Gef's Contributions to the Oulipo Mailing List

[A. Classification of the constraints]
[B. Old oulipian page (90s)]
[C. Translation exercises (96-97)]

D. Miscellaneous constraints (97)
[E. Oulipian games & poetry (97-98)]
[F. Oulipoetic constraints (98-99)]
[G. Oulipoetry in 1999]
[H. Y2k texts]
[I. Grannets, tanka & Nerval]
[J. Poetry & symmetry (2000-01)]
[K. Sonnets et al. (2001-02)]
[L. Homophonies, anagrams, etc. (2003)]
[M. Combined constraints (2003-04)]
[N. Some original constraints (2004-06)]
[O. New literal constraints & pangrams (2006)]
[P. Holorhymes, pangrams, etc. (2006-08)]
[Q. Polysemy & Pastior (2008)]
[R. Collective poems & vocalic sonnets (2008-09)]
[S. Lists & saturation (June-July 2009)]
[T. Anagram pairs, Loyd & Fournel (2009)]
[U. Rhymes, anagrams et al. (2010-11)]
[V. Cut-up, outlaw, Mathews, etc. (2011-12)]
[W. Complex rhymes, multi-lipograms & self-justification (2013)]
[X. Recent stuff (2014)]
[Z. Homages to a few oulipian friends]


For your first visit, I suggest this selection

7 Avril 1997

Premiers essais de palindromes

Définition du mot finnois "saippuakivikauppias" (marchand de soude caustique),
considéré comme record de longueur des mots palindromes

[Janne Himanka a trouvé mieux : "saippuakalasalakauppias" = black market merchant of soap fish]
Il apporte sel et soude de rio finnois, sapins made in Siam,
mais ni edams, ni passion, ni foire de duos : te lèse trop pâli.

Essai construit en partant de mon nom de famille
On a rapé son lit et râlé d'ici, Sir ?
Céder bel écrit a-t-on ?
Ou quel bête nu / drôle ver n'oser pas être ?
Ce sera Farèse, certes.
Après on rêve l'or d'un été bleu qu'on ôta.
Tir célèbre de cris... Ici de l'art.
Et il n'ose, parano !

En partant du mot "miroir"
Là, ni mon âme, ni ce désir-brio rima
à miroir brisé de cinéma nominal.

En réutilisant cet adjectif "nominal" avec le mot "fatigue"
Redoré, l'aveu gît, à famine lucide, nominale et relativiste.
Et si vit alertée, là ni mon édicule ni ma fatigue va l'éroder.


Formule magique permettant aux cancres de se souvenir des décimales de la base des logarithmes
Je cherche l'éphémère
je respecte l'échevelé
je regrette être élève décérébré

[Cf. ce lemme, de même]


Stéphane Susana a eu l'idée de décrire des prisonniers en respectant la contrainte du même nom,
à l'intérieur de cellules tautogrammatiques; voici les cinq hors-la-loi que je lui ai livrés

erasmus ermerson, ex-escroc encore en examen (exerce encore, en essence): s'enamoura envers ses euros en essor. son errance n'excusa ses erreurs.

mercure marceau, manoeuvre monomane aux moeurs sans mesure: massacra une manucure en mars, un mousse en mer, une masseuse maure au maroc, un morveux en menus morceaux en une masure vers monaco. murmura ses menaces aux moroses mormons, en une messe: "vous mourrez, mucors moussus, macareux monacaux! vous marmonnerez "maman!"". se marra... on mesura ses morsures sur mme. mona monroe, une mezzo, vers moscou.

norman newman (nom nouveau en navarre), noceur nerveux aux neurones nases. sa nurse nous narra sans nuances: "nous avons vu sous nos nez mon neveu avec une nonne nue! non une nana: une nonne! ce neveu sans normes nous navre..."

omar oz, un ourson osseux, ouvreur vers oran (oeuvre en osmose avec son ouzo): on a vu onze oscars en or sous son orme ocre.

roman reeves, un receveur roux (rare): renversa -sans ramasser- un ramoneur russe en une rue romane, vers rouen. ce ramoneur, recousu, a reconnu sa rover aux roues rose rococo, vers rome. "rassurez-vous, ressassera ce receveur en son recours revu en ruse, on ne recommencera ce revers!".


Hommage à la revue Formules

Frères ou soeurs fêlés lémures muselés
Où murmurer l'erreur les leurres ou les ruses ?
Roule fumeuse foule émeus les esseulés
Mêle moelle ou fureur sers les fées ou les muses

Ulule ô merle fou _ sur l'orme fuselé
Le solo mesuré, Offre forme ou refuse
Emmure le morose Usé ressemelé
Seul fuse l'émoulu Le remémoré s'use

Papa/nana zinzin Invitant à zigzag
À dixain, haïkaï, Pizzicati à gag
Tant badin tant bâti Addict à handicap

Antan vivait Dada "What a qaïd" chanta
Titan ni chiant ni vain, gai acabit vanta
Ici gnangnan banni ici j'y ai dit "cap!"


