils exemplifièrent d'isogonaux calculs.
iuui iuui aao eoe :  Dis-tu qu'ici fut Luis avant Jorge Borges ?
oaao oaao uui eie :  On garda l'opopanax pour sublimer l'hiver.
oeeo oeeo uua iai :  Son entrecolonnement moulurait l'amphi.
uaau uaau ooi eie :  Tu n'as aucun garant du prosoviétisme.
ueeu ueeu ooi aia :  Tu rééduques l'eurocommissariat.
uoou uoou eei aia :  Supportons un ludologue revitalisant.

Sonnets vocaliques des trois jours suivants :

aeea aeea ooi uiu :  L'argent égara ce vénal cochon d'impur night-club.
aiia aiia eeo uou :  À l'intifada il signale le vol du souk.
aiia aiia eeo uou :  Vladimir, maladif, trimballe le nounours.
aooa aooa eei uiu :  Macron condamna l'orthographe de « jiu-jitsu ».
auua auua eei oio :  L'abrupt hussard ausculta les demi-portions.
euue euue aai oio :  Éduquez les futurs renards : apprivoisons !
ieei ieei aao uou :  Il dépeignit Enneri Karakourou.
ieei ieei aao uou :  Il se prescrivit des petits rahat-loukoums.
ieei ieei uuo aoa :  Il entendit in extremis un duo atonal.
iooi iooi aae ueu :  Gisons moisis, ô morts-vivants malheureux !
iooi iooi eea uau :  Rigolos milli-ondoiements austraux !
iooi iooi eeu aua :  Ils ont choisi Kolonie Neu Krauscha.
iooi iooi uue aea :  L'impôt-loisir corrompit un mûr self-made-man.
iuui iuui aae oeo :  Il fut surpris ; il dut fuir avant le concerto.
iuui iuui ooe aea :  Dix gurus minimum subiront son sex-appeal.
oaao oaao eei uiu :  Bon, acclamons son karaoké en inuktitut.
oeeo oeeo aai uiu :  Poètes, offrons / SVP cet étonnant / haïku si brut.
oeeo oeeo uui aia :  Ô frères, prônons ce séjour multiracial.
oiio oiio eeu aua :  Sollicitons l'omission des menus canulars.
oiio oiio uue aea :  Vois l'îlot voisin où tu t'évaderas !
ouuo ouuo aae iei :  Nous supposons qu'Hugo alla se divertir.
ouuo ouuo iie aea :  L'obtus butor voulut glorifier l'allemand.
uaau uaau eei oio :  Un badaud musardant furète incognito.
uaau uaau iio eoe :  Quand as-tu vu San Maurizio del Monte ?
uiiu uiiu aae oeo :  Lupin vit un furtif intrus cachant le coffre-fort.
uoou uoou aae iei :  Lurons bourrus, osons un franc-parler inédit.
uoou uoou eea iai :  Un long, touffu propos que je transcrivais.

auua auua eeo ioi :  Auscultant l'ADN du quark, recherchons Minkowski !
auua auua eeo ioi :  Au plus, ça vaut l'usage de Coriolis.
auua auua iie oeo :  Paul Dukas augurait-il de John Lennon ?
auua auua iie oeo :  L'afflux d'un grand fan-club qualifie d'Ormesson.
auua auua iio eoe :  Accumulant hauts bluffs, jaillit John McEnroe.
auua auua iio eoe :  Dans un club à jazz pullulant s'inscrit Cole Porter.
auua auua ooe iei :  Arcturus apparut sur l'astroport d'Einstein.
eaae eaae iiu ouo :  Edgard Varèse alarme l'Institut ou non ?
ieei ieei aao uou :  Michel Leiris resplendira là toujours.
iuui iuui eeo aoa :  Si cucul institut qui vend des bossas-novas !
oeeo oeeo aau iui :  Conserve-t-on forcément ton Fanta tutti frutti ?
oeeo oeeo iiu aua :  Onze Bretons ont trente-trois chihuahuas.
oiio oiio uua eae :  Choisi profond, il discourut d'Alfred Kastler.
uaau uaau eeo ioi :  Un rancard fulgurant m'a flanqué ce torticolis.
uaau uaau iie oeo :  Quant à l'humus là-haut, ils s'interrogeront.
ueeu ueeu iia oao :  Une sépulture détruisit Avogadro.
ueeu ueeu ooa iai :  Un nerveux guetteur photographiait.
uiiu uiiu eea oao :  Puccini sut fuir l'influence d'Anglo-Saxons.

aeea aeea oou iui :  Dans le Débarcadère d'Akondjo, tu t'instruis.
aiia aiia eeo uou :  Graniinha Actividade ne connut d'ours.
aiia aiia ooe ueu :  Mais Finca Braciliano Roble survécut.
eaae eaae uui oio :  Débarrassez Reka Vammelsuun-Ioki tôt !
iaai iaai oou eue :  Rit la Kalívia Kariótou grecque.
iooi iooi uua eae :  Informons si Mivwongoni Sub-Surface Dam sert.
oaao oaao eeu iui :  Dors à São Coração de Jesus, si tu vis.
uaau uaau eeo ioi :  Sur Akahufu Akpanundele on vit l'ovni.


26 Avril 2018

Sextine vocalique mesurée
[sextine vocalique de schéma aeiouy / yaueoi / iyoaeu / uieyao / ouaiye / eoyuia,
cette fois en pentasyllabes (blancs), contrairement à l'exemple en prose que
j'avais trop vite impovisé en mars 2009]

Brave inconnu Styx,
Syracuse point,
fit l'hypokhâgneux
qui le rythma donc ;
ô lucratif mythe
de l'or m'y guidant !


1er Mai 2018

Normalisation amicale
[Réécriture d'un sonnet de Joséphin Soulary en respectant deux contraintes. La première est douce
et vient d'être proposée & magnifiquement illustrée par Nicolas Graner sur la liste oulipo : employer
exactement 220 voyelles et 284 consonnes dans un poème parlant d'amitié — ces deux nombres étant
appelés amicaux en mathématiques parce qu'ils sont chacun la somme des diviseurs stricts de l'autre.

La seconde contrainte est assez dure, en revanche, et elle remonte à 2003 pour mon premier exemple
sur les Conquérants de Heredia : respecter strictement les fréquences moyennes des lettres en français,
telles que les calcule ce site de statistiques. Mais comme ces fréquences précises donneraient 220 voyelles
pour 278 consonnes (ou 227 pour 284) au lieu de 220 pour 284, j'ai choisi de respecter
indépendamment
les proportions de voyelles entre elles, et de consonnes entre elles. On trouve alors qu'il faut exactement
42 A, 86 E, 36 I, 26 O, 29 U et 1 Y (pour obtenir 220 voyelles en tout), et 5 B, 16 C, 21 D, 6 F, 6 G, 5 H,
2 J, 0 K, 31 L, 15 M, 36 N, 15 P, 5 Q, 34 R, 41 S, 36 T, 7 V, 0 W, 2 X et 1 Z (pour obtenir 284 consonnes).

Le 30/04/18, j'ai d'abord expérimenté l'idée sur le même sonnet de Heredia. Par rapport aux 500 lettres
pile de ma version de 2003, cette nouvelle double contrainte revient à supprimer un
i et ajouter CLRST.
Il m'a suffi de modifier le premier tercet (et ajouter un s dans le second) pour y parvenir :

Comme un vol de gerfauts tirés du toit natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal.

Ils allaient conquérir cet objectif métal
Que le Japon mûrit en ses mines lointaines,
Et les vents appâtés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde Occidental.

Au soir, pacte espéré des lendemains épiques,
L'azur, bal de la mer, passeport des Tropiques,
Échauffait leur sommeil d'un mirage doré ;

Peu penchés à l'avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l'Océan ces étoiles nouvelles.

Vous pouvez vérifier le décompte précis des lettres et les 220 voyelles & 284 consonnes.
Mais comme ce poème ne parle pas d'amitié, j'ai ensuite effectué le même exercice de
traduction sur le sonnet Un ami de Soulary.]

Un ami ordinaire

Je n'ai d'ami qu'un chien. Assumez pour quels torts
De ma pugnace main il reçut l'étrivière.
Ce bon chien me sauva, la nuit, dans la rivière ;
Il n'en fut pas plus vain, — suffoquons de remords.

Depuis, une seule âme a scellé nos deux corps.
Quand on m'emportera dans la triste civière,
Ce sage ami suivra dolent au cimetière,
Ballottant tête basse, un cortège des morts.

Les pelles dalleront la fosse. Pauvre bête,
Las d'y flairer le sol, las des pieds à la tête,
Seul au monde, agacé de tel n'entendre rien,

Tu glapiras trois fois ; — je répondrai peut-être.
Si rien ne te répond, hélas ! c'est que ton maître
Est bien mort ! couche-toi, expire, indulgent chien !

[Vous pouvez de nouveau vérifier le décompte des lettres et les 220 voyelles
& 284 consonnes
. Par construction, les deux sonnets ci-dessus sont des
anagrammes l'un de l'autre — ce dernier lien pouvant aussi servir de
patron si vous désirez expérimenter cette combinaison de contraintes.]


2 Mai 2018

El Normalizado

Je gémis ténébreux, veuf : dam d'inconsolé,
Dupez prince aquitain d'effigie abolie !
Cet unique astre est mort — tel mon luth constellé
Porte maints soleils noirs dans la Mélancolie.

Dans les nuits du caveau, toi qui m'as consolé,
Remets ton Pausilippe et ces mers d'Italie,
Cette fleur qui charmait tant mon coeur désolé,
Et ma vigne où ce pampre à ma rose s'allie.