4 Mai 1997

Whizz Kid !
Traduction monovocalique en I du célèbre What a man ! de Georges Perec


5 Mai 1997

Jean-Marc Reboul organise des jeux littéraires avec des classes primaires. Il a donc proposé aux abonnés de la liste oulipo l'écriture de quasi-tautogrammes destinés à des enfants. En voici un monovocalique.

Cette célèbre chèvre cendrée est censée crécher chez le chef de ce cheptel, et ne chercher de prendre clef des prés. Elle est censée rester en ce centre de cent mètres réglementés, cercle d'herbe cerné de chênes. Certes, elle ne cesse de rêver d'enlever ce cep. Elle le tente : elle se tend et le cep cède. (...)
Le clebs lèche ses dents crénelées : ce cerbère prend les chèvres en cène. Cette céleste chevrette cherche clémence. Elle bêle. Le chef ne l'entend. Elle crève. Cette clef des prés est chère...


27 Mai 1997

"Ô poilu !", ou l'arche de Noël Arnaud
Anagrammes à laisser au bestiaire (*)

[Nicolas Graner est l'auteur des anagrammes repérées par (*), et Jacques Boissarie de celles repérées par (**).
Celles entre crochets ne sont pas "bestiales", donc n'ont pas encore l'autorisation d'entrer dans cette arche.]
               Noël Arnaud = Un élan roda
            Marcel Bénabou = Caméléon barbu
              Jacques Bens = Qué becs jans (**)
              Claude Berge = Du crabe gelé
             André Blavier = Renard, il bave
             Paul Braffort = Ara trop bluff
             Italo Calvino = Coin à volatil
          François Caradec = Cafards à coincer
       Bernard Cerquiglini = Cible : requin ringard
             Ross Chambers = [Sombres chars]
           Stanley Chapman = Ann, le chat sympa (*)
            Marcel Duchamp = Charmed-up clam
         Jacques Duchateau = Jusqu'à ce chat d'eau (**)
               Luc Étienne = [Une cliente]
              Paul Fournel = Loup flâneur
         Michelle Grangaud = Hareng mal glucidé
             Jacques Jouet = Jeu à sujet "coq"
                     Latis = [Salit]
      François Le Lionnais = L'ânon afro-siciliens
              Jean Lescure = Je sucre l'âne (*)
          Hervé Le Tellier = H. être le lièvre
             Harry Mathews = [Rhythms aware]
            Michèle Métail = Imite chamelle
             Oskar Pastior = Rossa tapir KO
             Georges Perec = [G. crée; G. repose]
           Raymond Queneau = Quadrumane noyé
               Jean Queval = Vé, quel naja ! (*)
        Pierre Rosensthiel = Hérisson être péril !
           Jacques RoubauD = Corbeau jusqu'à D
      Albert-Marie Schmidt = Hamster mâle, dit "bric"
Alain Zalmanski a proposé en février 1999 diverses anagrammes animalières de Luc Étienne,
comme "En lice : tenu" (lice = chienne), ou en anglais "cute eel inn" (eel = anguille).

Nicolas Graner a complété cette arche en septembre 2001 avec toute une liste d'anagrammes, parmi lesquelles :

                  Ian Monk = Maki ? Non ! (*)
             Olivier Salon = Savoir le lion (*)
Frédéric Schmitter (***) a quant à lui trouvé en octobre 2002 l'anagramme animalière "Smart hare, why ?"
pour Harry Mathews (particulièrement bienvenue après celle d'Hervé Le Tellier ci-dessus), et proposé
de remplacer celle d'Italo Calvino par le superbe "Calao vit loin". Il a aussi trouvé un délicieux
"Jus d'orque à Cuba" pour Jacques Roubaud, et la liste "Porc, Égée, Gers" pour Georges Perec.
Par ailleurs, il a encore complété notre arche avec :
           Anne F. Garréta = Rat genre fana (***)
J'ai moi-même remarqué en octobre 2002 que le vrai nom de Latis, Emmanuel Peillet, est d'une grande
richesse anagrammatique. Voici par exemple une double évocation animalière : "Le minet, pâle mule".

Valérie Beaudouin est devenue membre de l'OuLiPo début 2003. Son nom très riche en voyelles permet un
nombre particulièrement élevé d'anagrammes. En voici une animalière pour compléter la précédente liste :

         Valérie Beaudouin = Oui, va, rude baleine !
En juin 2005, Frédéric Schmitter a salué la nomination du plus jeune oulipien avec :
            Frédéric Forte = Do fit réer cerf (***)
en notant d'ailleurs qu'il s'agit même d'un double animal : "Fort cerf-eider".

En mars 2009, Nicolas Graner a trouvé une dizaine d'anagrammes animalières du nouveau benjamin de
l'OuLiPo, parmi lesquelles une "Larve de nickel béni" (dont j'ai tenté la variante "Niable ver de nickel")
et surtout l'excellent :

       Daniel Levin Becker = Krill de cave bien né (*)

En septembre 2009, Nicolas Graner a de nouveau construit une douzaine d'anagrammes de la nouvelle
recrue oulipienne, notamment celle-ci indépendamment trouvée aussi par Alain Zalmanski :

             Michèle Audin = L'amie du chien (*)

En avril 2012, Frédéric Schmitter a été le premier à annoncer la métamorphose d'un grand oubapien
en oulipien ophyciel, et a du coup ajouté un vieux rongeur à notre arche :

          Étienne Lécroart = Lérot centenaire (***)

Ce nom est en fait particulièrement fertile en anagrammes, et Nicolas Graner en a construit
une bonne douzaine d'autres.

Deux écrivains hispanophones ont été cooptés à l'Oulipo en mai 2014. Comme toujours,
Nicolas Graner a immédiatement composé des poignées d'anagrammes pour chacun d'eux,
comme "truie déborda" ou "mars : bâton chez lapin". Frédéric Schmitter a quant à lui trouvé
les remarquables "albatros 'n' chimpanzé" pour le second. En voici deux parmi celles que j'ai
obtenues moi-même (la première évoquant la définition quenienne de l'oulipien) :

             Eduardo Berti = Déboire du rat
      Pablo Martín Sánchez = Chat banal (promis zen)

[Voir aussi les brillantes & nombreuses anagrammes animalières trouvées plus récemment par Patrice Besnard]


31 Mai 1997

Croisons nos mots
Croisillon 7x7 ayant 4 noirs sur 2-V, 3-II, 5-VI, 6-III
Horizontal
1. Christ l'a fait dans un plat d'ânon
2. Illusion d'un roupillon / Sort du casino
3. Tympans qu'on troua au violon
4. Ils sont partant
5. Parfum d'alcool qu'on coupa
6. Puis parfois sans fond / Haut scotch
7. Nanas qu'on nota "à raison" sans C

À l'aplomb
I. Toisons durant un combat
II. Avant d'avoir mis un surdos / Finno-hongrois
III. Chas nasal à narval
IV. Façons qu'on finit d'avoir
V. Abri cristallin
VI. Paradis qui nous chanta / Cardinal au bas droit
VII. Passions sans passation

Solution

[H] Crécher - Rêve / Dé - Esses - Pensent - Ester - Et / Erse - Sensées // [V] Crêpées - Ré / Este - Évent - Cessées - Serre - Éden / S.E. - Restées


Croisillon sans trous noirs

Croisillon 9x9 diagonal sans noirs : [H] Fée - Peste - Bercent - Pervenche - Prendre - Entre - Tee // [V] B.E.P. - Perré - Fervent - Descentes - Étendre - Encre - Thé


Encore une grille [3 Juin 1997]

Grille 5x5 dont le segment 5-I est noir
D'Ouest en Est
1. Ver de pêche
2. Fit comme un hère
3. Soutiens
4. Hostos
5. Femme de frère de mère

Direction Nord-Sud
I. Bêtes qui singent
II. Revêtît
III. Fit comme un duc
IV. Se rendît
V. Fit se presser

Solution

[H] Appât - Ralla - Avals - Sanas - Tata // [V] Aras - Pavât - Plana - Allât - Tassa


16 Juin 1997

Poèmes carrés syllabiques
Mme. Pauline Morfouace a proposé dans la revue "Écrire & Éditer" une nouvelle forme de poème, baptisée "diagonnet". Il s'agit d'une matrice 6x6 symétrique de syllabes. Didier Bergeret a suggéré sur la liste oulipo d'y ajouter la contrainte d'une symétrie palindrome, comme dans le célèbre "sator arepo tenet opera rotas". Voici ma première tentative dans ce nouveau genre, que l'on pourrait appeler le "bergeronnet".

Carré de syllabes 6x6 symétrique et palindrome

Mords-la cette raison,
lame d'épée, caresse
cédée au ton péteux !
Te paie ton haut décès
rescapé d'émeu las...
On reste; c'est la mort.


Il m'a semblé intéressant d'explorer aussi les poèmes carrés sans symétrie, tels que le texte vertical soit différent du texte horizontal. L'exemple suivant cherche à retrouver la structure du sonnet traditionnel. La lecture commence par les deux quatrains (horizontal puis vertical), suivis des deux tercets (dans le même ordre). Ce type de sonnet à carcan pourrait être appelé le "carcasonnet".