Perdre Éros plus Phébus ?... Lusignan plus Biron ?
Ma tête est rouge et ride au baiser de la reine
Rêvé dans la caverne où nage la sirène...

J'ai dix-sept fois vainqueur traversé l'Achéron :
Alternant détendu sur la lyre d'Orphée
Des plaintes d'une sainte et des cris d'une fée.

[Même contrainte que celle que j'avais appliquée aux Conquérants de Heredia
il y a 15 ans, à savoir réécrire un sonnet en 500 lettres respectant leurs fréquences
moyennes en français (telles que les calcule ce site de statistiques), c.-à-d. avec
exactement 42 A, 5 B, 15 C, 21 D, 86 E, 6 F, 6 G, 5 H, 37 I, 2 J, 0 K, 30 L, 15 M,
36 N, 26 O, 15 P, 5 Q, 33 R, 40 S, 35 T, 29 U, 7 V, 0 W, 2 X, 1 Y et 1 Z.
El Desdichado a été plus difficile à « normaliser » que les Conquérants, car ses
nombres de lettres diffèrent beaucoup des moyennes du français (notamment trop
peu de D, et trop de L & O à cause des rimes). Par construction, ce sonnet et
ma normalisation de Heredia de 2003 sont des anagrammes l'un de l'autre.]


3 Mai 2018

El Cuadrado greco-latino

Cafards rendront prince obscur qui
Veuf finit — sombra plutôt l'astre.
Livrons onde, humus, grains grenat,
Loin quand Charon rêve d'ichthus,
D'une faux, d'esprits criant cool.

[Cinq octosyllabes blancs dont les voyelles de chaque mot forment le carré bilatin orthogonal

Aa Eo Ie Ou Ui
Eu Ii Oa Uo Ae
Io Oe Uu Ai Ea
Oi Ua Ao Ee Iu
Ue Au Ei Ia Oo


C'est donc la même contrainte qu'il y a... 21 ans, mais selon un autre mètre
et un autre carré — en fait équivalent par des transformations élémentaires.]


6 Mai 2018

Bouleversement épanoui
[Tous les mots contiennent « ou ». C'est donc un cas particulier de la contrainte du collier
d'Alain Chevrier, dans laquelle tout mot doit contenir au moins un « o », et qui autorise
environ la moitié du vocabulaire français. Cette variante en « ou » n'en offre plus que 8 %,
mais elle reste pourtant relativement douce.]

Pourquoi sous Pompidou soutenions-nous debout
Tout rouge renouveau troublant toute routine,
Enthousiasme inouï, groupes, foule rouquine,
Boulogne-Billancourt où tout ouvrier bout ?

Où courions-nous soudain, louant doux marabout,
Trouvant Goupil, Gainsbourg, Foucault ou Bakounine
Époustouflants gourous : bouge, écoute, bouquine !
Bougre gouvernement pour bourgeois embourbe août.

Nous voulions oublier douloureux boulots louches,
Manitous rigoureux, pouvoirs bourrus, farouches,
Poulets toujours ripoux, outrecuidants discours.

Nous voulions mourir fous, encourageant partouzes,
Amour jouissif, souvent pour boucaner pelouses,
Ouïr humour surtout, oulipiens calembours.


P.S.: humble hommage à l'oulipien qui vient de nous quitter

Cet ingénieur et musagète
impressionna tout exégète :
        Paul Braffort
        bluffa art pro.


S'inspirant de Fibonacci,
Il chanta des jeux sans chichi :
        Paul Braffort
        abat ff l'or pur.


Il intimida même Dieu
quand hélas il quitta ce lieu :
        Paul Braffort
        bluffa trop Râ.


P.P.S.: deux pangrammes de plus

Ce toxique Gap vend jerez flambé, whisky. [33 lettres, alexandrin]
Quel sang froid exhiba Wojtyczek, vamp ! [32 lettres, décasyllabe césuré 6/4]


8 Mai 2018

Autres formes fixes vocaliques
Pour inclure le Y dans les poèmes vocaliques, le plus élégant semble de choisir
une forme fixe employant six rimes différentes, de telle sorte que le résultat soit
panvocalique. En plus de la sextine illustrée en 2009 et ci-dessus, il existe certains
pantoums. En voici un vocalique de schéma
uaua aiai ioio oyoy yeye eueu :

Rêve de Borges :
Un jaguar franchira vingt-cinq corridors d'onyx polystyles hyper-séducteurs.

La terza rima dantesque permet aussi de placer naturellement le Y,
par exemple avec le schéma
aea eie ioi ouo uyu y :

Jeux floraux recalant « Mon âme a son secret » :
Arvers a médit des impolis ou snobs jurys du lys.