Carré de syllabes (4+3)x(4+3)

Le temps s'en va au delà
Répit ? Le démon se perd
Ta cible vaine y foula
Lassé toujours des repères

L'heure est à la tombola
Tant pis si c'est éphémère
Sans le bleu tout s'enrôla
Va, dévêt, journée sommaire !

Ton thé sans nez m'a mordu
Beau, féroce, au départ dû.
La mer - l'amer : est-ce esprit ?

Ô mon idée, ma déesse
De ce fou remords, paresse,
La perle a perdu du prix


Ces matrices carrées sans symétrie peuvent aussi être utilisées pour fabriquer des textes à double sens. Voici par exemple un poème flatteur dont les colonnes sont par contre de très vulgaires insultes.

Carré de syllabes 6x6

Texte horizontal :
Ô stupéfiant génie
Crépitant, tout court vite
Teint d'idole (oh ! j'eus honte)
Constellation féconde
Termine idéal roi
Nanti. Qu'il trompe mort !

Texte vertical :
Ô crétin consternant
Stupidité mythique
Pétant d'eau, l'annihile
Fiente ou lotion d'étron
J'ai court-jus, fécal peu !
N'y vit-on ton droit : mort !


Diagonnet 8x8 [29 Juin 1997]
(cliquez sur la grille phonétique pour l'afficher en une bien meilleure résolution, dans un fichier PNG de 22 Ko)


Tu ne verras que du jaune, des ombres et des lumières (Borges, L'autre)

Carré de syllabes 8x8 symétrique

Lentement la couleur pâlit
te plongeant dans la cécité
mangeant tout ce palais floral

La danse des ombres d'effroi
coule à pas ondulant d'oubli
leur célèbre langueur sans art

Passif lot des doux sanglots d'or
Littéral froid blizzard dormant



Icon
[See also "Utopia 1.1.0", a reflex test for Macintosh,
in which the fainting of colors plays a central role :
Abstract and Download (128 K)]



[Voir aussi ces diagonnets 4x4x4, 10x10 avec rimes, 12x12 constituant un sonnet, et cet ardhabhrama 2x7x7]


Lettre dépêchée le 20/06/97

Termes enchevêtrés
"Mes textes ne recherchent l'emmerdement des gens" (pensée de R.Q.)

                        Chers frères lettrés,

Certes je me répète, et je le regrette. Je sens l'énervement des
membres de ce cercle s'enclencher et se dérégler légèrement. Restez
fervents de flegme, je l'espère fermement. Desserrez les dents, et
détendez les lèvres. Ne méprenez mes pensées : "Je cherche en même
temps l'éternel et l'éphémère" (Perec). Je préfère l'éphémère, et
l'excellence ne me tente réellement. Je prête serment de ne persévérer
en ce sens, et de n'entreprendre en excès de tels exemples de "termes
enchevêtrés". Bref, je me repens d'être enfermé en ces règles
démentes. Je me rebelle de temps en temps, et l'essence de ces règles
s'empresse de me repénétrer secrètement. Je me sens cerné et je me
rends : les termes rejetés déferlent en mes textes...

Les "verbes tressés" de cette lettre tentent d'être en excédent de mes
précédents tests. Je prends cette herse de lé 9x9 ("9" est l'envers de
"e"), et je revêts de ténèbres 9 de ses segments :
Herse 9x9 et ses 9 segments nègres en 1-3, 2-9, 3-4, 4-8, 5-5, 6-2, 7-6, 8-1 et 9-7
En effet, ces perrés représentent 9 femmes d'échecs. Elles ne se gênent
et ne se prennent. De même, les segments nègres semblent célébrer cette
lettre d'en-tête des Exégèses, vénérée des prêtres, cet emblème de
l'éternel et de l'extrême, vénéré des experts en réels. (En grec, elle
semble être le "e" renversé.)

Récemment, le cher N.G., membre de ce cercle d'échevelés, me révèle
s'être précédemment exercé en respect des mêmes règles : herse 9x9 en
"E" et légendes exemptes de cette lettre. N.G. pense se dépêcher de
rechercher ses termes enchevêtrés chez ses père et mère. J'espère en
prendre entendement prestement. Le "N" de mes 9 segments nègres
("9"="g") est le geste de mes regrets : je te cède ce présent, frère !

Je me permets présentement de révéler les légendes de mes verbes
emmêlés. En cette lettre, je ne recherche les mésententes perverses de
termes. (Mes légendes des 31/05/97 et 03/06/97 s'en servent en excès.)
L'effet de l'émergence des 9 femmes d'échecs est cette règle sévère : 4
termes de 1 lettre, 4 de 2 lettres, 4 de 3, etc..., et 4 de 8 lettres.

Vers l'Est :   1. Les ménestrels l'épellent "D"
------------      Eternelle
               2. Elle est très emmerdée de ses débets
               3. Bref envers de pécheresse
                  Ne cesse d'être présent
               4. Ce relevé dépend de ses extrêmes
                  W
               5. Ne sélecte le sens de ses sentes, et se perd
                  Ensemble de fermes, en Grèce
               6. Les segments nègres de cette herse le représentent
                  Penser "le temps est le remède"
               7. Brèche de terme (genre de belles-lettres)
                  Ferme et descelle, même étêté de 25%
               8. Excédées
               9. Pénètres
                  Excellence en descente dextre

En descente :  1. Est tendre
-------------     Perec préfère éjecter ce segment
               2. Greffer
                  Pères erses
               3. Enlèvent les erses des vedettes
               4. Pelte en fer des membres extrêmes
                  Régent de terres
               5. L'effet de penser
                  Chef de crèche, près de Perec
               6. Renverse
                  En présence de thèse renversée
               7. Ex-espèce
               8. Ensemble celte
                  Versés ensemble
               9. Perec en est expert
                  Enlèvement de membres

Clef :
------
[H] Ré / Déesse - Endettée - Ste / Reste - Segment / X - Erre / Dème - N / Espérer - Tmèse / Clé - Énervées - Entres / S.E. // [V] Ressent / E - Enter / Men - Dégréent - Dé / Messer - Etre / Père - Étende / Vs - Sesterce - Set / Mêlés - E / Exérèse
Recevez mes ferventes pensées, Gef_

30 Juin 1997

Voyous liés

Règle : les voyelles isolées sont interdites. Exemple : "oiseau" est permis; "okapi" est interdit.
Simplification : "y" est systématiquement considéré comme une voyelle dans cette règle. Exemple : "kayak" est permis.
Complication : les voyelles séparées seulement par un espace blanc sont aussi interdites. Exemple : "J'ai osé essayer l'autre idée" est interdit.

Deux voyous liés pour toujours

Quel auteur naïf pourrait oublier leurs joies ou leurs pleurs ? Oyez, bouseux, bourgeois, gaulois ou zaïrois ! Oyez l'OUvroir pour LIed ou POésie !

Deux siamois aux mains soudées aimaient beaucoup deux soeurs qui fuyaient toujours leur vue. Claudia, l'ainée, aurait bien fait sien Léon (siamois droit), mais haïssait Noël (au coin ouest). Zoé choyait Noël mais voulait néanmoins oublier Léon. Quel douloureux fléau ! Bien chiant pour tous...

Autour d'eux, nous pouvions voir maints duos bienheureux. Ceux aux fiancées coiffées d'oiseaux bleu ciel ou cyans; ceux aux poupées leur souriant nuit ou jour; ceux aux coeurs joyeux friands d'air ou d'eau; ceux auxquels rien n'aurait fait chaud ou froid sauf l'aimée, fraîcheur fruitée, feu foudroyant.

"Faudrait que nous nous coupions moitié-moitié" maugréa Léon. "Nous pourrions nous broyer deux doigts pour voir" louvoya Noël, peu peureux mais quelquefois peu preux.

(...)


9 Juillet 1997

Premier essai d'hétéropangramme

Paradoxalement, l'arrière petit-neveu du réformateur Zwingli devint évêque. Tout au long de son existence angoissée, il tenta de racheter les hérésies de son ancêtre par un sectarisme étouffant. Il condamna sans appel toute sorte de divertissement, et la bulle qu'il pondit au sujet de la littérature illustrée désespéra l'ensemble des écoliers du canton. On se souvient encore du titre réprobateur qui noircit les journaux ce matin-là.

Mgr. Jack Zw. : "BD = flux hypnotiqves !"

[Voir aussi ces pangrammes de quatre mots et la liste complète de tous mes pangrammes]


Hétéropanconsonantomonovocalisme inspiré des "Revenentes" de Perec

C'est fête chez les Merelbeke. Thérèse est experte en recettes, et entreprend les mets. Elle dépèce les membres des bêtes et jette les restes. Dès q'elle cesse, elle se rend chez l'Excellence :

"Je pèse beef, et week-end chez Mgr. l'ex-Évêqe !"


Hétéropanconsonantomonovocalisme en A

J'étais la secrétaire de Béjart lorsqu'un danseur étoile me demanda en mariage. Je ne parvins pas à maîtriser mon excitation, et j'acceptai sans réfléchir sa proposition. Au fil des ans, je sentis hélas les goûts de mon époux s'éloigner du grand art. Mon éréthisme naturel ne faisait qu'empirer, et mon abus d'arabica n'arrangeait rien. J'étais déjà au bord de la crise de nerf quand il se lança dans le tango, mais c'est lorsqu'il se passionna pour le rythme ternaire des bals musettes que je fis mon premier infarctus.