Le superbe carré latin 5×5 quadruplement orthogonal de la version anglaise de Wikipedia m'a donné envie de l'adapter en français, voire de l'améliorer. Le pangramme de cinq mots (quatre substantifs et un adjectif) utilisé emploie en effet plusieurs fois certaines lettres (3 I, 2 J et 2 O), ce qui abîme la propriété du carré latin de ne rien répéter dans aucune ligne ni aucune colonne. Il vaut donc mieux utiliser un hétéropangramme, et j'ai donc d'abord proposé d'utiliser l'un de mes résultats géographiques de 2008 :
Jax, Pfrentsch, Qwilk, Vogdz, Yumb [26 lettres]

Toutefois, cet hétéropangramme emploie des noms propres donc nécessite des majuscules, et il ne permet pas d'illustrer l'ensemble du bas de casse dans les cinq polices de ce carré latin de Wikipedia. J'ai donc cherché des pangrammes de cinq substantifs aussi courts que possible. Sans trait d'union, je n'ai pas trouvé de solution en français comptant moins de 32 lettres :
vidéoclip, fixing, quartz, whisky, jambe [32 lettres, décasyllabe]

Un trait d'union m'a permis d'égaler la concision de l'exemple anglais de Wikipedia :
box-calf, jumping, quartz, whisky, vide [30 lettres, octosyllabe]

En acceptant non-seulement un trait d'union mais même un adjectif précisant l'un des noms, je suis descendu à :
gwerz folk, sphynx, jab, mi-coq, duvet [28 lettres, octosyllabe]

Certains de mes plus courts pangrammes de début 2016 peuvent aussi être transformés en listes de cinq substantifs employant un adjectif et un trait d'union, mais moins naturels :
gwerz, bock, qat, sphynx vu, mi-fjeld [27 lettres]
sphynx, vit, coq, jam-dub, gwerz folk [27 lettres]

Mais comme au moins une lettre est répétée, ça reste imparfait pour un carré latin. Contentons-nous donc de l'hétéropangramme géographique ci-dessus, en l'écrivant par exemple en minuscules :

jax pfrentsch qwilk vogdz yumb
pfrentsch qwilk vogdz yumb jax
qwilk vogdz yumb jax pfrentsch
vogdz yumb jax pfrentsch qwilk
yumb jax pfrentsch qwilk vogdz

Comme expliqué sur Wikipedia, chacune des quatre caractéristiques (mot, couleur des lettres, couleur du fond, police de caractères) apparaît une et une seule fois dans chaque ligne et dans chaque colonne. [Le fait d'avoir choisi un hétéropangramme implique aussi que chacune des 26 lettres de l'alphabet latin apparaît une et une seule fois dans chaque ligne et chaque colonne.] Par ailleurs, chaque paire de caractéristiques apparaît une et une seule fois dans l'ensemble du carré. Cela signifie qu'étant données deux caractéristiques, disons la ville de Jax sur fond gris, ou bien des lettres blanches sur fond vert, il existe une seule case les ayant simultanément. Deux cases différentes ont aussi toujours une seule caractéristique commune parmi les six (ligne, colonne, mot, couleur des lettres, couleur du fond, police de caractères).

*
* *

P.S.: Le 10/05/18, Frédéric Schmitter a trouvé cet excellent hétérogramme de 24 lettres comptant cinq substantifs :

bock, fjeld, gym, quartz, sphinx [24 lettres, Frédéric Schmitter]

Aucune lettre n'est donc répétée, mais il manque cette fois les V et W — ce qui n'est pas bien grave puisque ce sont des formes dérivées du U, comme le souligne l'auteur.


10 – 17 Mai 2018

Self-referent sentence
[Monovocalisme en E comptant toutes ses lettres, dans l'état d'esprit de nos recherches de
pangrammes autodescriptifs d'il y a 20 ans. Je me suis de nouveau servi du programme C
de Nicolas Graner implémentant un algorithme de Jacques Pitrat — avec la précieuse
aide de Nicolas pour l'adapter à ce nouveau cas. Il m'a fallu inventer des descriptions
monovocaliques de tous les entiers de 1 à environ 360. Comme il existe une infinité de
telles descriptions pour chaque nombre, j'ai intuitivement choisi celles qui me semblaient
les plus lisibles.]

Ce texte renferme trente-sept et trente et trente enlevés de cent B, trente enlevé de sept ensembles de sept C, sept et sept et sept D, cent trente et cent et cent E, sept et sept et sept et sept enlevés de trente F, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept G, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept H, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept J, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept K, sept et sept et sept L, cent enlevé de trente-sept et trente-sept et trente M, trente enlevé de cent sept et sept et sept N, trente-sept et sept enlevés de cent P, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept Q, sept et sept et sept et sept et sept enlevés de trente et trente et trente R, cent sept enlevé de trente et trente et trente et trente et trente et trente S, sept et sept enlevés de cent trente et cent trente T, trente enlevé de sept ensembles de sept V, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept W, sept et sept et sept et sept enlevés de trente X, trente et trente et trente et trente enlevés de cent sept et sept et sept Z.

Les périphrases choisies ci-dessus ne sont toutefois pas les plus courtes possibles. Les jours
suivants, Nicolas Graner a programmé une recherche optimisée de tels entiers monovocaliques.
Il m'a aussi suggéré de placer le nom des lettres avant « enlevés de ». Voici donc une autre
phrase similaire utilisant ses périphrases plus concises. Curieusement, le résultat est en fait
un peu plus long, totalisant 960 lettres au lieu de 949 ci-dessus.

Ce texte se sert de trente et trente et trente B enlevés de cent, trente et trente et trente C enlevés de cent sept et sept et sept, trente D, cent trente-sept et cent trente et trente et trente E, trente-sept ensembles de sept F enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept G enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept H enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept J enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept K enlevés de cent trente et cent trente, cent trente et cent L enlevés de trente-sept ensembles de sept, trente et trente et trente M enlevés de cent, sept et sept et sept N enlevés de cent trente, trente et trente P enlevés de cent, trente-sept ensembles de sept Q enlevés de cent trente et cent trente, sept R enlevés de trente et trente, sept et sept et sept S enlevés de cent, trente T enlevés de cent sept et cent sept et sept et sept et sept et sept, cent V enlevés de trente et trente et trente et trente, trente-sept ensembles de sept W enlevés de cent trente et cent trente, sept et sept et sept et sept X enlevés de trente, et trente-sept ensembles de sept Z enlevés de cent trente et cent trente.

Comme en 1998, on peut aussi supprimer toute phrase introductive ainsi que l'ultime
conjonction « et » (avant la description monovocalique du dernier nombre), afin
d'obtenir une autodescription plus « pure » — mais aussi plus sèche. De nouveau,
le résultat est paradoxalement encore plus long, totalisant maintenant 988 lettres.

Cent trente-sept et cent sept B enlevés de trente-sept ensembles de sept, trente C, sept et sept et sept et sept D enlevés de trente et trente, cent trente et cent et cent E, trente-sept ensembles de sept F enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept G enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept H enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept J enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept K enlevés de cent trente et cent trente, sept et sept et sept et sept L enlevés de trente et trente, cent trente-sept et cent sept M enlevés de trente-sept ensembles de sept, sept et sept et sept N enlevés de cent trente, sept ensembles de sept P, trente-sept ensembles de sept Q enlevés de cent trente et cent trente, sept ensembles de sept R, trente et trente et trente et trente S enlevés de cent sept et cent sept, sept et sept T enlevés de cent trente et trente et trente et trente, sept ensembles de sept V enlevés de trente-sept et trente, trente-sept ensembles de sept W enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept X enlevés de cent trente et cent trente, trente-sept ensembles de sept Z enlevés de cent trente et cent trente.


P.S. du 13/05/18 : autodescription bivocalique en I & O
[Les monovocalismes en E constituent environ 1,39 % du vocabulaire français,
alors que les bivocalismes en I & O en autorisent 1,24 %. Ils ont pourtant posé
moins de problèmes que ci-dessus, grâce aux mots « moins » et « fois ».]

On voit ici six moins cinq B, vingt moins trois C, six D, six F, six G, six moins cinq H, trois fois vingt-cinq I, six moins cinq J, six moins cinq K, six moins cinq L, vingt-cinq moins six M, cinq fois dix moins dix N, six fois six moins cinq O, six moins cinq P, vingt-six moins dix Q, six R, cinq fois dix moins trois S, vingt moins cinq moins trois T, dix moins trois V, six moins cinq W, cinq fois six moins six X, six moins cinq Z.

Il reste de nouveau possible d'éviter toute phrase introductive :

Six moins cinq B, vingt moins six C, six D, dix moins trois F, dix moins trois G, six moins cinq H, cinq fois vingt moins vingt-six I, six moins cinq J, six moins cinq K, six moins cinq L, vingt-cinq moins six M, cinq fois dix moins six moins six N, six fois six moins trois O, six moins cinq P, vingt moins six Q, trois fois trois R, cinq fois dix S, trois fois cinq T, dix moins trois V, six moins cinq W, vingt-trois X, six moins cinq Z.


P.P.S. du 14/05/18 : autodescription monovocalique en I

J'inscris I b, II c, I d, I f, I g, I h, XXXI i, II j, I k, I l, I m, II n, I p, I q, II r, III s, I t, II v, I w, IV x, I z.

Les chiffres romains rendent beaucoup plus facile la construction de tels énoncés autoréférents, et
l'on peut même les obtenir à la main, sans programme, en recherchant un point fixe à la Hofstadter.
Cela avait déjà été souligné par Nicolas Graner le 11/07/97 sur la liste oulipo, et j'avais pour ma
part découvert seize ans plus tard cette inscription dans une fouille.
On pourrait vouloir supprimer ci-dessus les J & W, puisque les latins ne les avaient pas :

L'inscrit listing mit ici I b, III c, I d, I f, II g, I h, XXXIX i, I k, III l, II m, III n, I p, I q, II r, III s, IV t, III v, V x, I z.