Qand Balthazar s'axa à java, kawa m'agaça : paf !

[Voir aussi cet hétéropanconsonantomonovocalisme en U]


15 Juillet 1997

Allitérations
   Micro-quatrain macabre à "rimes" rares
   --------------------------------------
                  Arrgh !
       Qui me lorgne avec hargne ?
       "Je t'épargne ou t'éborgne ?"
       Ce point d'orgue me nargue
       et me largue à la morgue...

   Si vous désirez qu'il rime, veuillez le
considérer comme un huitain de trisyllabes.
Mais, ô fatalité, il lui manquera un pied !

                  Sages, l'espoir est folie
                  gef@iap.fr
[Voir aussi ce sonnet anagrammatique sur la mort]

20 Juillet 1997...

Une nouvelle(*) famille de contraintes a été présentée par Jacques Roubaud dans le premier numéro de la revue Formules, sous le nom d'éodermdrome :
Choisir cinq lettres (ou phonèmes, ou syllabes, ou mots, ou phrases, etc.) et les placer aux sommets d'un pentagone. Tracer ensuite les 10 segments reliant toutes les paires de sommets de ce pentagone. Choisir pour finir un chemin passant une et une seule fois par chacun de ces segments, et lire les lettres (ou phonèmes, etc.) rencontrées dans cet ordre. Si l'énoncé obtenu fait sens dans votre langue, il s'agit d'un éodermdrome.

(*) Éric Angelini s'est rendu compte par la suite que ces contraintes avaient déjà été inventées & étudiées en 1980 par Gary Bloom, John Kennedy et Peter Wexler dans la revue Word Ways. Ils sont également les auteurs du terme autoréférent « eodermdrome », et avaient déjà obtenu la classification correcte des différents types rappelée ci-dessous. Peter Wexler m'a indiqué en mars 2000 les références suivantes :

Roubaud donne une classification erronée des différents types d'éodermdromes dans Formules 1. [Elle est à la fois redondante et incomplète.] Si vous désirez expérimenter cette contrainte, voici la liste correcte, obtenue en quelques minutes à l'aide d'une page de diagrammes pentagonaux. [Les numéros attribués par Roubaud sont rappelés entre crochets, le symbole = signifiant « donne un éodermdrome de même type que ».] Il suffit de remplacer chaque chiffre par une lettre (ou phonème, etc.) pour construire tous les énoncés éodermdromiques possibles.

A - 12314253451  [= 15 = 30 = 31]    L - 12342514531  [oublié par Roubaud]
B - 12314254351  [= 14]              M - 12342531451  [= 23]
C - 12314352451  [= 11]              N - 12342531541  [oublié par Roubaud]
D - 12314354251  [= 12]              O - 12342541351  [=  5 = 28]
E - 12314524351  [= 10 = 13]         P - 12342541531  [= 18]
F - 12314534251  [=  9 = 35]         Q - 12345135241  [=  2 =  8 = 19 = 20]
G - 12341352451  [= 25 = 27]         R - 12345142531  [=  1 = 29]
H - 12341354251  [= 26]              S - 12345241351  [=  4]
I - 12341524531  [= 22 = 36]         T - 12345241531  [= 16 = 21 = 32 = 34]
J - 12341542531  [=  6 =  7]         U - 12345314251  [= 17 = 24]
K - 12342513541  [= 33]              V - 12345315241  [=  3]
Vous trouverez ci-dessous quelques applications de cette contrainte aux syllabes, vers, ou rimes de poèmes. Le schéma illustrant cet éodermdrome plus récent peut aussi aider à comprendre le mécanisme de production. Une liste d'éodermdromes littéraux (dont un purement vocalique) est aussi donnée plus bas.


Première tentative d'éodermdrome verso-syllabique

Je rêve de vie, je veux virer de jeu,
danser et chanter dans champs, cet air aidant,
voir et savoir ni pleurer ni ça : pleuvoir.

Je rêve de vie, je veux virer de jeu.
L'amour est là ! Rire et pas mourir, pas là !
Voir et savoir ni pleurer ni ça : pleuvoir.

Plus pantois je pense à toi, plus sage, plus
l'amour est là. Rire et pas mourir, pas là !
Danser et chanter dans champs, cet air aidant.

Plus pantois je pense à toi, plus sage, plus
je rêve de vie. Je veux virer de jeu !


Deuxième essai [2 Septembre 1997]

Tout est lent, toujours
Nuit et jour : l'ennui
Tous les sommets sont laids
Mes faisceaux sont fêlés
Mais dix pas, jamais plus
Jadis plus pâmé fus-je ?
Et ce fut sans congé
sans ce confus dessin
Je décris cinq points
Je crie "Point d'écart !"
Le trop fou carcan
fout le camp, troque art
C'est l'appât du jeu
Là dussé-je passer.


Une variante très douce des éodermdromes consiste à les utiliser comme schémas de rimes [24 Juillet 1997]

Exemple limpide

Quand Ali-Baba
avec ses deux boeufs
courut l'Arabie,
il vit des tombeaux
de riches tribus.
Il y déroba
diamants et rubis.
"Je les distribue
aux pauvres bourbeux
et mendiants nabots
de notre casbah !"

Exemple obscur

Cogner
L'homme engouffre son lugubre sabre dans leurs flancs torturés de balafres. Il doit pour les ardre les abattre et pourtant ce massacre le navre. C'est un désastre - tout se délabre, car l'armée va perdre sans combattre, puis sans palabres mordre le marbre. Il voit souffrir et se tordre d'affres, sourdre le sang pourpre des cadavres, sève témoin du meurtre des arbres, forêt devenue tertre macabre.


Message du 25 Juillet 1997

Perdre
Pascal Kaeser nous a récemment montré comment utiliser à des fins
poétiques le problème des N dames. J'ai essayé une variante de sa
méthode, dans laquelle la position des reines ne correspond pas à
un phonème déterminé, mais à un clinamen dans un monovocalisme en
"e". Si l'on dessine les dames en noir sur une grille blanche, et
que l'on se souvient des couleurs des Voyelles de Rimbaud, on est
naturellement conduit à employer le "a" comme clinamen. La grille
que j'ai choisie est de taille 10x10, et les dames se situent là:
1-7, 2-3, 3-10, 4-6, 5-2, 6-9, 7-5, 8-1, 9-8, 10-4
Le poème lui-même est un "mini-sonnet" (arbitrairement défini par
la structure de rimes aba/bab/cd/cd), habillé d'un acrostiche, et
les lignes d'explications que vous êtes en train de lire comptent
toutes le même nombre de caractères. Cette contrainte est en fait
très douce, mais c'était pour justifier la longueur de ma prose !

            Détecter l'échec et mat prestement
            Et les cases clefs même de l'envers
            Se préserver des segments se fermant

            Entreprendre des actes très pervers
            -Se rappeler certes le règlement-
            Percer vers l'est des brèches en travers

            Enfer ! Cette dame ébène est cernée
            Rassemble tes fers ! Elle se dépêtre

            En temps bref le décès sera mené
            Rends tes escadres: les rets s'enchevêtrent !

Avec toute mon amitié oulipienne, et mes remerciements chaleureux
à Pascal Kaeser pour ses nouvelles contraintes fort dynamisantes.

7 Août 1997

JR au Pentagone (éodermdromes littéraux)

Dieu n'était pas satisfait d'un continuum vide et éternel. Pour combattre l'ennui, il décida de créer des perturbations ici et là, des clinamens dénombrables et localisés dans le temps. Son premier jour fut ainsi consacré à la discrétisation des quatre dimensions. Quand on lui demanda plus tard comment il s'y était pris, il laissa une nouvelle fois son esprit créateur s'exprimer, et répondit en un simple néologisme : j'instantisai.

Chef, votre gardien de zoo flottant vient de vous traiter de dieu prétentieux, ou plutôt d'éon rengorgé !
-- Qu'il soit puni immédiatement ! Constipons-le : engorger Noé.

Ayant perdu son royaume, Arthus voulut mettre fin à ses jours. Hélas, il avait aussi perdu sa bonne épée, et le couteau suisse qui lui restait manquait de noblesse pour cette fonction. Aussi abandonna-t-il son projet, en maugréant dans son franglais légendaire : edge indigne !

Dis-moi, Gandalf, ce parchemin que tu lis parle-t-il d'elfes, de nains, de hobbits, ou d'humains ?
-- Rien de tout cela, mon ami; ça concerne orc.

Le pouvoir absolu allait enfin lui permettre de réaliser son rêve : supprimer tous ceux qui lui portaient ombrage, et notamment l'ensemble des peintres puisque même les plus médiocres le surpassaient. Mais Adolf n'y parvint pas. Les créateurs se cachèrent habilement, et surent lui opposer une résistance active. Le monde de l'art sursauta.

Les "chansons madécasses" de Ravel sont un sommet de la musique polytonale. Dans "Nahandove" il exprima la sensualité par un frottement de lignes mélodiques voisines; dans "Il est doux" évoqua le farniente par une absence presque totale d'accompagnement; mais surtout dans "Aoua" tortura l'auditoire blanc par des cris de révolte malgache.

If you wish to found a sect, just claim that any form knowledge is a damnation. Your motto must be "Sin : sciences".

How do you say "inkpot" in French ? Encrier ? Nice !

Chacun se souvient de l'antique division de la France selon la manière de dire "oui" : "oïl" au nord, "oc" au sud. De la même façon, les populations autochtones du continent américain ont récemment été classifiées en "indiens de yes" et "indiens de si".