Mais la présence du V = U devient alors incohérente dans un monovocalisme en i.
Supprimons-le donc lui aussi :

I b, I c, I d, I f, I g, I h, XXIII i, I k, I l, I m, I n, I p, I q, I r, I s, I t, III x, I z.

Rappelons le magnifique minimalisme construit par Éric Angelini en juillet 1998 :

Cinq c, cinq i, cinq n, cinq q. [Éric Angelini]

On peut l'imiter en chiffres romains :

I C, I D, IX I, I L, I M, I V, II X. [Jean Fontaine]

Ce panchiffre romain autodescriptif (que je viens de retrouver) avait en fait déjà
été obtenu par Jean Fontaine le 09/01/00 sur la liste oulipo. Nicolas Graner
vient aussi de trouver cette autodescription encore plus minimaliste :

IV I, II V. [Nicolas Graner]

Proposition de monovocalisme en O, introduisant son propre système de numération,
mais comptant in fine bel & bien les 21 lettres autorisées :

Comptons nos blocs dont sort mon propos (grosso modo comptons nos mots). Notons l'oblong googol G, dont on rompt G tronçons. Nommons nos tronçons M — dont G lots font donc mon googol G. Lors composons nos blocs. Sommons M, M ; bon, proposons son nom : B. Sommons B, M : formons T. Sommons T, M : osons Q. Q, M pondront V. V, M font S. S, M font H. H, M font Ô. (On confond trop l'O, non ?) Ô, M font N. N, M font X. Donc V, V font X, hop ! Codons fort : sommons X, X, lors donnons son nom, BX. Profond, non ? Bossons pronto : BX, X font TX ; TX, X font QX ; QX, X font VX. Oh, VX ? Non, trop long, trop con — QX, X font L ! Contrôlons : L, L ? On sort BL ? Non, prononçons C ! Or, stoppons nos flonflons. Comptons nos stocks : Ô hors TX b, M hors BX c, Ô hors BX d, B hors BX f, Ô hors BX g, BX h, M j, B k, BX l, M hors QX m, Q hors NX n, S hors L hors BC o, BX p, N hors BX q, S hors QX r, HX s, QX t, H v, M w, H hors QX x, M z.


P.3S. du 15/05/18 : autodescription monovocalique en U

Tu sus qu'« X » fut lu « un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un » ; tu fus sûr du cumul : un b, un plus un c, un plus un d, un plus un plus un f, un g, un h, un j, un k, X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus un l, un plus un m, X plus X plus X plus X plus X plus X plus un plus un plus un n, X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un p, un plus un q, un plus un r, X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus un plus un plus un s, un plus un plus un plus un t, X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus X plus un plus un u, un v, un w, X plus X plus X plus X plus X plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un plus un x, plus un z.


P.4S. du 16/05/18 : autodescription monovocalique en I
sans présupposer la connaissance des chiffres romains

Il vit « six » inscrit ; il prit cinq d'ici : il dit « ci-gît l'I » ; il tint d'instinct l'infini listing : cinq tri-b, dix c, I bi-bi-bi-d, I bi-f, I bi-bi-g, I h, vingt-cinq tri-i, I j, I k, I bi-bi-bi-l, I m, dix pris d'I bi-bi-bi-tri-n, I bi-bi-p, six q, cinq tri-r, I tri-tri-s, cinq pris d'I tri-tri-tri-t, I tri-v, I w, six x, I z.


P.5S. du 17/05/18 : Jean Fontaine a construit ces deux autodescriptions monovocaliques en A
en utilisant la gématrie des lettres (A = 1, B = 2, C = 3, ...) comme des chiffres en base 26

R A, C B, B C, A D, A F, A G, A H, A J, A K, A L, A M, A N, A P, A Q, B R, A S, A T, A V, A W, A X, A Z. [Jean Fontaine]
Paradant là : p a, h b, b c, b d, a f, a g, b h, a j, a k, b l, a m, b n, c p, a q, b r, a s, b t, a v, a w, a x, a z. [Jean Fontaine]

J'en ai alors proposé des variantes autodécrivant le code employé :

Attachant A à l'as, B paraphrasant l'amas d'A à A, C parlant d'amas d'A à B, l'abc s'avançant sans hasard..., ZA valant l'amas d'A à Z, ZB narrant l'amas d'X à D, ZC clamant l'amas d'S à J, ..., ZZA cachant l'amas d'A à ZZ, ..., l'abracadabrant savant scanda sa math d'apparat : ZZX a, C à part d'L b, D à part d'S c, R d, B f, A g, F h, B j, C k, N l, C à part d'L m, P n, K p, A q, P r, R s, R t, D v, A w, C x, K z.

Attachant A à l'as, B paraphrasant l'amas d'A à A, C parlant d'amas d'A à B, l'abc s'avançant sans hasard..., ZA valant l'amas d'A à Z, ZB narrant l'amas d'X à D, ZC clamant l'amas d'S à J, ..., ZZA cachant l'amas d'A à ZZ, ..., l'abracadabrant savant scanda là sa math d'apparat : ZZX a, J sans A b, M c, P sans A d, A f, B g, G h, C j, D k, M l, K m, R n, H p, A q, K r, W s, P sans A t, D v, B w, C x, K z.


18 – 19 Mai 2018

Sélénets acrostiches de mots
[Noël Bernard a récemment illustré de façon magnifique la contrainte de l'acrostiche de mots.
Elle n'est ni dure ni nouvelle — cf. par exemple la correspondance de Musset & Sand, comme le
rappelle Noël. J'ai ici choisi la forme de sélénets, en prenant le premier couplet du plus célèbre
comme acrostiche, et en y cachant quelques polysémies. Le troisième sélénet ci-dessous (strophes
5 & 6) a été composé par Rémi Schulz juste après le premier que j'ai écrit (strophes 1 & 2).
Son acrostiche de mots est cette fois phonétique. Je l'ai déplacé en troisième position pour
respecter l'ordre de la chanson enfantine originale.]

Au coeur d'un immense
Clair-obscur, parmi
De lents pas de danse,
Là s'y dorait mi-

Lune, un jour ou l'autre
Mon deux-mâts versa :
Ami pâle apôtre,
Pierrot s'éclipsa.

*

Prête-nom de l'ombre,
Moi-même j'attends
Ta poigne qui sombre,
Plume tant le temps.

Pour quels cieux devrais-je
Écrire ce chant ?
Un couplet s'abrège —
Mot effarouchant.

*

Mâchant ta besogne,
Délai trop tendu,
Mort de sale trogne,
Te voici rendu.

Genêts sur la lande,
Plu sur le terreau,
De pierre et de cendre,
Feu ledit Pierrot.
                (Rémi Schulz)

*

Ouvre, hoir littéraire !
Moi, je n'ai d'espoir.
Ta lyre stellaire
Porte un disque noir.

Pour l'amer glas, suis-je
Amour ou Phébus ?
De foi te dirige
Dieu dans les nimbus.


21 Mai 2018

Pantrine
[Robert Rapilly vient de proposer une nouvelle forme poétique qu'il a baptisée « pantrine ».
Elle combine la structure de rimes du pantoum (en ne reprenant que les derniers mots plutôt
que les vers complets) et la permutation de la quatrine sur des mètres (nombre de syllabes
des vers) différents. Voici un essai de ma plume, avec des longueurs de vers fibonacciennes
2-3-5-8 / 8-2-5-3 / 3-8-5-2 / 2-3-5-8. La quatrième strophe reprenant l'ordre initial est
nécessaire pour pour que les rimes cycliques du pantoum puissent respecter l'alternance.]

La guivre
Sur l'écueil
De son chant m'enivre
Pour m'entraîner dans un cercueil

J'évite pourtant cet écueil
Et bouche
L'accès du cercueil
Puis me mouche

De sa bouche
Sort la berceuse que j'entends
Choir comme une mouche
J'attends

Entends
Torse guivre
Certes tu m'attends
Mais l'hélice des jours m'enivre


27 Mai 2018

Pantrine acrostiche de mots
[Combinaison des deux précécentes contraintes : pantrine première (de 3-5-7-11 / 11-3-7-5 /
5-11-7-3 / 3-5-7-11 syllabes) acrostiche de mots, citant le premier verset biblique de 16 mots
que j'ai trouvé, à savoir Genèse I 4. J'ai essayé de cacher la claudication des hendécasyllabes
en les transformant en décasyllabes 6/4 à césures épiques — ce qui engendre finalement des
groupes de 3-4-5-6-7 syllabes.]

Dieu merci
Vit-on sans attendre
Que son rêve ait réussi :
La vérité se prise, même peu tendre.

Lumière ta fortune, qu'il faut attendre,
Était si
Bonne qu'on sut sa main tendre
Et rester ici.

Dieu, ta suite en si
Sépara la sensible voix qui s'excentre.
La règle impose qu'ici
Lumière entre...

D'où s'excentre
Avec un merci,
Les beaux jours, un jongleur entre
Ténèbres et baroque lai réussi.


28 – 29 Mai 2018

Autres sélénets acrostiches de mots
[à rimes riches]

Je recherche, imite,
Suis l'art qui mêlait
Le défraîchi mythe
Ténébreux mais laid,

Le luth et l'insigne
Veuf intolérant :
L'hirsute consigne
Inconsolé rend.

*

Le seul exutoire,
Prince charmant, chou,
D'un tel territoire —
Aquitaine, Anjou,

À quel mâne y vêle
La vache en lovant
Tour de manivelle
Abolie au vent ?

*

Ma littérature,
Seule intox, tant d'art
Étoile et rature :
Est-elle standard ?

Morte chut la brise
Et m'estourbit, vois :
Mon au-delà brise
Luth comme biwas.