Comme vous ne l'ignorez pas, les premiers ventilateurs manquaient de sécurité. Combien de vêtements déchirés ou de doigts d'enfants coupés ? On prétend même qu'il y a quelques décennies, l'aérateur tua.

Pour polir certains métaux, on utilise un jet de fluide abrasif à haute pression. Ce liquide, extrêmement dangereux à ingurgiter, porte le nom d'eau-ébarbure.

Comment s'appelle cette plante fourragère qui rend les terres incultivables ?
-- Ers grugeuse.

Alors, ça a marché ?
-- Non, le jury s'est moqué de moi. Il m'a dit que je réussirai cet examen quand les poules auront des dents...
-- Mais sur quel sujet es-tu tombé ?
-- "Le système buccal des organismes vivants". J'ai répondu correctement "fanon" à la question-piège sur les baleines, mais je crois m'être trompé quand j'ai écrit "casoars : croc".

L'arithmétique aura toujours été ton point faible. Tu transpirais déjà pour l'épreuve "additions et soustractions", tu étais en nage pour "multiplications", mais tu te liquéfias littéralement pour "divisions" : tu suas "calculs".

Il ne me fallut qu'une journée pour assimiler l'argot de la cité universitaire : tout était désigné par son initiale. Par exemple, je logeais dans le dortoir dit "D". Même le professeur de physique s'y mit lorsqu'il parla de produit vectoriel et de trièdre "T"-dit. Le calendrier respectait la même convention, pour être compris de tous. En hiver, il nous mettait en garde contre les basses températures par une brève formule : "Février (F) : vif".
Je vis aussi un étudiant tracer de grands "A" sur les murs, mais il ne s'agissait pas d'une recrudescence anarchiste. Il était simplement en train de résumer une tendre déclaration : "Aimer Marie" = "A" !
D'ailleurs, il n'avait pas de souci à se faire : tous les autres de Tina étaient amoureux. Ils se moquaient régulièrement de sa lascivité, mais il se défendait en méprisant leurs résultats scolaires : "Sensuel ! -- Nuls !"

Rappelez-vous que vous avez choisi un métier sérieux. Un chirurgien ne doit jamais draguer une belle infirmière lorsqu'il manie le scalpel : incisons coi.

Pourquoi toujours répéter que les chemins de fer sont français ? La seule chose que tu dois t'enfoncer dans le crâne, c'est qu'une fois arrivé en gare, il faut sortir du train ! SNC : descends !

Aucun os ne sera toléré dans mon gigot. Mieux vaut manger de la volaille si vous n'êtes pas capable de préparer correctement ce plat. Si os : dindons !
Ou plutôt ces gallinacés délicats que votre carte propose. Mais quelle idiotie d'avoir utilisé des caractères gothiques, avec ce "s" final qui ressemble à un "f" ! Allez, apportez-moi vos "faisans finf" !

Vous ne pouvez pas connaître toutes leurs magouilles.
-- Si, je sais : micmacs.
-- Mais avez-vous une idée de la façon dont ils brouillent les pistes ?
-- Oui, je sais : zigzags.

Au siècle des lumières, les gens philosophaient. À l'époque industrielle, ils développaient la technologie. Aujourd'hui, ils s'abrutissent 24 heures sur 24 devant leur télévision vantant les mérites de je-ne-sais-quel fard ou quel khol. C'est l'avènement des siècles "cils".

Lorsque l'Internet en était à ses débuts, le Monde Multimédia signalait les meilleures pages Web dans sa rubrique "Sites intéressants". Mais il est aujourd'hui impossible de contrôler cet univers inflationnaire de qualité aléatoire. Voilà pourquoi cette rubrique a été humblement rebaptisée "Serveurs vus".

Comme vous le savez sans-doute, tous les caractères accentués & ligatures peuvent être envoyés en "8bit" sauf le e-dans-l'o, pour une raison que j'ignore. J'ai donc choisi de vous écrire ce message sans ligatures, afin de ne pas enrouer un "oe".
[Je ne l'ai pas non-plus écrit en grec, pour ne pas rho écorcher.]

Le théâtre de Tlön est abstrait. On ne joue pas un personnage, mais un sentiment, ou un événement. Ma femme a longtemps personnifié les parfums du crépuscule, son frère interpréta de façon magistrale les reflets sur l'eau, et moi-même, j'incarnai cri.

[Voir aussi cet éodermdrome purement vocalique.]


Previous or next oulipian pages
See also my Ambigrams & Pinacograms, Pangrams, Wordlist, Mathews' Corpus, Logos and Pentominos
Back to Gef's Hotlist
Valid XHTML 1.0 Transitional Gilles Esposito-Farèse <gef@iap.fr>
Last modified : June 9th, 2014