*

Constellé poème,
Porte d'illusions,
Le fêlé Poe aime
Soleil et visions.

Noir trou circulaire
De tout spoliait :
La crépusculaire
Mélancolie est.

[Voir aussi les sélénets acrostiches composés par
Robert Rapilly selon une variante de cette contrainte]


P.S. présenté le 31/05/18 : texte en descente de Perec ; en ce
sélénet, les « L' » et les termes emmenés se recensent ensemble.

Je tente, je teste,
Cherche tellement,
En ménestrel preste,
Même véhément.

Temps de déshérence :
L'Éternel me vend —
Et très cher, je pense,
L'éphémère vent...


P.P.S. du 01/06/18 : sélénet acrostiche de mots accumulant autant d'homographes
que possible. En particulier, « content », « sort », « est » et « rempli » (synonyme peu
courant d'ourlet) changent de sens par rapport à la citation d'Andromaque de Racine.

Je vois l'heur verdâtre :
Meurs au top ! Les ans
Content leurs vers d'âtre
Et pas trop plaisants.

Mon ombre chenue
Sort de ce pseudo-
Est, ourlet de nue,
Rempli de rideau.

[Voir aussi mes autres textes utilisant des homographes]

P.3S. du 08/06/18 : Robert Rapilly a eu l'idée de cacher des noms propres dans des
sélénets, sous forme de calembours. Voici un exemple de ma plume, dans lequel
j'ai continué à respecter la contrainte de l'acrostiche de mots, explorée depuis mai
sur la liste oulipo. Le nom propre sous-entendu est bien sûr celui de l'auteur de
la phrase en acrostiche : Théodore Agrippa d'Aubigné. Les mots ont choisi seuls
ce qu'ils avaient envie de dire ; en ce qui me concerne, j'aime la mer et l'été !

Bronzage

La météo dore,
Peste ! et s'agrippa :
N'importe qui, d'ore,
Aura l'air sympa.

Plus de daube ignée,
De hâles, surtout
Vous, carne alignée :
Miséricorde, août !


11 Juin 2018

Sonnet acrostiche de mots
[citant de bas en haut deux messages d'Orphée de Cocteau]

Reculons sans rire
À l'antique ouvroir,
Vite car n'inspire
Plus ce réservoir.

Va-t-on nous prescrire
Silence au manoir ?
Le cosmos empire,
Davantage noir.

Réfléchir aux craintes
De neuves contraintes
Bien pleines de biais.

Feraient-ils s'épandre
Miroirs d'encre et cendre,
Les chantres inquiets ?


18 Juin 2018

Sélénet carrollien
[Même contrainte qu'il y a sept ans, mais avec des vers plus courts : les mots-rimes
changent d'une seule lettre à chaque ligne (doublet de Carroll) en respectant pourtant
l'alternance. Et deux rimes non voisines diffèrent d'au moins deux lettres. Cette fois
plus rien à voir avec les acrostiches de mots des précédents sélénets.]

        Vamp

    Une âme radine
   M'a tant rapiné
  Comme une lapine
    Je suis laminé

  Car cette gamine
   Au coeur géminé
Tout espoir démine
       Même démené

21 Juin 2018

Logo-rallye carrollien II
[Il y a quatre ans, j'avais imaginé l'histoire de deux soeurs, Louise & Carole, dans
un long logo-rallye en prose. Comme ces deux prénoms ont le même nombre de
lettres, j'ai demandé à cet excellent programme de Nicolas Graner de trouver un
chemin carrollien minimal entre les deux, et la solution se trouve être unique.
Ses quatorze étapes intermédiaires m'ont donné envie de composer un sonnet,
dans lequel les noms communs louise et carole sont volontairement absents,
mais sous-entendus aux premier et dernier vers.]

                 Page invisible

 Une Helvète au coeur lousse arrive sur la piste.
     Aussitôt l'amour pousse en l'humble balayeur,
Car dans ce cirque il poutse — emploi guère payeur —
 Tremplin, trapèze et poutre. Eh oui, c'est le lampiste.

    Quand la belle se poudre et sourit au harpiste,
  Le pauvre cherche à pondre un sonnet bien meilleur.
   Lorsqu'elle ose se pendre aux agrès sans frayeur,
 Lui craint plutôt de perdre un rêve d'utopiste.

       Monsieur Loyal pérore et flirte ouvertement
          Avec chaque pécore — odieux comportement.
         Notre larbin picore en l'art de l'écuyère :

    « Tes yeux que je picole un jour me comprendront,
           Ô ma verte pirole, ô ma rose bruyère,
         Donne-moi ta parole et viens danser en rond ! »


Previous oulipian page
See also my Ambigrams & Pinacograms, Pangrams, Wordlist, Mathews' Corpus, Logos and Pentominos
Back to Gef's Hotlist
Valid XHTML 1.0 Transitional Gilles Esposito-Farèse <gef@iap.fr>
Last modified : June 21st, 2018